Extension Factory Builder
13/07/2012 à 17:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président tunisien Moncef Marzouki. Le président tunisien Moncef Marzouki. © AFP

Le président tunisien a assuré, dans un entretien accordé à l'AFP, que les institutions de son pays n'étaient pas menacées par les islamistes extrémistes.

Le salafisme est « une nuisance, mais ce n'est pas une force de nuisance capable de mettre en danger la république ». Le président tunisien, Moncef Marzouki, a affirmé à l'AFP que son pays n'était pas menacé par un islamisme extrémiste, soulignant par ailleurs que le pouvoir n'était pas tenu par les seuls islamistes d'Ennahdha mais partagé avec des partis de centre-gauche.

« Quand les salafistes ont voulu mettre un peu le feu aux poudres en prétextant une insulte à la religion, en fin de compte ils ont reculé car ils ont compris que l'ensemble des forces sécuritaires sont absolument déterminées à frapper un grand coup »,assure marzouki. L'opposant historique à Ben Ali, exilé de nombreuses années en France, faisait référence à l'attaque d'une exposition d'art qui a provoqué des débordements et un couvre-feu en juin. Selon lui, il s'agit avant tout de jeunes de « la frange la plus pauvre » de la société. « C'est la misère sordide qui crée de tels comportements », assure-t-il.

Marzouki a aussi tenu à marteler que la Tunisie n'était pas dirigée par les islamistes d'Ennahdha, parti majoritaire allié à deux mouvements de centre-gauche, le Congrès pour la République qu'il dirige (CPR) et Ettakatol. « L'affirmation que la Tunisie est gouvernée par des islamistes est une aberration. La Tunisie est gouvernée par une coalition (...) où les partenaires laïques ont autant de poids que le partenaire islamiste », a-t-il assuré.

"Je n'ai pas vendu mon âme au diable"

« Ennahdha, ce sont des gens que nous avons d'une certaine façon convertis, entre guillemets, à la démocratie dans les années 1980 et 1990 », a-t-il expliqué, voyant dans ce parti l'équivalent d'un « parti chrétien-démocrate en Europe ». De nombreux analystes considèrent cette coalition comme inégale et dominée par Ennahdha, et l'opposition craint une dérive hégémonique islamiste bien que ce parti multiplie les assurances sur son caractère républicain. Le président a aussi affirmé ne pas avoir « vendu (son) âme au diable » (sic), saluant une « expérience unique dans le monde arabe » pour « éviter la confrontation idéologique ».

Marzouki affirme avoir mis sa "démission en jeu" dans l'affaire Mahmoudi.

Il a souligné qu'Ennahdha s'était ré-engagé au respect des droits de l'Homme, de la femme et des libertés après la crise politique provoquée fin juin par l'extradition de l'ex-Premier ministre libyen Baghdadi Mahmoudi. Cette décision avait été prise par le chef du gouvernement, l'islamiste Hamadi Jebali, sans l'aval de la présidence. « Cette coalition a failli exploser justement parce qu'il y a eu manquement à l'un des accords principaux : on ne touche pas aux droits de l'Homme », a-t-il dit, affirmant avoir mis sa « démission en jeu ». « J'ai reçu toutes sortes de garanties de la part d'Ennahdha et du Premier ministre », a encore assuré Moncef Marzouki.

Critiques

"Je me réjouis d'être caricaturé car cela montre que nous ne sommes plus en dictature", dit Marzouki.

Par ailleurs, au moment où le gouvernement est accusé de vouloir contrôler les médias, le président a balayé ces reproches, y voyant « une preuve de mauvaise foi extraordinaire. (...) Jamais de toute l'histoire de la Tunisie, la presse n'a été aussi libre », a-t-il dit, le gouvernement est « en permanence attaqué, vilipendé ». Ces critiques sont la preuve que la « Tunisie est un vrai pays démocratique » et même les insultes envers Moncef Marzouki, nombreuses sur internet en particulier, sont « un signe de bonne santé », selon lui. « Même si les caricatures sont parfois injustes (...), je me réjouis d'être caricaturé car cela montre que nous ne sommes plus en dictature », a-t-il dit.

Enfin, sur le plan institutionnel, le président s'est dit sûr qu'un compromis sur la future Constitution serait trouvé pour que des élections aient lieu au printemps 2013, alors que Ennahdha insiste sur un parlementarisme pur et que ses alliés veulent un régime mixte. « Ennahdha fonctionne dans le consensus (...) j'imagine que la sagesse politique leur commandera de négocier un régime qui sera semi-parlementaire, semi-présidentiel », a-t-il dit.

Moncef Marzouki, qui se rend en France du 17 au 19 juillet, a souligné que cette visite visait à « effacer » des tensions, la France ayant eu une attitude équivoque lors de la révolution de 2011 qui a renversé le régime de Ben Ali. Avec l'arrivée à la présidence de François Hollande, « l'atmosphère psychologique est nettement meilleure », a-t-il dit.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex