Extension Factory Builder
09/07/2012 à 13:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La circoncision d'un enfant est-elle une mutilation répréhensible ? La circoncision d'un enfant est-elle une mutilation répréhensible ? © Fayez Nureldine/AFP

Depuis le jugement du tribunal de grande instance de Cologne interdisant la circoncision pour motif religieux, l'Allemagne est agitée par une controverse sans précédent sur l'ablation du prépuce et l'intégration des traditions religieuses dans la société.

Le prépuce est à l’origine d’une importante polémique en Allemagne. Depuis le jugement du tribunal de Cologne condamnant la circoncision pour motifs religieux, la controverse fait rage outre-Rhin. Certains, notamment les musulmans et les juifs, invoquent la liberté religieuse. D'autres, la protection de l'enfance, sur fond de débat sur l'intégration culturelle.

Sur son nuage, Dieu lit le Jugement de Cologne, et lance au téléphone à ses collègues Allah et Yahvé : « Il faut qu'on se parle d'urgence, ces athées sont de plus en plus gonflés ». La caricature parue dimanche dans le quotidien berlinois de centre gauche Tagesspiegel résume avec malice la vigueur du débat.

Le 26 juin, le tribunal de grande instance de Cologne (ouest) rendait publique une décision jugeant que l'ablation du prépuce pour motif religieux était une « blessure intentionnelle », et était donc illégale. « Le droit d'un enfant à son intégrité physique prime sur le droit des parents », affirme notamment le jugement.

La situation se complique quand on sait que, selon un sondage, 56% des Allemands approuvent cette décision, et que 35% se disent contre. Le président de l'Aide à l'enfance allemande, Georg Ehrmann, est l'un des premiers à avoir pris position : « le droit de l'enfant à une enfance sans dommage devrait faire l'objet d'un consensus partagé par toutes les communautés religieuses ».

Quelque 4 millions de musulmans et 105 000 juifs

La Torah impose la circoncision avant le huitième jour. Le Coran ne la prescrit pas, mais la tradition est forte. Juifs et musulmans, soutenus par les églises protestante et catholique d'Allemagne, ne veulent pas attendre les 14 ans de la majorité religieuse pour que les garçons décident eux-mêmes.

Si sa portée jurisprudentielle est encore incertaine, la décision de justice crée une insécurité juridique et plusieurs institutions comme la Fédération des chirurgiens pour enfants, la Chambre des médecins allemands et la Société allemande pour la chirurgie de l'enfant, ont déconseillé cette opération à leurs adhérents.

« Nous essayons d'expliquer le contenu de ce jugement mais les parents sont complètement décontenancés, ils ne comprennent pas du tout », a expliqué Gerhard Nerlich, porte-parole de l'Hôpital juif de Berlin. « C'est quand même très surprenant et énervant. Nous disons aux gens : nous sommes vraiment désolés, nous faisons ça depuis des années mais maintenant, ce n'est plus possible », a-t-il ajouté, alors que l'établissement pratique entre 70 et 80 circoncisions pour motif religieux par an, dont un tiers sur des garçons juifs et deux tiers sur des petits musulmans.

Une cérémonie de circoncision en Irak.

La circoncision en Allemagne concerne environ un tiers de garçons juifs et deux tiers de petits musulmans.

© AFP

La communauté musulmane, essentiellement d'origine turque, compte plus de 4 millions de membres, tandis que le Conseil central des Juifs d'Allemagne affirme représenter 105 000 personnes. Son président, Dieter Graumann, a jugé « scandaleuse » la décision de Cologne. « Dans tous les pays du monde, ce droit religieux est respecté », a-t-il affirmé.

"Le judaïsme et l'islam ne sont pas les bienvenus ici"

Et les critiques s'accumulent : « le judaïsme et l'islam ne sont pas les bienvenus ici », affirme, dans une tribune, l'universitaire Micha Brumlik, auteur de plusieurs ouvrages sur les relations entre judaïsme et histoire allemande. « Sans la circoncision, il ne peut pas y avoir de vie juive en Allemagne », souligne une autre professeur, Almut Bruckstein Coruh, spécialiste de philosophie hébraïque.

« Cette discussion, c'est encore quelque chose de typique à l'Allemagne », déplore Ramazan Kurugüz, représentant de la Conférence des associations islamiques (KILV), qui évoque le débat sur l'égorgement rituel et le port du foulard. « L'Allemagne doit reconnaître enfin la diversité qui existe dans ce pays, les musulmans, l'Islam font aussi partie de ce pays, de cette société », a-t-il dit en marge d'une conférence de presse d'une vingtaine d'associations musulmanes à Cologne.

Trancher le débat

Cette question de l'intégration fait débat avec plus ou moins d'acuité depuis de nombreuses années en Allemagne. Le président de la République, Christian Wulff, avait marqué les esprits en déclarant, en octobre 2010 : « l'islam fait partie de l'Allemagne ». Son successeur, Joachim Gauck, avait lui nuancé en juin dernier : « les Musulmans qui vivent ici font partie intégrante de l'Allemagne ».

Mais l'expression « Kulturkampf » (choc des cultures) fait florès dans les médias et chacun, qu'il soit partisan ou adversaire de la décision, se tourne justement vers les politiques pour trancher le débat.

Le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle a déjà pris ses distances avec la décision, en affirmant qu’« il faut que ce soit clair : les traditions religieuses sont protégées en Allemagne ». Mais les communautés veulent plus et appellent le Parlement à se saisir du dossier pour garantir cette pratique.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex