Extension Factory Builder
11/07/2012 à 19:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bien que critiqué, Rached Ghannouchi reste la figure centrale d'Ennahdha. Bien que critiqué, Rached Ghannouchi reste la figure centrale d'Ennahdha. © Lionel Bonaventure/AFP

Le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, Ennahdha, tient son premier congrès hors de clandestinité, du 12 au 15 juillet à Tunis. L'occasion de clarifier sa ligne politique et son projet de société pour le pays.

Du 12 au 15 juillet, l’attention du tout Tunis politique et intellectuel ainsi que celle des mouvements islamistes du monde entier sera tournée vers le 9e Congrès du parti Ennahdha (la renaissance, en arabe). Près de 30 000 personnes sont attendues au Palais des expositions du Kram, le plus grand espace public de Tunisie après les stades olympiques. Outre les 1 103 représentants du parti, plus de 200 leaders venus des pays arabo-musulmans y assisteront, dont Khaled Mechaal, le président du bureau exécutif du mouvement islamiste palestinien Hamas et le président du Conseil national de transition (CNT) libyen, Mustapha Abdeljalil.

Pour Ennahda, vainqueur en octobre 2011 des élections à la Constituante avec 1,5 millions de voix, cette grand messe est l’occasion de démontrer sa popularité. Abdelfatah Mourou, un des fondateurs du parti dont on annonce une reprise de fonction au bureau exécutif après une longue bouderie, prédit que « le congrès sera plus une fête qu’une évaluation ». La mise en scène de la puissance d’Ennahdha pourrait aussi lui permettre de faire oublier les nombreuses dissenssions qui la minent. Mais aussi les critiques qui l'assaillent : avec 40 % des sièges à l’Assemblée Constituante, le parti dirige de fait le pays, touché par une profonde crise socio-économique et où le mécontentement est généralisé.

Différents courants

Ennahdha, qui a déjà tenu huit congrès dans la clandestinité, s’apprête donc à exposer au grand jour les différents courants qui la traversent. Elle devrait aussi clarifier sa position vis-à-vis des mouvements salafistes les plus radicaux qu’on lui reproche, au mieux, de ménager, au pire, de soutenir discrètement. On sait déjà que les « ultras » du parti, tels Sadok Chourou et Ridha Ellouze, comptent bien exprimer haut et fort leur vision de l’islam politique et son application en Tunisie…

Pour les commentateurs de la presse tunisienne, le congrès d’Ennahdha semble avoir surtout comme objectif de vendre à l’opinion tunisienne et internationale un projet de « démocratie halal ». De fait, les travaux des représentants du parti porteront essentiellement sur la conception d’un nouvel État pour la Tunisie et sur la nature du système politique à donner au pays. Une question d’actualité, à l’heure où Ennahdha cherche à imposer un régime parlementaire dans la future Constitution, alors que la majorité de l’Assemblée penche plutôt pour un régime semi-présidentiel, par crainte de la mainmise du Parlement sur le gouvernement.

Le rôle de Ghannouchi

Le congrès abordera ensuite les questions du dialogue national, de la stratégie d’alliances politiques pour les dix prochaines années et celle des nouvelles bases juridiques du parti. Ennahdha veut revoir ses statuts et son règlement intérieur, entre autres pour définir le cadre de ses relations internationales, notamment avec les Frères musulmans égyptiens.

Dans une formation qui est passée de l’exil et de la clandestinité à la pratique du pouvoir en quelques mois, Rached Gahnnouchi reste la figure qui fédère le mieux le mouvement. Ainsi, bien qu’il ait affirmé vouloir se retirer de la présidence du parti, le leader historique sera vraisemblablement reconduit à son poste, au moins temporairement. Respecté par la base du parti et ses fidèles, il est cependant critiqué par les fondamentalistes, qui veulent une application immédiate et sans condition de la charia, mais aussi par les plus modérés qui souhaitent qu’il tranche, enfin, la question salafiste

_______

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Stéphanie Pouessel : 'Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme'

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie où[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Tunisie : à Ben Guerdane, un vent de colère souffle sur la route de la contrebande

La fermeture prolongée du poste-frontière de Ras el-Jdir, entre la Tunisie et la Libye, nuit gravement à l'économie de la région de Ben Guerdane, fondée sur la contrebande d'armes et[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, un repli très tactique

L'ancien Premier ministre tunisien quitte la direction d'Ennahdha mais reste membre de la formation islamiste. Il pourrait se présenter comme "indépendant" à la prochaine élection[...]

Littérature : Wahiba Khiari, ou l'assourdissant silence de la guerre

Premier ouvrage des éditions Elyzad à être traduit aux États-Unis, "Nos silences", de Wahiba Khiari, témoigne du dynamisme de la maison tunisienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers