Extension Factory Builder
12/07/2012 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef d'Ennahda Rached Ghannouchi le 12 juillet 2012 à Tunis. Le chef d'Ennahda Rached Ghannouchi le 12 juillet 2012 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Les ténors d’Ennahdha, parti islamiste au pouvoir, ont appelé au consensus lors d’un congrès historique, le 12 juillet.

Le discours se veut conciliateur, alors que l’opposition laïque craint une dérive autoritaire d’Ennahdha, mouvement politique islamiste qui se dit pourtant modéré. « Ce congrès est celui de l’union du peuple tunisien. Nous sommes un peuple uni », a ainsi déclaré le chef du parti, Rached Ghannouchi, devant une vaste foule de partisans.

« Je veux rassurer le peuple, le pays est entre de bonnes mains », a ajouté le leader historique du premier parti islamiste tunisien, lors de l’ouverture du congrès de son parti, qui se tient jusqu’à dimanche dans la banlieue de Tunis.

Faisant référence aux tensions entre Ennahdha et deux partis du centre gauche, le Congrès pour la république et Ettakatol, Rached Ghannouchi a également indiqué que les crises secouant la Tunisie et la coalition au pouvoir étaient « normales » après une révolution.

De son côté, Mustapha Ben Jaafar, président de l’assemblée nationale constituante a pour sa part appelé à combattre toute forme de dictature, notamment celle fondée sur le religieux. « Il faut affronter la dictature qu’elle soit au nom de la religion ou de la modernité » a-t-il ainsi expliqué avant de préciser : « notre réussite est liée à notre capacité à préserver l’esprit de consensus. » Le chef du parti d’Ettakatol a également appelé à « un régime républicain civil pour instaurer un état moderne qui préserve l’identité du peuple arabo-musulman. »

Le Premier ministre Hamadi Jabali, issu d’Ennahdha, a lui aussi promis un « engagement pour la démocratie et les droits de l’homme », avant d’estimer qu’il fallait « renforcer le critère civique (d’Ennahdha) et son attachement à la liberté, aux acquis de la société et à la défense de l’identité et de la référence islamique. »

Ennahdha dans le viseur

Des discours qui n’empêchent pas l’opposition de craindre une dérive autoritaire du premier parti islamiste de Tunisie, surtout après la décision du gouvernement d’extrader l’ancien Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, malgré l’opposition du président Moncef Marzouki. Le gouvernement a également été accusé par l’instance en charge de la réforme du secteur des médias « d’user d’outils de désinformation et de censure.» Enfin, Ennahda a aussi été critiqué pour son manque de fermeté à l’égard de la mouvance salafiste, responsable de plusieurs coups d’éclats lors de ces derniers mois.

Toujours est-il qu’Ennahda reste la principale force politique du pays, après avoir été réprimé pendant plusieurs années par le dictateur déchu Zine el Abidine Ben Ali. Le parti s’attendait à recevoir entre 25 000 et 30 000 participants lors de ce qui peut être vu comme le premier congrès public organisé depuis 1988.

Vendredi et Samedi, les quelques mille délégués doivent débattre de motions dont le contenu n’a pas encore été transmis à la presse. Dimanche, ils se prononceront sur ces textes qui détermineront la stratégie politique du parti, sa position sur ses alliances, son orientation sur les questions de société et sur l’organisation interne du parti. Un défi se pose cependant au congrès : il devra concilier les positions des modérés et des radicaux qui font  partie d’Ennahda.

Les délégués seront également chargés d’élire la nouvelle direction du mouvement, qui, sauf surprise, devrait garder Ghannouchi à sa tête.

Des invités de marque sont par ailleurs présents au Congrès, comme le chef du mouvement islamiste palestinien Khaled Mechaal, chaleureusement accueilli par le slogan « Le peuple veut libérer la Palestine. » Les militants ont aussi lancé des appels au départ du président Bachar al-Assad, criant "Bachar, dégage" en soutien à la révolte réprimée dans le sang en Syrie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Tunisie : Samir el-Wafi, mauvais scoop pour animateur star

Le célèbre présentateur tunisien a été arrêté. Pas pour un délit de presse, mais pour une affaire de droit commun : il est soupçonné de racket.[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120712172310 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120712172310 from 172.16.0.100