Extension Factory Builder
13/07/2012 à 17:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Messahel : 'Les problèmes du Nord doivent être réglés avec un dialogue national'. Messahel : "Les problèmes du Nord doivent être réglés avec un dialogue national". © AFP

Le ministre algérien chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, participe au sommet de l'Union africaine à Addis Abeba. Il répond aux questions de notre envoyée spéciale sur la crise malienne. Interview.

Jeune Afrique : L’Algérie est un acteur clé dans la sous-région. Peut-elle continuer à ne pas vouloir intervenir militairement au Nord-Mali ?

Abdelkader Messahel : D’abord, il y a beaucoup d’exagération dans tout cela : l’Algérie n’a pas les moyens de régler les problèmes du Mali, il faut que cela soit clair. Ensuite, les problèmes du Mali ne peuvent être réglés que par les Maliens eux-mêmes et je crois en leur capacité à ouvrir le dialogue au Nord et à reprendre les positions que l’armée a perdues.

Mais l’Algérie a une expertise en la matière…

Une expertise que nous n’avons jamais refusé de partager, même s’il faudrait que chaque pays s’approprie la lutte contre le terrorisme. Bien sûr, cela n’exclut pas une coordination et un soutien réciproque entre les pays du champ, et nous apportons depuis longtemps une aide logistique au Mali, dans le cadre de notre coopération bilatérale. Nous lui avons fourni des moyens militaires, nous partageons nos renseignements et nous avons beaucoup contribué à la formation de contingents spécialisés dans la lutte anti-terroriste.

Vous privilégiez donc le dialogue au Nord. Cela signifie-t-il que l’on peut négocier avec les islamistes du mouvement Ansar Eddine ?

Les membres d’Ansar Eddine ne sont pas des salafistes, on oublie trop souvent que le mouvement a une composante touarègue.

On peut négocier avec le MNLA [le Mouvement national de libération de l’Azawad, NDLR] et avec Ansar Eddine, oui.

Ansar Eddine est pourtant très proche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)…

Il y a, sur ce sujet, beaucoup de confusion. Les membres d’Ansar Eddine ne sont pas des salafistes, on oublie trop souvent que le mouvement a une composante touarègue, et on aurait tort d’exclure Iyad Ag Ghali, son chef. N’a-t-il pas autrefois été l’un des négociateurs du Pacte national ? C’est un interlocuteur comme les autres.

Quels sont les points non négociables ?

Il faut respecter la souveraineté et l’intégrité du Mali. On ne s’accommodera jamais d’une partition ou d’une déclaration d’indépendance. De la même manière, tous les acteurs de cette crise, quels qu’ils soient, doivent renoncer définitivement au terrorisme et au crime organisé. Cela n’est pas négociable.

La lutte contre Aqmi et les trafics, c’est l’affaire de tous.

Ceci étant dit, les problèmes du Nord doivent être réglés dans le cadre d’un dialogue national. Cela s’est déjà fait avec la signature du Pacte national en 1992 ; cela s’est encore fait avec la signature des accords d’Alger en juillet 2006 – des accords qu’il est temps de réviser. Mais cela, c’est l’affaire des Maliens, tandis que la lutte contre Aqmi et les trafics, c’est l’affaire de tous.

À l’heure actuelle, faute d’un leadership politique fort, Bamako ne paraît pas en mesure de négocier quoi que ce soit…

C’est pourtant aux Maliens de mener à bien la transition politique pour remettre de l’ordre dans la maison Mali.

Le capitaine Sanogo qui a pris la tête des putschistes le 21 mars dernier, peut-il encore jouer un rôle ?

C’est aux Maliens de le dire, mais il faut tenir compte de tous ceux qui pourraient participer au renforcement du leadership à Bamako, qu’ils soient issus de la classe politique, de la société civile ou de l’armée.

_______

Propos recueillis à Addis-Abeba par Anne Kappes-Grangé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest à une autre session. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

L'Algérien Issad Rebrab nommé CEO africain de l'année

Issad Rebrab, fondateur du groupe Cévital, et le Kényan Chris Kirubi ont été nommés dirigeants africains de l'année au cours du Africa CEO Forum. Danone, Equity Bank, Helios et IHS ont[...]

France : à Béziers, Robert Ménard entretient la nostalgie de l'Algérie française

En rebaptisant une rue célébrant la signature des accords d’Évian (17 mars 1962) par le nom d’un ancien officier impliqué dans des affaires de torture en Algérie, le maire de[...]

Faire du ski en Afrique ? Oui, c'est possible !

Profiter de la poudreuse en Afrique, une envie originale mais qui peut facilement devenir réalité dans l'une des six stations de ski africaines.Tour d'horizon. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120713172011 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120713172011 from 172.16.0.100