Extension Factory Builder
09/07/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Modibo Maïga (FC Sochaux) pourrait rejoindre un club anglais. Modibo Maïga (FC Sochaux) pourrait rejoindre un club anglais. © AFP

Le marché estival des transferts pâtit de la crise économique. Les mouvements sont rares, et même quelques clubs parmi les plus prestigieux ont choisi pour l’instant de ne pas bouger. Une situation qui ne surprend pas les acteurs du football français.

Ce n’est pas franchement une nouveauté, mais d’année en année, le mercato a tendance à emprunter des voies minimalistes. Et quand des puissances telles que Manchester United, Manchester City ou le Real Madrid n’ont pas encore tapé dans leur enveloppe recrutement, le signal envoyé est clair : « Il y a moins d’argent que les années précédentes. C’est le cas un peu partout en Europe, et la France n’y échappe pas », résume Alexandre Lacombe, le président du FC Sochaux. « À part Chelsea, le Paris-SG ou à un degré moindre le Bayern Munich ou Arsenal, personne n’anime le mercato. »

Un problème qui n’épargne (presque) personne

Le dirigeant français n’est pourtant pas le plus à plaindre. Il a déjà vendu l’international Marvin Martin à Lille pour un peu plus de 10 millions d’euros. Et son bas de laine pourrait prendre un peu plus d’épaisseur dans les prochaines semaines, puisque deux internationaux africains appartenant à l’effectif franc-comtois disposent d’un bond de sortie. L’attaquant malien Modibo Maïga pourrait rejoindre l’Angleterre contre un chèque de 8 millions d’euros, alors que le milieu de terrain algérien Ryad Boudebouz, qui souhaite rester en France, intéresse Lyon et Marseille. « En France, même ces clubs, qui d’habitude sont un peu les locomotives du marché, ne bougent pas. Les raisons sont simples : les droits télé sont en diminution, les charges sociales sont très élevées, et, avec les réformes fiscales que prépare le gouvernement français, l’avenir n’est pas réjouissant. »

La menace du fair-play financier

Mais la crise financière a moins une vertu, celle de ramener les chiffres à des proportions un peu plus raisonnables. « Les joueurs, surtout ceux qui sont en fin de contrat, ont tendance à revoir leurs exigences salariales à la baisse », note l’agent français d’origine algérienne, Yazine Kernou. « Et les clubs font beaucoup plus attention sur le montant des transferts. Si un joueur est estimé à 5 millions d’euros, le club qui est intéressé va tenter de faire baisser le prix de 20 à 30 %. Le fair-play financier (mesure imposée par l’UEFA  qui entrera en vigueur en 2013, contraindra les clubs européens à plus de discipline, sous peine d’être sanctionnés, NDLR) oblige les clubs à être plus stricts.» Et le marché africain, longtemps considéré comme plus abordable financièrement, n’est plus aussi tendance que par le passé. « Les clubs européens sont assez bien informés pour repérer un jeune joueur en Afrique, et le faire venir dans leur centre de formation. Cela leur coûtera beaucoup moins cher que par le passé. » Les affaires faciles, les transferts faramineux et les salaires princiers existent encore. Mais ils se sont raréfiés…

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex