Extension Factory Builder
09/07/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Modibo Maïga (FC Sochaux) pourrait rejoindre un club anglais. Modibo Maïga (FC Sochaux) pourrait rejoindre un club anglais. © AFP

Le marché estival des transferts pâtit de la crise économique. Les mouvements sont rares, et même quelques clubs parmi les plus prestigieux ont choisi pour l’instant de ne pas bouger. Une situation qui ne surprend pas les acteurs du football français.

Ce n’est pas franchement une nouveauté, mais d’année en année, le mercato a tendance à emprunter des voies minimalistes. Et quand des puissances telles que Manchester United, Manchester City ou le Real Madrid n’ont pas encore tapé dans leur enveloppe recrutement, le signal envoyé est clair : « Il y a moins d’argent que les années précédentes. C’est le cas un peu partout en Europe, et la France n’y échappe pas », résume Alexandre Lacombe, le président du FC Sochaux. « À part Chelsea, le Paris-SG ou à un degré moindre le Bayern Munich ou Arsenal, personne n’anime le mercato. »

Un problème qui n’épargne (presque) personne

Le dirigeant français n’est pourtant pas le plus à plaindre. Il a déjà vendu l’international Marvin Martin à Lille pour un peu plus de 10 millions d’euros. Et son bas de laine pourrait prendre un peu plus d’épaisseur dans les prochaines semaines, puisque deux internationaux africains appartenant à l’effectif franc-comtois disposent d’un bond de sortie. L’attaquant malien Modibo Maïga pourrait rejoindre l’Angleterre contre un chèque de 8 millions d’euros, alors que le milieu de terrain algérien Ryad Boudebouz, qui souhaite rester en France, intéresse Lyon et Marseille. « En France, même ces clubs, qui d’habitude sont un peu les locomotives du marché, ne bougent pas. Les raisons sont simples : les droits télé sont en diminution, les charges sociales sont très élevées, et, avec les réformes fiscales que prépare le gouvernement français, l’avenir n’est pas réjouissant. »

La menace du fair-play financier

Mais la crise financière a moins une vertu, celle de ramener les chiffres à des proportions un peu plus raisonnables. « Les joueurs, surtout ceux qui sont en fin de contrat, ont tendance à revoir leurs exigences salariales à la baisse », note l’agent français d’origine algérienne, Yazine Kernou. « Et les clubs font beaucoup plus attention sur le montant des transferts. Si un joueur est estimé à 5 millions d’euros, le club qui est intéressé va tenter de faire baisser le prix de 20 à 30 %. Le fair-play financier (mesure imposée par l’UEFA  qui entrera en vigueur en 2013, contraindra les clubs européens à plus de discipline, sous peine d’être sanctionnés, NDLR) oblige les clubs à être plus stricts.» Et le marché africain, longtemps considéré comme plus abordable financièrement, n’est plus aussi tendance que par le passé. « Les clubs européens sont assez bien informés pour repérer un jeune joueur en Afrique, et le faire venir dans leur centre de formation. Cela leur coûtera beaucoup moins cher que par le passé. » Les affaires faciles, les transferts faramineux et les salaires princiers existent encore. Mais ils se sont raréfiés…

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure pas[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2h03’23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 [...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Les sons de la semaine : les Lijadu Sisters, Nas, Bibi Tanga, "Ghana Mixtape"...

Envie de faire une pause ? Voici de quoi vous détendre avec notre sélection musicale de la semaine. Au programme : le retour des Lijadu Sisters, le XXe anniversaire de l'album "Ilmatic" de Nas, le nouveau[...]

Ukraine : la guerre par d'autres moyens

Frapper les intérêts russes à l'étranger pour dissuader le Kremlin d'envahir de nouveau l'Ukraine ? Cette politique de sanctions ciblées est dans l'air du temps. Ses résultats sont[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Migration clandestine : manège en absurdie

Venu d'Afrique, le flux de bateaux de fortune tentant de rallier l'Europe ne faiblit pas. À son bord, des migrants aimantés par le fantasme de l’Occident et manipulés par des marchands de morts. Alors[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

France - Mériam Rhaiem : "Ma fille est une otage" en Syrie

Fin 2013, sa fille de 24 mois a été enlevée par son père, parti faire le jihad en Syrie. Après avoir créé un collectif nommé "Jamais sans Assia", Mériam[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers