Extension Factory Builder
12/07/2012 à 16:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alain de Pouzilhac, à Dubaï, en octobre 2010. Alain de Pouzilhac, à Dubaï, en octobre 2010. © AFP

Alain de Pouzilhac, le PDG de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), qui regroupe notamment Radio France International (RFI) et France 24, a été contraint à démissionner par le nouveau gouvernement français.

Le couperet a fini par tomber. Jeudi 12 juillet, Alain de Pouzilhac, président de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), a été contraint à démissionner de ses fonctions. Selon lui, l’État a souhaité une « nouvelle présidence » pour la holding chapeautant France 24 et RFI.

« Je prends acte du fait que l’État, notre actionnaire, souhaite une nouvelle présidence pour l’Audiovisuel extérieur de la France. Je considère donc que ma mission est terminée », écrit-il dans une lettre aux salariés dont l’AFP a obtenu une copie. « Il ne faut surtout pas que je sois une entrave au développement de l’entreprise que nous avons contribué à créer et à faire réussir face à des concurrents de plus en plus performants », poursuit Alain de Pouzilhac, 67 ans. « Sachez que je pars avec beaucoup de tristesse. On ne quitte pas ceux qu’on aime sans chagrin », conclut-il.

Projet de fusion

Appelé par Nicolas Sarkozy en 2008 pour piloter le rapprochement de RFI et France 24 au sein de l’AEF, Alain de Pouzilhac souhaitait fusionner les rédactions de la radio internationale, de sa filiale arabophone MCD et de la chaîne d’information en continu. Le nouveau gouvernement, à l'époque dans l'opposition, ainsi que les syndicats des médias concernés s'étaient opposés à ce projet de fusion.

Mercredi, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, s'était clairement prononcée contre une fusion des rédactions. Ce projet n'était « pas envisageable », selon elle. Un désaveu pour Alain de Pouzilhac qui, dans sa lettre, continue de défendre cette fusion : « Il est peut-être trop tôt pour la réaliser mais j’ai la conviction personnelle qu’elle est l’avenir d’un AEF fort et capable de rivaliser avec les plus grands groupes d’information internationaux ».

Cette annonce du patron de l’AEF est intervenue alors qu’un conseil d’administration venait de débuter, au cours duquel devait être présenté un rapport attendu sur la difficile fusion en question. Alain de Pouzilhac serait également dans le collimateur de la justice, selon le site du journal Challenges.

Maintien de l’AEF

Dans la matinée, les syndicats de RFI et France 24 avaient été reçus par les représentants des ministères de la Communication et des Affaires étrangères. « Ils nous ont confirmé souhaiter le maintien de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), avec une séparation des rédactions de RFI, France 24 », a affirmé Marc Thiébault, délégué syndical CFDT pour RFI. Ce scénario, soutenu par la CFDT, est prévu dans le rapport rédigé par l’ancien directeur de RFI et Radio France, Jean-Paul Cluzel.

D'après plusieurs syndicats, Jean-Paul Cluzel propose toutefois, dans un deuxième scénario, de rattacher RFI et sa filiale arabophone au groupe public Radio France (France Inter, France Info...) et France 24 à France Télévisions (France 2, France 3...).

Cette seconde option est soutenue par l’intersyndicale RFI (FO, SNJ CGT, CGT, SNJ). Interrogés à la sortie de leur rencontre aux ministères, les représentants de l’intersyndicale ont fait part de leur « insatisfaction » et convoqué une assemblée générale des salariés, qui se déroulait depuis 14 heures.

La fusion entre RFI et France 24 avait été entérinée le 13 février. Elle prévoit le déménagement de RFI à Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), dans les locaux de l’AEF, ainsi que le rapprochement des rédactions. Une partie du personnel a déjà déménagé, mais les rédactions de RFI se trouvent toujours dans les locaux de Radio France, à Paris.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Des fonctionnaires de la Fifa ont été interpellés par la police suisse mercredi matin à Zurich à la demande de la justice américaine. Ces hauts responsables du monde du football sont soup&[...]

Un Kényan offre 50 vaches pour épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama

Un avocat kényan veut épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama. Pour appuyer sa demande, Felix Kiprono offre à la famille de l'élue de son cœur 50 vaches, des moutons et des[...]

France : Sarko et sa batterie de cuisine

À deux ans de l'échéance, l'ancien chef de l'État paraît bien placé pour prendre sa revanche. Son principal handicap ? Les multiples casseroles judiciaires qu'il traîne[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un[...]

Le prix de la différence

Malgré tous nos efforts pour retarder l'échéance, voire l'éviter, nous avons dû nous résoudre à l'inéluctable : augmenter le prix de Jeune Afrique. La[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers