Extension Factory Builder
10/07/2012 à 10:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien chef de milice congolais, le 14 mars 2012 à La Haye. L'ancien chef de milice congolais, le 14 mars 2012 à La Haye. © AFP

Reconnu coupable d'enrôlement, de souscription et d’utilisation d'enfants-soldats durant la guerre civile en Ituri (RDC) en 2002-2003, le chef de milice congolais Thomas Lubanga a été condamné à 14 ans de prison par la Cour pénale internationale (CPI), mardi 10 juillet. La Cour a précisé que les six années qu'il a déjà passées en détention provisoire depuis 2006 seraient déduites de sa peine.

Sauf nouveau rebondissement, l'ex-chef de milice congolais Thomas Lubanga devrait passer les huit prochaines années de sa vie en prison. Reconnu coupable d'enrôlement, de souscription et d’utilisation d'enfants soldats durant la guerre civile en Ituri (RDC) en 2002-2003, le fondateur de l'Union des patriotes congolais (UPC) et ex-commandant en chef des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) a été condamné à 14 ans de prison par la Cour pénale internationale, mardi 10 juillet. La Cour a précisé que les six années qu'il a déjà passées en détention provisoire depuis 2006 seraient déduites de sa peine. C’est la première sentence prononcée par la CPI depuis sa création en 2003.

Moreno-Ocampo épinglé

La sentence prononcée est inférieure à celle qu'avait réclamée l'accusation, qui avait requis trente ans de prison le 13 juin. Le juge a justifié sa décision par la coopération constante de Lubanga avec la Cour tout au long de la procédure, alors que le comportement de l'accusation le soumettait à une « pression constante et injustifiée ». C'est l'attitude de Luis Moreno Occampo pendant le procès qui est ainsi pointée du doigt.

La défense a un délai de trente jours pour faire appel du jugement qui sera effectif lorsque Thomas Lubanga aura pris connaissance de la traduction en français du texte, rédigé en anglais. Elle pourra également interjeter appel de la condamnation prononcée mardi.

Thomas Lubanga avait plaidé non coupable lors de son procès qui s'était ouvert le 26 janvier 2009 et s'était achevé le 26 août 2011.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais a[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

RDC 

"Esclavage sexuel" et "travail forcé" en RDC, MSF tire la sonnette d'alarme

MSF a dénoncé mercredi les violences que les milices armées des régions minières de l'est de la République démocratique du Congo infligent aux civils. Selon l'ONG, les exploitants[...]

RDC - Me Kapiamba : "Le clientélisme a totalement détruit la justice congolaise"

Après le scandale autour de la mort d'une petite fille d'un an et demi en détention à Kinshasa, le président de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ), Georges Kapiamba,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers