Extension Factory Builder
10/07/2012 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Assemblée du peuple lors de sa première session depuis sa dissolution, le 10 juillet. L'Assemblée du peuple lors de sa première session depuis sa dissolution, le 10 juillet. © l'AFP

L’assemblée du peuple égyptienne a ouvertement défié la justice et la Haute cours constitutionnelle : dissoute le 14 juin, elle s’est réunie mardi 10 juillet après un décret du président Mohamed Morsi ordonnant son rétablissement.

« Le Parlement connait très bien ses droits et ses devoirs, n’intervient pas dans les affaires du pouvoir judiciaire et ne commente pas les jugements de la justice » a expliqué Saad el-Katatni, président de l'assemblée du peuple égyptienne. Pourtant, en se réunissant de nouveau mardi, après le décret du président Mohamed Morsi, il est indéniable que l'assemblée nationale, dissoute par décret militaire, défie la justice et la Haute cours constitutionelle qui avait préconisé cette dissolution le 14 juin.

« Ce dont nous discutons aujourd’hui, c’est le mécanisme d’application » du jugement de la Haute cour constitutionnelle » qui a invalidé l’assemblée du peuple, a fait savoir le président de la chambre, Saad al-Katatni, à l’ouverture de la session. « Je veux souligner que nous ne sommes pas en contradiction avec le jugement de la HCC, a précisé le Frère musulman, avant de lever la session.

Un décret ne pouvant être "immédiatement" appliqué

Les députés Frères musulmans et salafistes se sont présentés au parlement, alors que la puissante confrérie avait annoncé qu’elle organiserait des manifestations dans la journée pour soutenir les décisions du président et le rétablissement du Parlement.

La position de Saad el-Katatni rejoint celle de la présidence, pour qui le décret de Mohamed Morsi « ne contredit ni ne contrevient au jugement de la Cour constitutionnelle, ce dernier ne pouvant être « immédiatement » appliqué.

Plusieurs partis politiques, en particuliers les libéraux, ont préféré boycotter la séance, certains qualifiant le décret de Mohamed Morsi de « coup d’état constitutionnel », et accusant les Frères de vouloir contrôler toutes les institutions de l’appareil étatique égyptien.

La reprise des activités du parlement est due au décret promulgué dimanche par le président de la république, Mohamed Morsi, qui demandait dimanche à l’assemblée de résumer ses séances, annulant ainsi un précédent décret adopté par le Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui avait prononcé la dissolution du Parlement.

La haute cours constitutionnelle, qui avait jugé l’Assemblée nationale invalide le 14 juin en raison d’un vice juridique dans la loi électorale, a rejeté le décret présidentiel, affirmant dans un communiqué que ses jugements étaient définitifs et contraignants pour toutes les institutions de l’État. »

Coup d'État permanent

De son côté, le CSFA, qui tient les rênes du pays depuis le départ de l’ancien dictateur Hosni Moubarak, a appelé lundi au « respect de la loi et de la constitution », se disant « confiant que toutes les institutions de l’État respecteront ce qui a été dit dans les déclarations constitutionnelles. »

Pour beaucoup, les militaires et le nouveau président sont désormais officiellement engagé dans une confrontation ouverte. Après l’adoption unilatérale par le CSFA d’une nouvelle déclaration constitutionnelle, les Frères musulmans avaient accusé l’armée d’orchestrer la dissolution du Parlement pour s’adjuger le pouvoir législatif, dénonçant un véritable coup d’État et affirmant que pour eux, l’assemblée du peuple restait valide et gardait ses prérogatives.

De son côté, la Haute cours constitutionnelle  avait assuré « qu’elle n’était partie prenante dans aucune lutte politique » et que sa mission était de « protéger le texte de la constitution.» Elle est néanmoins accusée par plusieurs groupes politiques de nourrir un biais en faveur des militaires.

Les États-Unis ont appelé les dirigeants égyptiens au « respect des principes démocratiques » pour sortir de cette confrontation, et la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a réclamé mardi un « dialogue intensif entre tous les protagonistes ».

« Les Égyptiens devraient obtenir ce pour quoi ils se sont battus et ceux pour qui ils voté, à savoir un gouvernement élu qui prend des décisions pour que le pays avance », a ainsi déclaré Hilary Clinton, qui doit rencontrer M. Morsi ce week-end.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas 'terroriste'

Égypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas "terroriste"

Un tribunal égyptien a classé samedi comme organisation "terroriste" le mouvement palestinien Hamas, selon une source judiciaire, alors que les autorités égyptiennes accusent le groupe islam[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Quatre attentats à la bombe font un mort et deux blessés au Caire

Quatre attentats à la bombe ont fait un mort et deux blessés jeudi matin au Caire. Même si les attaques n’ont pas été revendiquées, les autorités locales soupçonnent les[...]

Égypte : une figure de la révolte anti-Moubarak condamnée à cinq ans de prison

Accusé d’avoir eu recours à la violence lors d'une manifestation anti-Moubarak, Alaa Abdel Fattah, militant progressiste et figure de proue de la revolte de 2011, a été condamné lundi[...]

Trois attentats revendiqués par l'État islamique font au moins 45 morts en Libye

Trois attentats à la voiture piégée ont eu lieu vendredi dans l'est de la Libye faisant au moins 45 morts et 70 blessés, selon les autorités locales. Des attaques revendiquées par[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

ONU : Égyptiens et Occidentaux divisés sur la stratégie à suivre contre le terrorisme en Libye

Pendant que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi réclame publiquement une intervention militaire internationale en Libye, les pays occidentaux défendent l'option d'une solution politique et la[...]

ONU 

Égypte : Sissi réclame une résolution de l'ONU pour l'intervention d'une coalition en Libye

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a réclamé mardi l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'aller vers l'intervention d'une coalition contre[...]

État islamique en Libye : la riposte égyptienne

Des avions de combat égyptiens ont bombardé lundi des positions du groupe État islamique (EI) en Libye, en représailles à la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens[...]

Libye : l'EI décapite 21 coptes égyptiens, Le Caire réplique par des bombardements

L'Égypte a annoncé lundi que son aviation avait bombardé des positions de l'État islamique en Libye. Quelques heures plus tôt, le groupe jihadiste diffusait une vidéo montrant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120710152535 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120710152535 from 172.16.0.100