Extension Factory Builder
11/07/2012 à 19:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bien que critiqué, Rached Ghannouchi reste la figure centrale d'Ennahdha. Bien que critiqué, Rached Ghannouchi reste la figure centrale d'Ennahdha. © Lionel Bonaventure/AFP

Le parti islamiste au pouvoir en Tunisie, Ennahdha, tient son premier congrès hors de clandestinité, du 12 au 15 juillet à Tunis. L'occasion de clarifier sa ligne politique et son projet de société pour le pays.

Du 12 au 15 juillet, l’attention du tout Tunis politique et intellectuel ainsi que celle des mouvements islamistes du monde entier sera tournée vers le 9e Congrès du parti Ennahdha (la renaissance, en arabe). Près de 30 000 personnes sont attendues au Palais des expositions du Kram, le plus grand espace public de Tunisie après les stades olympiques. Outre les 1 103 représentants du parti, plus de 200 leaders venus des pays arabo-musulmans y assisteront, dont Khaled Mechaal, le président du bureau exécutif du mouvement islamiste palestinien Hamas et le président du Conseil national de transition (CNT) libyen, Mustapha Abdeljalil.

Pour Ennahda, vainqueur en octobre 2011 des élections à la Constituante avec 1,5 millions de voix, cette grand messe est l’occasion de démontrer sa popularité. Abdelfatah Mourou, un des fondateurs du parti dont on annonce une reprise de fonction au bureau exécutif après une longue bouderie, prédit que « le congrès sera plus une fête qu’une évaluation ». La mise en scène de la puissance d’Ennahdha pourrait aussi lui permettre de faire oublier les nombreuses dissenssions qui la minent. Mais aussi les critiques qui l'assaillent : avec 40 % des sièges à l’Assemblée Constituante, le parti dirige de fait le pays, touché par une profonde crise socio-économique et où le mécontentement est généralisé.

Différents courants

Ennahdha, qui a déjà tenu huit congrès dans la clandestinité, s’apprête donc à exposer au grand jour les différents courants qui la traversent. Elle devrait aussi clarifier sa position vis-à-vis des mouvements salafistes les plus radicaux qu’on lui reproche, au mieux, de ménager, au pire, de soutenir discrètement. On sait déjà que les « ultras » du parti, tels Sadok Chourou et Ridha Ellouze, comptent bien exprimer haut et fort leur vision de l’islam politique et son application en Tunisie…

Pour les commentateurs de la presse tunisienne, le congrès d’Ennahdha semble avoir surtout comme objectif de vendre à l’opinion tunisienne et internationale un projet de « démocratie halal ». De fait, les travaux des représentants du parti porteront essentiellement sur la conception d’un nouvel État pour la Tunisie et sur la nature du système politique à donner au pays. Une question d’actualité, à l’heure où Ennahdha cherche à imposer un régime parlementaire dans la future Constitution, alors que la majorité de l’Assemblée penche plutôt pour un régime semi-présidentiel, par crainte de la mainmise du Parlement sur le gouvernement.

Le rôle de Ghannouchi

Le congrès abordera ensuite les questions du dialogue national, de la stratégie d’alliances politiques pour les dix prochaines années et celle des nouvelles bases juridiques du parti. Ennahdha veut revoir ses statuts et son règlement intérieur, entre autres pour définir le cadre de ses relations internationales, notamment avec les Frères musulmans égyptiens.

Dans une formation qui est passée de l’exil et de la clandestinité à la pratique du pouvoir en quelques mois, Rached Gahnnouchi reste la figure qui fédère le mieux le mouvement. Ainsi, bien qu’il ait affirmé vouloir se retirer de la présidence du parti, le leader historique sera vraisemblablement reconduit à son poste, au moins temporairement. Respecté par la base du parti et ses fidèles, il est cependant critiqué par les fondamentalistes, qui veulent une application immédiate et sans condition de la charia, mais aussi par les plus modérés qui souhaitent qu’il tranche, enfin, la question salafiste

_______

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex