Extension Factory Builder
16/07/2012 à 11:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi (g.), avec Abdelfattah Mourou, le 15 juillet 2012 à Tunis. Rached Ghannouchi (g.), avec Abdelfattah Mourou, le 15 juillet 2012 à Tunis. © AFP

Les islamistes d'Ennahdha ont adopté, dimanche 15 juillet, lors du 9e congrès du parti, une motion sur leur engagement "centriste" et "modéré". Les débats sur l'avenir de la formation se sont poursuivis tard dans la nuit, après quatre jours de réunion, et devraient s'achever ce lundi.

Lors du 9e Congrès d'Ennahdha, les débats sur l'avenir du parti se sont prolongés dans la nuit de dimanche et devaient se poursuivre lundi. « Cette nuit nous allons annoncer les résultats lors d'une grande fête », avait pourtant déclaré le chef historique et co-fondateur d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, très influent sur la scène politique tunisienne bien qu'il n'occupe aucune responsabilité étatique.

Ces derniers jours, Ghannouchi a répété à plusieurs reprises que Ennahdha, inspiré à l'origine par les Frères musulmans égyptiens, devait devenir un parti de gouvernement « modéré ». Lors d'une conférence de presse, le président du Congrès et ministre de la Santé, Abdelatif Mekki, a confirmé que le millier de délégués réunis au Kram, en banlieue nord de Tunis, avaient adopté un texte confirmant cette orientation.

La motion, qui n'a pas été publiée, « conforte les choix centristes et modérés, le bannissement de l'extrémisme », a assuré le responsable nadhaoui. Vers minuit, heure locale (23 heures GMT dimanche), il a indiqué, sans plus de précisions, que le parti avait adopté une stratégie économique pour la « création d'emplois ». Le chômage, notamment celui des jeunes, a été l'un des grands moteurs de la révolution de 2011.

Dans la nuit de dimanche à lundi, les délégués devaient encore désigner les instances dirigeantes du parti, en particulier le chef du parti. Le poste devrait être conservé, sauf surprise, par Rached Ghannouchi ce lundi.

Des questions restaient également encore en suspens. Les délégués n'ont par exemple pas fixé définitivement leur position concernant la nouvelle Constitution du pays, en cours de rédaction à l'Assemblée nationale constituante (ANC). Ils ont aussi confirmé qu'Ennahdha militera pour un régime parlementaire, mais sans déterminer encore s'il sera pur ou laissera des prérogatives importantes au chef de l'État, comme le réclament les partenaires des islamistes au gouvernement.

Des débats houleux

Par ailleurs, Rached Ghannouchi a indiqué vouloir élargir la coalition au pouvoir à d'autres formations politiques et a dit vendredi qu'un remaniement ministériel pourrait intervenir après le congrès. Ennahdha veut, par ce premier congrès en Tunisie depuis 1988, déterminer son orientation en vue des élections prévues en mars 2013. L'enjeu est de transformer rapidement le mouvement, qui a connu des années de clandestinité, en véritable parti de gouvernement.

Violemment réprimé sous le président déchu Ben Ali, le parti islamiste s'est imposé après les premières élections postrévolutionnaires d'octobre comme le principal partenaire d'une coalition au pouvoir, avec deux partis de centre-gauche.

Ennahdha s'est fixé pour objectif d'être une formation de consensus. Elle doit pour cela concilier les modérés et les tenants d'une ligne plus radicale, qui seraient minoritaires. L'opposition parlementaire l'accuse pour sa part de tentations hégémoniques. Certains craignent une islamisation rampante du pays et réclament un gouvernement d'union nationale. Ennahdha est notamment accusée d'avoir manqué de fermeté face à la mouvance salafiste, responsable de plusieurs coups d'éclat ces derniers mois.

Le Congrès pour la République (CPR), du président Moncef Marzouki, et Ettakatol, les deux partis du centre-gauche alliés à Ennahdha, estiment de leur côté que le parti islamiste a intégré les principes républicains. Il a notamment renoncé à faire inscrire expressément la charia - la loi coranique - dans la Constitution.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120716094653 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120716094653 from 172.16.0.100