Extension Factory Builder
12/07/2012 à 09:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gilbert Fossoun Houngbo, ex-Premier ministre togolais. Gilbert Fossoun Houngbo, ex-Premier ministre togolais. © AFP

Le premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo a présenté mercredi 11 juillet sa démission et celle de son gouvernement au président Faure Gnassingbé, selon un communiqué de la présidence de la République.

« Le Premier ministre, Gilbert Fossoun Houngbo a présenté ce jour, sa démission ainsi que celle de son gouvernement au président Faure Gnassingbé. Ce dernier l’a accepté et lui a demandé d’expédier les affaires courantes », a indiqué un communiqué de la présidence lu à la télévision nationale Togolaise (TVT).

Les motifs de cette démission restent cependant flous. Et pourtant, rien ne présageait ce départ précipité du désormais ex-locataire de la primature. Il y a quelques semaines, M. Houngbo appelait les Togolais à adhérer massivement à l’Unir (Union pour la république), la nouvelle formation politique du Président Faure Gnassingbé créée en avril dernier à la place du Rassemblement du peuple togolais (RPT), l’ancien parti unique dissout.

Contactés par Jeuneafrique.com à Lomé, aucun officiel n’a pour le moment souhaité commenter ce dossier.

Cette annonce intervient à l’heure où le Togo est confronté à de multiples crises socio-politiques. En toile de fond, les revendications du Collectif Sauvons le Togo (CST), un regroupement de partis politiques et d’associations de la société civile revendiquant, entre autres, des élections transparentes et la mise en oeuvre d'un rapport de la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) sur la torture.

Conséquence immédiate

L’annonce de la démission du gouvernement pourrait rendre caduc l’accord historique entre le RPT et l’Union des forces de changement (UFC) conclu le 26 mai 2010. Une alliance qui permettait à la formation de l’ex-opposant Gilchrist Olympio, d’avoir sept portefeuilles ministériels au sein du gouvernement.

Avant sa nomination le 7 septembre 2008 par le président Faure Gnassingbé, le successeur de Komlan Mally était administrateur et directeur Afrique du programme des nations unies pour le développement (Pnud). Reconduit en mai 2010 dans ses fonctions, M. Houngbo avait promis « changer le quotidien des togolais en six mois ».  Une promesse qu’il n’a pu tenir jusqu’à sa démission.

___

Jean-Claude Abalo, à Lomé


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Les fonctionnaires togolais poursuivent les mouvements entamés depuis quelques semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Une assemblée générale devrait décider en [...]

Opposition togolaise : chacun pour soi et tous pour lui ?

L'union fait la force, c'est bien connu. Pourtant, l'opposition ira une fois encore en ordre dispersé à la présidentielle du mois d'avril. Et cela ne peut qu'arranger le chef de l'État sortant.[...]

Togo : cinq candidats à la conquête du fauteuil présidentiel

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a clôturé dimanche le dépôt de candidatures pour l’élection présidentielle. Quatre candidats, dont le leader[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Togo : Faure Gnassingbé officiellement en lice pour un troisième mandat

Les délégués de l'Unir (parti au pouvoir au Togo) ont officiellement investi mercredi le président Faure Gnassingbé comme candidat à l’élection présidentielle. Un[...]

Togo : l'élection présidentielle, c'est pour le 15 avril

Au Togo, l’élection présidentielle se tiendra le 15 avril. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement mardi lors du Conseil des ministres.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Togo : et le candidat du parti au pouvoir pour la présidentielle est...

Les délégués du parti au pouvoir, l'Union pour la République (Unir), doivent se retrouver mercredi à Kara (nord du Togo) pour désigner leur candidat à la présidentielle qui[...]

Togo : grogne des agents de la fonction publique à deux mois de la présidentielle

Le front social est tendu au Togo à quelques semaines de l’élection présidentielle. Des mouvements d'humeurs, principalement dans les secteurs clés de la santé et de l'éducation, ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120712085607 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120712085607 from 172.16.0.100