Extension Factory Builder
12/07/2012 à 16:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des mutins du M23 sont stationnés à Bunagana dans les collines du Nord-Kivu. Des mutins du M23 sont stationnés à Bunagana dans les collines du Nord-Kivu. © AFP/Melanie Gouby

Redoutant toujours une offensive du M23 vers Goma, les troupes des Nations unies et l’armée congolaise ont lancé jeudi 12 juillet une opération conjointe dans la province du Nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Dans l’expectative quant aux intentions des mutins du Mouvement du 23 mars, les forces armées congolaises (FARDC) et la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) ont lancé une offensive jeudi 12 juillet.

Trois hélicoptères de la Monusco et deux autres des FARDC ont été vus au-dessus de la zone de Nkokwe et Bukima, localités qui se trouvent entre 5 et 10 km à l'est de la route qui va de Rusthuru à Goma, à environ 50 km au nord de la capitale du Nord-Kivu. Selon la même source, des explosions étaient entendues. « Les FARDC sont en train de bombarder nos positions, mais ils ne savent pas où nous sommes. Il n'y a pas de problèmes », a affirmé à l'AFP un colonel mutin du M23.

"Notre mission ce n'est pas d'aller à Goma"

« Personne ne sait ce que le M23 a l'intention de faire », avait expliqué plus tôt un responsable de l'ONU. « Notre grande inquiétude est que le M23 prépare désormais un mouvement contre Goma », avait-il ajouté.

Depuis leur offensive sur Rutshuru, qu’ils ont ensuite quitté, les mutins ont pourtant affirmé qu’ils ne souhaitaient pas prendre la capitale provinciale. Ce qu’a réaffirmé jeudi le porte-parole du M23, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama : « Notre mission, ce n'est pas d'aller à Goma. Nous avons notre force mais nous sommes disciplinés », a-t-il assuré. Aucun mouvement des mutins n'a été observé jusque-là vers la capitale provinciale où des chars des FARDC et de la Monusco ont été déployés. La Monusco a également déployé au moins une dizaine de chars à environ 25 km de Goma, à Kibumba sur la route allant à Rutshuru.

Le 6 juillet, le M23 a pris Bunagana, un important poste-frontière avec l'Ouganda, puis Rutshuru et d'autres localités plus au sud, jusqu'à 50 km de la capitale provinciale, le 8 juillet, avant finalement de se retirer lundi. « Notre mission, ce n'est pas de contrôler les villes, poursuit le porte-parole des mutins. Nous demandons juste au gouvernement congolais de venir à la table des négociations ».

Branche politique

Regroupée à Bunagana, situé à environ 25 km au sud-est de Rutshuru, la rébellion a présenté jeudi ses représentants politiques chargés officiellement de négocier avec le gouvernement. Une branche politique dont le pasteur Jean-Marie Runiga, ancien responsable des relations extérieures du CNDP, a été nommé coordinateur. Il a réagi aux informations faisant état d’attaques contre la population rwandaise de Goma. « Si nous voyons que le gouvernement et la Monusco ne font rien pour protéger les civils attaqués, alors nous irons capturer Goma », a-t-il menacé.

Un rapport d'experts de l'ONU accuse de hauts responsables rwandais, dont le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, d'avoir aidé directement le M23. Ce que Kigali a toujours démenti. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé mercredi les présidents rwandais Paul Kagame et congolais Joseph Kabila pour leur demander de « poursuivre le dialogue afin de réduire les tensions et mettre fin à la crise ».

Le regain de violences au Nord-Kivu a provoqué le déplacement de 220 000 personnes entre avril et juin, dont 100 000 dans le territoire de Rutshuru, et quelque 30 000 autres se sont réfugiées en Ouganda et au Rwanda.

(Avec Agences)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers