Extension Factory Builder
10/07/2012 à 12:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Succès d'audience, l'émission Un mois un toit est reconduite sur 2STV. Succès d'audience, l'émission Un mois un toit est reconduite sur 2STV. © Massamba Dial/Facebook

"Khar bii", "Big star", "Un mois un toit", "Elles sont toutes belles", "Le Rêve", "Une autre vie"… La téléréalité est désormais omniprésente dans le paysage audiovisuel sénégalais. Des émissions qui trouvent leur public à tous les coups mais qui restent encore difficiles à produire.

L'émission Un mois un toit, concept tiré d'Extreme makeover, aux États-Unis, et des Maçons du coeur en France, aurait dû être diffusée début décembre. Mais c'est finalement en mai que les téléspectateurs de la 2STV ont pu assister à la destruction puis à la reconstruction de la maison d'une famille pauvre d'un quartier populaire de Dakar. L’audience était au rendez-vous, la prochaine émission doit donc être lancée à la mi-juillet.

Difficultés techniques, problèmes d'agenda, pénurie de sponsors… Comment expliquer de tels délais de production ? « Il n'est pas facile de trouver des annonceurs au Sénégal, même si le concept est connu à l'étranger », explique Massamba Dial, producteur d'Un mois un toit. Surtout que chaque épisode, qui coûte 15 millions de FCFA, est financé pour moitié par une agence d'événementiel, et pour l'autre moitié par les sponsors, via l'apport de matériaux pour la construction de la nouvelle habitation. Quant à la production, elle est gérée par la 2STV, chaîne privée tournée vers le divertissement, « sans qu'il y ait d'échange d'argent », assure Massamba Dial.

Autre façon de procéder pour Khar bii, le programme qui procède à l'élection du plus beau mouton du Sénégal. « C'est moi qui paye la 2STV, à hauteur de 10% de ce que l'émission nous rapporte. Le système marche à l'envers de ce qui ce fait normalement ailleurs », explique Marianne Bathily, productrice de l'émission.

Records d'audience

Le programme bat néanmoins des records d'audience. Cette année, Khar Bii a rapporté 10 millions de F CFA alors qu'il est produit sur un budget de 100 millions de FCFA, entièrement financé par les sponsors. Il y a trois ans, lors du lancement, Marianne Bathily n'avait réussi à soulever que 22 millions de F CFA, les annonceurs étant encore trop frileux.

« Aujourd'hui, la cadence s'est accélérée avec l'émergence des chaînes privées qui veulent faire de l'audience à tout prix et bousculer la RTS (chaîne publique, NDLR) qui a la mainmise sur le marché de la publicité », indique Ibrahima Sarr, directeur du Cesti (Centre d'études des sciences et techniques de l'information), à Dakar. C'est le cas de Sen TV, une toute nouvelle chaîne, qui en fait son fond de commerce. Avec un crédo : « la proximité, toucher ce qui intéresse directement la population », souligne Jupiter Diagne, réalisateur des émissions de téléréalité sur Sen TV.

La chaîne diffuse par exemple Beneen Life (« Une autre vie », en langue wolof), copié du show américain The Simple Life, où Paris Hilton va de ville en campagne, habiter avec des familles de la classe moyenne. Là, c'est une mannequin dakaroise qui se retrouve dans un village de brousse. Après avoir refusé de manger avec la main, on voit la belle, sans maquillage, aller vomir le riz qu'on a préparé pour elle.

Lente percée

« Les sponsors sont au départ un peu frileux mais on les fait assister aux tournages, on leur montre des émissions zéro pour qu'ils soient mis en confiance », indique Jupiter Diagne, qui préfère ne pas préciser le coût de ses émissions.

Malgré ces succès, les concepts de téléréalité s'entassent dans les boîtes des sociétés de production, dans l'attente de plans de financements solides. « Cela marche ailleurs alors pourquoi pas en Afrique ? », s'enthousiasme Rokhaya Kébé, directrice adjointe d'Africa 7. C'est sur cette nouvelle chaîne qu'a été lancée début décembre, Big Star, télé-crochet inspiré de la Nouvelle Star, sur M6. Et la chaîne a mis les moyens. « Il faut compter au moins 200 millions de F CFA si l'on veut faire les choses avec un minimum de professionnalisme », précise Rokhaya.

Reste le côté socio-culturel à prendre en compte pour expliquer la lente percée de la téléréalité, et notamment la pudeur si prégnante dans la vie publique au Sénégal. De fait, pour Ibrahima Sarr, certains formats ne sont carrément pas adaptés à la société sénégalaise et ses valeurs, et cite l'exemple d'Un mois un toit. « Depuis quand les Sénégalais acceptent-ils d'étaler leur pauvreté devant les caméras ? » s'interroge-t-il. À quoi on pourrait répondre : que ne ferait-on pas pour bénéficier d'un toit digne de ce nom ?

___

Aurélie Fontaine, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola (SE OK MER 25/3)

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120710175646 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120710175646 from 172.16.0.100