Extension Factory Builder
13/07/2012 à 17:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Messahel : 'Les problèmes du Nord doivent être réglés avec un dialogue national'. Messahel : "Les problèmes du Nord doivent être réglés avec un dialogue national". © AFP

Le ministre algérien chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, participe au sommet de l'Union africaine à Addis Abeba. Il répond aux questions de notre envoyée spéciale sur la crise malienne. Interview.

Jeune Afrique : L’Algérie est un acteur clé dans la sous-région. Peut-elle continuer à ne pas vouloir intervenir militairement au Nord-Mali ?

Abdelkader Messahel : D’abord, il y a beaucoup d’exagération dans tout cela : l’Algérie n’a pas les moyens de régler les problèmes du Mali, il faut que cela soit clair. Ensuite, les problèmes du Mali ne peuvent être réglés que par les Maliens eux-mêmes et je crois en leur capacité à ouvrir le dialogue au Nord et à reprendre les positions que l’armée a perdues.

Mais l’Algérie a une expertise en la matière…

Une expertise que nous n’avons jamais refusé de partager, même s’il faudrait que chaque pays s’approprie la lutte contre le terrorisme. Bien sûr, cela n’exclut pas une coordination et un soutien réciproque entre les pays du champ, et nous apportons depuis longtemps une aide logistique au Mali, dans le cadre de notre coopération bilatérale. Nous lui avons fourni des moyens militaires, nous partageons nos renseignements et nous avons beaucoup contribué à la formation de contingents spécialisés dans la lutte anti-terroriste.

Vous privilégiez donc le dialogue au Nord. Cela signifie-t-il que l’on peut négocier avec les islamistes du mouvement Ansar Eddine ?

Les membres d’Ansar Eddine ne sont pas des salafistes, on oublie trop souvent que le mouvement a une composante touarègue.

On peut négocier avec le MNLA [le Mouvement national de libération de l’Azawad, NDLR] et avec Ansar Eddine, oui.

Ansar Eddine est pourtant très proche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)…

Il y a, sur ce sujet, beaucoup de confusion. Les membres d’Ansar Eddine ne sont pas des salafistes, on oublie trop souvent que le mouvement a une composante touarègue, et on aurait tort d’exclure Iyad Ag Ghali, son chef. N’a-t-il pas autrefois été l’un des négociateurs du Pacte national ? C’est un interlocuteur comme les autres.

Quels sont les points non négociables ?

Il faut respecter la souveraineté et l’intégrité du Mali. On ne s’accommodera jamais d’une partition ou d’une déclaration d’indépendance. De la même manière, tous les acteurs de cette crise, quels qu’ils soient, doivent renoncer définitivement au terrorisme et au crime organisé. Cela n’est pas négociable.

La lutte contre Aqmi et les trafics, c’est l’affaire de tous.

Ceci étant dit, les problèmes du Nord doivent être réglés dans le cadre d’un dialogue national. Cela s’est déjà fait avec la signature du Pacte national en 1992 ; cela s’est encore fait avec la signature des accords d’Alger en juillet 2006 – des accords qu’il est temps de réviser. Mais cela, c’est l’affaire des Maliens, tandis que la lutte contre Aqmi et les trafics, c’est l’affaire de tous.

À l’heure actuelle, faute d’un leadership politique fort, Bamako ne paraît pas en mesure de négocier quoi que ce soit…

C’est pourtant aux Maliens de mener à bien la transition politique pour remettre de l’ordre dans la maison Mali.

Le capitaine Sanogo qui a pris la tête des putschistes le 21 mars dernier, peut-il encore jouer un rôle ?

C’est aux Maliens de le dire, mais il faut tenir compte de tous ceux qui pourraient participer au renforcement du leadership à Bamako, qu’ils soient issus de la classe politique, de la société civile ou de l’armée.

_______

Propos recueillis à Addis-Abeba par Anne Kappes-Grangé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers