Extension Factory Builder
09/07/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Modibo Maïga (FC Sochaux) pourrait rejoindre un club anglais. Modibo Maïga (FC Sochaux) pourrait rejoindre un club anglais. © AFP

Le marché estival des transferts pâtit de la crise économique. Les mouvements sont rares, et même quelques clubs parmi les plus prestigieux ont choisi pour l’instant de ne pas bouger. Une situation qui ne surprend pas les acteurs du football français.

Ce n’est pas franchement une nouveauté, mais d’année en année, le mercato a tendance à emprunter des voies minimalistes. Et quand des puissances telles que Manchester United, Manchester City ou le Real Madrid n’ont pas encore tapé dans leur enveloppe recrutement, le signal envoyé est clair : « Il y a moins d’argent que les années précédentes. C’est le cas un peu partout en Europe, et la France n’y échappe pas », résume Alexandre Lacombe, le président du FC Sochaux. « À part Chelsea, le Paris-SG ou à un degré moindre le Bayern Munich ou Arsenal, personne n’anime le mercato. »

Un problème qui n’épargne (presque) personne

Le dirigeant français n’est pourtant pas le plus à plaindre. Il a déjà vendu l’international Marvin Martin à Lille pour un peu plus de 10 millions d’euros. Et son bas de laine pourrait prendre un peu plus d’épaisseur dans les prochaines semaines, puisque deux internationaux africains appartenant à l’effectif franc-comtois disposent d’un bond de sortie. L’attaquant malien Modibo Maïga pourrait rejoindre l’Angleterre contre un chèque de 8 millions d’euros, alors que le milieu de terrain algérien Ryad Boudebouz, qui souhaite rester en France, intéresse Lyon et Marseille. « En France, même ces clubs, qui d’habitude sont un peu les locomotives du marché, ne bougent pas. Les raisons sont simples : les droits télé sont en diminution, les charges sociales sont très élevées, et, avec les réformes fiscales que prépare le gouvernement français, l’avenir n’est pas réjouissant. »

La menace du fair-play financier

Mais la crise financière a moins une vertu, celle de ramener les chiffres à des proportions un peu plus raisonnables. « Les joueurs, surtout ceux qui sont en fin de contrat, ont tendance à revoir leurs exigences salariales à la baisse », note l’agent français d’origine algérienne, Yazine Kernou. « Et les clubs font beaucoup plus attention sur le montant des transferts. Si un joueur est estimé à 5 millions d’euros, le club qui est intéressé va tenter de faire baisser le prix de 20 à 30 %. Le fair-play financier (mesure imposée par l’UEFA  qui entrera en vigueur en 2013, contraindra les clubs européens à plus de discipline, sous peine d’être sanctionnés, NDLR) oblige les clubs à être plus stricts.» Et le marché africain, longtemps considéré comme plus abordable financièrement, n’est plus aussi tendance que par le passé. « Les clubs européens sont assez bien informés pour repérer un jeune joueur en Afrique, et le faire venir dans leur centre de formation. Cela leur coûtera beaucoup moins cher que par le passé. » Les affaires faciles, les transferts faramineux et les salaires princiers existent encore. Mais ils se sont raréfiés…

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est totaleme[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers