Extension Factory Builder
13/07/2012 à 17:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président tunisien Moncef Marzouki. Le président tunisien Moncef Marzouki. © AFP

Le président tunisien a assuré, dans un entretien accordé à l'AFP, que les institutions de son pays n'étaient pas menacées par les islamistes extrémistes.

Le salafisme est « une nuisance, mais ce n'est pas une force de nuisance capable de mettre en danger la république ». Le président tunisien, Moncef Marzouki, a affirmé à l'AFP que son pays n'était pas menacé par un islamisme extrémiste, soulignant par ailleurs que le pouvoir n'était pas tenu par les seuls islamistes d'Ennahdha mais partagé avec des partis de centre-gauche.

« Quand les salafistes ont voulu mettre un peu le feu aux poudres en prétextant une insulte à la religion, en fin de compte ils ont reculé car ils ont compris que l'ensemble des forces sécuritaires sont absolument déterminées à frapper un grand coup »,assure marzouki. L'opposant historique à Ben Ali, exilé de nombreuses années en France, faisait référence à l'attaque d'une exposition d'art qui a provoqué des débordements et un couvre-feu en juin. Selon lui, il s'agit avant tout de jeunes de « la frange la plus pauvre » de la société. « C'est la misère sordide qui crée de tels comportements », assure-t-il.

Marzouki a aussi tenu à marteler que la Tunisie n'était pas dirigée par les islamistes d'Ennahdha, parti majoritaire allié à deux mouvements de centre-gauche, le Congrès pour la République qu'il dirige (CPR) et Ettakatol. « L'affirmation que la Tunisie est gouvernée par des islamistes est une aberration. La Tunisie est gouvernée par une coalition (...) où les partenaires laïques ont autant de poids que le partenaire islamiste », a-t-il assuré.

"Je n'ai pas vendu mon âme au diable"

« Ennahdha, ce sont des gens que nous avons d'une certaine façon convertis, entre guillemets, à la démocratie dans les années 1980 et 1990 », a-t-il expliqué, voyant dans ce parti l'équivalent d'un « parti chrétien-démocrate en Europe ». De nombreux analystes considèrent cette coalition comme inégale et dominée par Ennahdha, et l'opposition craint une dérive hégémonique islamiste bien que ce parti multiplie les assurances sur son caractère républicain. Le président a aussi affirmé ne pas avoir « vendu (son) âme au diable » (sic), saluant une « expérience unique dans le monde arabe » pour « éviter la confrontation idéologique ».

Marzouki affirme avoir mis sa "démission en jeu" dans l'affaire Mahmoudi.

Il a souligné qu'Ennahdha s'était ré-engagé au respect des droits de l'Homme, de la femme et des libertés après la crise politique provoquée fin juin par l'extradition de l'ex-Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi. Cette décision avait été prise par le chef du gouvernement, l'islamiste Hamadi Jebali, sans l'aval de la présidence. « Cette coalition a failli exploser justement parce qu'il y a eu manquement à l'un des accords principaux : on ne touche pas aux droits de l'Homme », a-t-il dit, affirmant avoir mis sa « démission en jeu ». « J'ai reçu toutes sortes de garanties de la part d'Ennahdha et du Premier ministre », a encore assuré Moncef Marzouki.

Critiques

"Je me réjouis d'être caricaturé car cela montre que nous ne sommes plus en dictature", dit Marzouki.

Par ailleurs, au moment où le gouvernement est accusé de vouloir contrôler les médias, le président a balayé ces reproches, y voyant « une preuve de mauvaise foi extraordinaire. (...) Jamais de toute l'histoire de la Tunisie, la presse n'a été aussi libre », a-t-il dit, le gouvernement est « en permanence attaqué, vilipendé ». Ces critiques sont la preuve que la « Tunisie est un vrai pays démocratique » et même les insultes envers Moncef Marzouki, nombreuses sur internet en particulier, sont « un signe de bonne santé », selon lui. « Même si les caricatures sont parfois injustes (...), je me réjouis d'être caricaturé car cela montre que nous ne sommes plus en dictature », a-t-il dit.

Enfin, sur le plan institutionnel, le président s'est dit sûr qu'un compromis sur la future Constitution serait trouvé pour que des élections aient lieu au printemps 2013, alors que Ennahdha insiste sur un parlementarisme pur et que ses alliés veulent un régime mixte. « Ennahdha fonctionne dans le consensus (...) j'imagine que la sagesse politique leur commandera de négocier un régime qui sera semi-parlementaire, semi-présidentiel », a-t-il dit.

Moncef Marzouki, qui se rend en France du 17 au 19 juillet, a souligné que cette visite visait à « effacer » des tensions, la France ayant eu une attitude équivoque lors de la révolution de 2011 qui a renversé le régime de Ben Ali. Avec l'arrivée à la présidence de François Hollande, « l'atmosphère psychologique est nettement meilleure », a-t-il dit.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un ex-ministre de Ben Ali à Carthage ?

Tunisie : un ex-ministre de Ben Ali à Carthage ?

Caciques de l'ancien régime ou membres éphémères de l'équipe gouvernementale du président déchu, ils ont décidé de briguer la magistrature suprême le 23&[...]

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers