Extension Factory Builder
11/07/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Carte d'électeur congolaise, lors du dernier scrutin législatif, en 2007. Carte d'électeur congolaise, lors du dernier scrutin législatif, en 2007. © AFP Archives

Brazzaville vit au rythme de la campagne électorale des législatives prévues pour le 15 juillet. Phrases choc, sentences absurdes ou reprises de slogans victorieux dans d'autres pays... Pour séduire les électeurs, les candidats ne savent plus quoi inventer.

Branle-bas de combat dans les états-majors des partis au Congo. Pas moins de 1 213 candidats briguent les 139 sièges de l’Assemblée nationale aux législatives du 15 juillet. Séduire, puis convaincre les électeurs, l'objectif paraît simple pour les équipes des différents prétendants à la députation. Entre meetings enflammés, distribution de casquettes, de T-shirts et de pagnes à l'effigie des candidats, voire de billets de banque, tout y passe. Mais ce qui est beaucoup plus original, ce sont les incontournables slogans de campagne.

De la phrase choc, forte, retentissante, au slogan passe-partout, les Brazzavillois en ont pour leur compte. Le plus courant reste le plus classique : « Votez pour X », souvent suivi d’un énoncé incitatif, du genre : « Le choix de la raison », « Le candidat de la rupture », « Pour une meilleure représentativité »…

Mais depuis les précédentes législatives de 2007, une verve beaucoup plus sophistiquée s'est mise à l'œuvre, mêlant qualités du candidat et promesses de campagne un brin démagogiques, comme « Je serai toujours à l’écoute et j’agirai pour améliorer votre vie », ou encore « C’est pour vous tous que je veux gagner ».

Depuis les précédentes législatives de 2007, une verve beaucoup plus sophistiquée s'est mise à l'œuvre.

"J'ai fait un rêve"

D'autres fois, les slogans puisent à une source lyrique facile à repérer, telle le discours de Martin Luther King à Washington, en 1963 : « J’ai fait un rêve pour notre circonscription, rêvons ensemble » (sic). Ou « Je connais vos problèmes et je les comprends », qui rappelle le fameux « Je vous ai compris » du général de Gaulle, à Alger en 1958. Auteure de cette tirade gaullienne, l'équipe de campagne de la Dynamique Guy Manckoundia, (un candidat de la 2e circonscription de Bacongo), s'essaie aussi à la construction analogique à partir d'un proverbe bien connu : « Un peuple averti en vaut deux ». Comprendra qui voudra...

Candidat… normal

Pour ceux qui manqueraient d'imagination – ou de culture historique - la dernière élection présidentielle française a visiblement apporté à Brazzaville un secours bien opportun. Comme François Hollande, le tombeur de Nicolas Sarkozy, plus d’un candidat se revendique « normal ». Reprise à la sauce locale, cela donne : « Je suis un candidat généreux, normal et plein de compassion. Votez pour moi ! » martèlent par exemple les banderoles d'un candidat de la circonscription de Louvakou, dans le Niari (voir ci-dessous).

Mais alors que certains se concentrent sur des formules qui ont déjà fait leurs preuves, de nombreux jeunes candidats n'hésitent pas à faire montre d'une certaine inventivité, en mettant en avant leur « virginité politique » (sic) ou en s'affirmant comme la « référence » de la jeunesse. A côté, les plus vieux misent en général sur leur expérience ou promettent « le changement dans la continuité »... La tarte à la crème des slogans, donc...

Les promesses concrètes des candidats sont aussi parfois bien idéalistes, comme ce candidat qui s’engage, entre autres, à décréter la gratuité de l’éducation et de la santé pour les électeurs d’une circonscription de Ouenzé, dans le 5e arrondissement de Brazzaville. Quand elles ne versent pas carrément dans le macabre, avec ce candidat qui promet de mettre à disposition de ses mandants « deux chapiteaux et un fond pour les veillées mortuaires »...

"Place Tahrir ne trahira jamais" : un des slogans difficilement compréhensibles de Brazzaville.

© Ifrikia Kengué, pour J.A.

Absurde

Mais la palme des phrases les plus absurdes revient à plusieurs lauréats, qui se placent ensemble sur les premières places du podium. Difficile de départager en effet des slogans tels que « Place Tahrir ne trahira jamais », ou « Devant les idées l’argent se tait, votez pour l’écrivain X », ou bien « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais c’est le difficile qui est le chemin »... Ou encore, écrit sur des banderole présentes dans toutes les artères de la capitale congolaise : « Enfin le Congo champion du monde ». Du slogan politique ?

"Quand les idées parlent l'argent se tait".

© Ifrikia Kengué, pour J.A.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Congo - Elie Smith : 'Mes agresseurs étaient au téléphone avec quelqu'un'

Congo - Elie Smith : "Mes agresseurs étaient au téléphone avec quelqu'un"

Elie Smith, le journaliste camerounais de la télévision congolaise MNTV, dont il est directeur des études et de la planification, a été victime d’une violente agression dans la nuit du 9 a[...]

Hommage à Daniel Biyaoula

Christine Denizon est traductrice. Elle fut la compagne de l'écrivain congolais Daniel Biyaoula, décédé en mai dernier. Elle lui rend ici hommage, à l'occasion de l'anniversaire de sa naissance.[...]

Congo - Claude Le Roy : "La victoire a de nombreux amis"

Le Congo, qui a battu le Soudan (2-0) après s’être imposé au Nigeria (3-2), est une des sensations du début des qualifications pour la CAN 2015. Claude Le Roy, le sélectionneur des Diables[...]

Congo : Marcel Ntsourou condamné aux travaux forcés à vie

Accusé de rébellion et atteinte à la sécurité intérieure de l'État, l'ex-numéro deux des renseignements congolais, Marcel Ntsourou, a été condamné jeudi[...]

Afrique - France : Richard Attias, de Libreville à Marbella

Le publicitaire et homme d'affaires franco-marocain Richard Attias cultive ses réseaux au Congo comme au Gabon. On l'a vu ces dernières semaines non seulement à Libreville et à Marbella, lieu de[...]

La Sape au Congo, toutes griffes dehors

Excentriques, raffinés, décalés... Les rois de la sape du Congo rivalisent de style et d'originalité. Plus qu'une mode, un art très contemporain.[...]

NBA - Serge Ibaka : monstre du contre

À 24 ans, il est aujourd'hui l'un des tout meilleurs défenseurs de la NBA. Il y avait pourtant loin des rues de Brazzaville aux projecteurs américains.[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Congo : à Brazza, les artistes photographes la jouent collectif

Il y a dix ans, une poignée d'artistes amateurs congolais créait Génération Elili ("image", en lingala). Le groupe compte aujourd'hui 17 membres, tous photographes professionnels[...]

Audiovisuel congolais : des privées très cathodiques

Politique, divertissement, questions de société... Les nouvelles chaînes séduisent leur public en affichant leur spécificité. Cela suffira-t-il face à la concurrence publique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex