Extension Factory Builder
10/07/2012 à 12:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Succès d'audience, l'émission Un mois un toit est reconduite sur 2STV. Succès d'audience, l'émission Un mois un toit est reconduite sur 2STV. © Massamba Dial/Facebook

"Khar bii", "Big star", "Un mois un toit", "Elles sont toutes belles", "Le Rêve", "Une autre vie"… La téléréalité est désormais omniprésente dans le paysage audiovisuel sénégalais. Des émissions qui trouvent leur public à tous les coups mais qui restent encore difficiles à produire.

L'émission Un mois un toit, concept tiré d'Extreme makeover, aux États-Unis, et des Maçons du coeur en France, aurait dû être diffusée début décembre. Mais c'est finalement en mai que les téléspectateurs de la 2STV ont pu assister à la destruction puis à la reconstruction de la maison d'une famille pauvre d'un quartier populaire de Dakar. L’audience était au rendez-vous, la prochaine émission doit donc être lancée à la mi-juillet.

Difficultés techniques, problèmes d'agenda, pénurie de sponsors… Comment expliquer de tels délais de production ? « Il n'est pas facile de trouver des annonceurs au Sénégal, même si le concept est connu à l'étranger », explique Massamba Dial, producteur d'Un mois un toit. Surtout que chaque épisode, qui coûte 15 millions de FCFA, est financé pour moitié par une agence d'événementiel, et pour l'autre moitié par les sponsors, via l'apport de matériaux pour la construction de la nouvelle habitation. Quant à la production, elle est gérée par la 2STV, chaîne privée tournée vers le divertissement, « sans qu'il y ait d'échange d'argent », assure Massamba Dial.

Autre façon de procéder pour Khar bii, le programme qui procède à l'élection du plus beau mouton du Sénégal. « C'est moi qui paye la 2STV, à hauteur de 10% de ce que l'émission nous rapporte. Le système marche à l'envers de ce qui ce fait normalement ailleurs », explique Marianne Bathily, productrice de l'émission.

Records d'audience

Le programme bat néanmoins des records d'audience. Cette année, Khar Bii a rapporté 10 millions de F CFA alors qu'il est produit sur un budget de 100 millions de FCFA, entièrement financé par les sponsors. Il y a trois ans, lors du lancement, Marianne Bathily n'avait réussi à soulever que 22 millions de F CFA, les annonceurs étant encore trop frileux.

« Aujourd'hui, la cadence s'est accélérée avec l'émergence des chaînes privées qui veulent faire de l'audience à tout prix et bousculer la RTS (chaîne publique, NDLR) qui a la mainmise sur le marché de la publicité », indique Ibrahima Sarr, directeur du Cesti (Centre d'études des sciences et techniques de l'information), à Dakar. C'est le cas de Sen TV, une toute nouvelle chaîne, qui en fait son fond de commerce. Avec un crédo : « la proximité, toucher ce qui intéresse directement la population », souligne Jupiter Diagne, réalisateur des émissions de téléréalité sur Sen TV.

La chaîne diffuse par exemple Beneen Life (« Une autre vie », en langue wolof), copié du show américain The Simple Life, où Paris Hilton va de ville en campagne, habiter avec des familles de la classe moyenne. Là, c'est une mannequin dakaroise qui se retrouve dans un village de brousse. Après avoir refusé de manger avec la main, on voit la belle, sans maquillage, aller vomir le riz qu'on a préparé pour elle.

Lente percée

« Les sponsors sont au départ un peu frileux mais on les fait assister aux tournages, on leur montre des émissions zéro pour qu'ils soient mis en confiance », indique Jupiter Diagne, qui préfère ne pas préciser le coût de ses émissions.

Malgré ces succès, les concepts de téléréalité s'entassent dans les boîtes des sociétés de production, dans l'attente de plans de financements solides. « Cela marche ailleurs alors pourquoi pas en Afrique ? », s'enthousiasme Rokhaya Kébé, directrice adjointe d'Africa 7. C'est sur cette nouvelle chaîne qu'a été lancée début décembre, Big Star, télé-crochet inspiré de la Nouvelle Star, sur M6. Et la chaîne a mis les moyens. « Il faut compter au moins 200 millions de F CFA si l'on veut faire les choses avec un minimum de professionnalisme », précise Rokhaya.

Reste le côté socio-culturel à prendre en compte pour expliquer la lente percée de la téléréalité, et notamment la pudeur si prégnante dans la vie publique au Sénégal. De fait, pour Ibrahima Sarr, certains formats ne sont carrément pas adaptés à la société sénégalaise et ses valeurs, et cite l'exemple d'Un mois un toit. « Depuis quand les Sénégalais acceptent-ils d'étaler leur pauvreté devant les caméras ? » s'interroge-t-il. À quoi on pourrait répondre : que ne ferait-on pas pour bénéficier d'un toit digne de ce nom ?

___

Aurélie Fontaine, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers