Extension Factory Builder
11/07/2012 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des piétons dans une rue de Tombouctou. Des piétons dans une rue de Tombouctou. © AFP

Des membres de la communauté arabe de Tombouctou ont annoncé la création d'une "brigade de vigilance". Objectif : empêcher la destruction des mausolées de la ville mythique par les islamistes d'Ansar Eddine.

Cela suffira-t-il à stopper les destructions de mausolées ? Pas sûr... Mercredi 11 juillet, des membres de la communauté arabe de Tombouctou ont annoncé avoir mis en place une « brigade de vigilance » pour empêcher de nouvelles exactions culturelles de la part des groupes islamistes qui contrôlent la ville.

« Nous avons aujourd'hui une brigade de vigilance pour que personne ne touche aux mausolées de Araouane et de Gasser-Cheick [deux localités de la région de Tombouctou, NDLR]. Nous sommes armés et il y a le nombre de personnes qu'il faut », a affirmé Tahel Ould Sidy, chef de cette « brigade de vigilance ». « Nous n'allons pas laisser les gens qui ne connaissent rien à l'islam venir détruire nos trésors. Moi, j'ai étudié en Mauritanie et en Arabie saoudite. Personne ne nous dit dans le Coran qu'il faut casser des mausolées », a-t-il ajouté.

Les hommes d'Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam, en arabe) sont maîtres de Tombouctou depuis plus de trois mois. Alliés aux islamistes du Mouvement pour l'unicité du jihad en Afrique de l'ouest (Mujao) et à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ils ont détruit mardi deux mausolées situés dans l'enceinte de la plus grande mosquée de la ville, Djingareyber. Un monument qui fait partie des trésors de Tombouctou, classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

Les islamistes ont promis de détruire tous les mausolées de la région, mais mercredi, aucune destruction n'a été constatée.« Dans la nuit de mardi à mercredi, les islamistes ont rapidement reconstruit une partie du mur de la grande mosquée, tombé quand ils détruisaient les deux mausolées », a déclaré un témoin. « Après, ils ont recouvert de cendre la tombe des saints musulmans dont les mausolées ont été détruits », a-t-il ajouté.

Indignation

Du 30 juin au 2 juillet, Ansar Eddine a détruit sept des seize mausolées de Tombouctou et brisé la porte sacrée de la mosquée Sidi Yahia, provoquant l'indignation au Mali et à l'étranger.

Les trois villes et régions administratives du nord du Mali, Tombouctou, Gao et Kidal, qui représentent plus de la moitié du territoire malien, sont occupées depuis la fin de mars et le début d'avril par les islamistes armés. Ils ont évincé la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) de la région et entendent imposer la charia (loi islamique) dans tout le Mali.

L'organisation Médecins sans Frontières a assuré mercredi dans un communiqué qu'elle maintenait sa présence « dans l'hôpital de Tombouctou depuis la mi-avril (...) malgré la tension latente qui règne dans la ville. » Ses équipes assurent « les soins médicaux pour les populations de la ville et des alentours », bien que, « depuis quelques jours, les mouvements de voiture (soient) contrôlés ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Mali : les illusions perdues de Sirafily Diango

Ancien militant, le dramaturge Sirafily Diango a trouvé une façon de poursuivre la politique par d'autres moyens : l'écriture. Acteur, il sera sur les planches du festival Théâtres des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers