Extension Factory Builder
13/07/2012 à 13:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le M23 a qualifié 'd’inacceptable' le retour de l’armée congolaise dans les villes de l’Est. Le M23 a qualifié "d’inacceptable" le retour de l’armée congolaise dans les villes de l’Est. © AFP

Les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) ont qualifié vendredi "d’inacceptable", le retour de l’armée congolaise dans les villes de l’Est de la République démocratique du Congo, qu’ils occupaient dimanche avant de se retirer.

« Cet acte de provocation est un défi lancé contre nos forces (…) et une humiliation pour les habitants de ces entités qui ont subi les exactions de cette armée lors de sa fuite devant nos forces. » C’est en ces termes que le mouvement du 23 Mars a réagi au retour de l’armée de la République démocratique du Congo dans deux villes de l’est de la RDC.

Dans un communiqué, les rebelles du M23 ont ainsi indiqué qu’ils « regrettent le retour » des Forces armées congolaises (FARDC) à Kinwandja et Rusthsuru, dans la province du Nord-Kivu, après que leurs forces ont remis ces localités « à la police nationale congolaises et au contingent de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) pour mettre à l’abri de toute confrontation des forces les habitants de ces entités. »

Le M23, « qui qualifie d’inacceptable la présence des FARDC dans ces entités, considère cet acte comme une offensive militaire engagée (…) contre ses positions. » Les mutins demandent en conséquence aux forces militaires congolaises de quitter « sans délai » les deux villes en questions, « fautes de quoi elles seront rendues responsables de toutes les conséquences relatives à leur présence dans ces entités, ce que nous ne souhaitons pas. »

Passe d'armes

Le 6 juillet, les soldats rebelles avaient pris Bunagana, un important poste-frontière avec l’Ouganda, après des combats avec l’armée congolaise, avant de conquérir sans résistance, le 8 juillet, Rusthsuru, à 70 km au nord de Goma, la cité voisine de Kiwanja, et d’autres localités plus au sud, jusqu’à 50 km de la capitale provinciale.

Les mutins se sont retirés lundi de ces villes, mais ils contrôlent toujours Bunagana, situé à environ 25 km au sud-est de Rusthsuru, tout près de leurs bases dans les collines du parc national des Virunga, adossé au Rwanda et à l’Ouganda.

Après le retrait des mutins, l’armée congolaise a repris position dans les deux villes en question. Jeudi, trois hélicoptères de l’ONU et deux autres de l’armée congolaise ont tiré des roquettes et des obus sur deux autres positions tenues par les rebelles, dans le sud-est du parc des Virunga, Nkokwe et Bukima.

Par ailleurs, la Monusco et les FARDC avaient déployé mercredi des blindés à 25 kilomètres au nord de la capitale provinciale, pour prévenir toute attaque sur la ville, même si les mutins ont jusqu’à ce jour insisté sur le fait que leur objectif n’était pas de vendre Goma, ni d’autres villes, mais « de faire entendre leur voix », et d’amener le gouvernement congolais à des négociations.

Le M23 est constitué d'ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans les FARDC dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa, signé le 23 mars 2009, et dont ils réclament la pleine application. Si Kigali a toujours démenti appuyer les mutins, de hauts responsables rwandais, dont le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, sont accusés dans un rapport d'experts de l'ONU d'avoir aidé directement le M23 en lui fournissant armes, munitions et recrues.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands moyens.[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population[...]

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers