Extension Factory Builder
11/07/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Carte d'électeur congolaise, lors du dernier scrutin législatif, en 2007. Carte d'électeur congolaise, lors du dernier scrutin législatif, en 2007. © AFP Archives

Brazzaville vit au rythme de la campagne électorale des législatives prévues pour le 15 juillet. Phrases choc, sentences absurdes ou reprises de slogans victorieux dans d'autres pays... Pour séduire les électeurs, les candidats ne savent plus quoi inventer.

Branle-bas de combat dans les états-majors des partis au Congo. Pas moins de 1 213 candidats briguent les 139 sièges de l’Assemblée nationale aux législatives du 15 juillet. Séduire, puis convaincre les électeurs, l'objectif paraît simple pour les équipes des différents prétendants à la députation. Entre meetings enflammés, distribution de casquettes, de T-shirts et de pagnes à l'effigie des candidats, voire de billets de banque, tout y passe. Mais ce qui est beaucoup plus original, ce sont les incontournables slogans de campagne.

De la phrase choc, forte, retentissante, au slogan passe-partout, les Brazzavillois en ont pour leur compte. Le plus courant reste le plus classique : « Votez pour X », souvent suivi d’un énoncé incitatif, du genre : « Le choix de la raison », « Le candidat de la rupture », « Pour une meilleure représentativité »…

Mais depuis les précédentes législatives de 2007, une verve beaucoup plus sophistiquée s'est mise à l'œuvre, mêlant qualités du candidat et promesses de campagne un brin démagogiques, comme « Je serai toujours à l’écoute et j’agirai pour améliorer votre vie », ou encore « C’est pour vous tous que je veux gagner ».

Depuis les précédentes législatives de 2007, une verve beaucoup plus sophistiquée s'est mise à l'œuvre.

"J'ai fait un rêve"

D'autres fois, les slogans puisent à une source lyrique facile à repérer, telle le discours de Martin Luther King à Washington, en 1963 : « J’ai fait un rêve pour notre circonscription, rêvons ensemble » (sic). Ou « Je connais vos problèmes et je les comprends », qui rappelle le fameux « Je vous ai compris » du général de Gaulle, à Alger en 1958. Auteure de cette tirade gaullienne, l'équipe de campagne de la Dynamique Guy Manckoundia, (un candidat de la 2e circonscription de Bacongo), s'essaie aussi à la construction analogique à partir d'un proverbe bien connu : « Un peuple averti en vaut deux ». Comprendra qui voudra...

Candidat… normal

Pour ceux qui manqueraient d'imagination – ou de culture historique - la dernière élection présidentielle française a visiblement apporté à Brazzaville un secours bien opportun. Comme François Hollande, le tombeur de Nicolas Sarkozy, plus d’un candidat se revendique « normal ». Reprise à la sauce locale, cela donne : « Je suis un candidat généreux, normal et plein de compassion. Votez pour moi ! » martèlent par exemple les banderoles d'un candidat de la circonscription de Louvakou, dans le Niari (voir ci-dessous).

Mais alors que certains se concentrent sur des formules qui ont déjà fait leurs preuves, de nombreux jeunes candidats n'hésitent pas à faire montre d'une certaine inventivité, en mettant en avant leur « virginité politique » (sic) ou en s'affirmant comme la « référence » de la jeunesse. A côté, les plus vieux misent en général sur leur expérience ou promettent « le changement dans la continuité »... La tarte à la crème des slogans, donc...

Les promesses concrètes des candidats sont aussi parfois bien idéalistes, comme ce candidat qui s’engage, entre autres, à décréter la gratuité de l’éducation et de la santé pour les électeurs d’une circonscription de Ouenzé, dans le 5e arrondissement de Brazzaville. Quand elles ne versent pas carrément dans le macabre, avec ce candidat qui promet de mettre à disposition de ses mandants « deux chapiteaux et un fond pour les veillées mortuaires »...

"Place Tahrir ne trahira jamais" : un des slogans difficilement compréhensibles de Brazzaville.

© Ifrikia Kengué, pour J.A.

Absurde

Mais la palme des phrases les plus absurdes revient à plusieurs lauréats, qui se placent ensemble sur les premières places du podium. Difficile de départager en effet des slogans tels que « Place Tahrir ne trahira jamais », ou « Devant les idées l’argent se tait, votez pour l’écrivain X », ou bien « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais c’est le difficile qui est le chemin »... Ou encore, écrit sur des banderole présentes dans toutes les artères de la capitale congolaise : « Enfin le Congo champion du monde ». Du slogan politique ?

"Quand les idées parlent l'argent se tait".

© Ifrikia Kengué, pour J.A.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka. U[...]

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Congo : le procès Ntsourou s'ouvre à Brazzaville

Plus de six mois après son arrestation, Marcel Ntsourou a été présenté mercredi matin devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Brazzaville. L'ancien chef adjoint des services de[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Congo-Brazzaville : à Paris, l'opposition en exil veut forcer Sassou Nguesso au départ

Alors que le camp présidentiel évoque une modification de la Constitution pour permettre à Denis Sassou Nguesso de se représenter, l’opposition congolaise en exil a organisé un[...]

Daniel Biyaoula, écrivain iconoclaste

En 1997, un nouveau nom apparut dans le paysage littéraire africain : Daniel Biyaoula, natif du Congo-Brazzaville. Auteur alors d'un premier roman, L'Impasse, ambitieux aussi bien dans la forme que dans le ton[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance et de l'impunité

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers