Extension Factory Builder
09/07/2012 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats du M23 en juin 2012 en RDC. Des soldats du M23 en juin 2012 en RDC. © AFP

Les mutins du M23 se sont emparés dimanche 8 juillet des localités de Rusthuru, Rubare, Kako, Kalengera et Katale dans l'est de la République démocratique du Congo, se rapprochant inexorablement de Goma. Le chef de la rébellion, le colonel Sultani Makenga a dans le même temps annoncé vouloir se replier sur Bunagana et laisser ces villes "à la Monusco (Mission de l'ONU) et à la police nationale".  

Rusthuru, Rubare, Kako, Kalengera et Katale. Les villes menant à Goma tombent l’une après l’autre. 48 heures après avoir conquis Bunagana, poste-frontière avec l’Ouganda, les mutins du Mouvement du 23 mars ont poursuivi dimanche 8 juillet leur offensive dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) prenant Rutshuru et d'autres localités de la province du Nord-Kivu. Les mutins ont aussi annoncé s’être emparés de Ntamugenga, une petite localité à l'est de Rubare.

Samedi soir, « les FARDC sont venues dans notre position de Mbuzi. Nous avons décidé de les poursuivre », a déclaré lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole du M23. Des blindés de la Monusco se sont retirés de Rutshuru et se sont repliés vers leur base de Kiwanja, à 5 km au nord. La plupart des habitants avaient fui la veille et s'étaient réfugiés dans un camp de déplacés attenant à la base onusienne, a constaté l'AFP.

À moins de 60 km de Goma

À partir de Rusthuru, les localités de Rubare, Kako, Kalengera et Katale se suivent sur une vingtaine de km vers le sud sur la route qui mène à Goma, la capitale du Nord-Kivu, située à environ 60 km de Rusthuru.

Mais alors que Goma lui tend les bras, le chef du M23, le colonel Sultani Makenga, ancien numéro 3 du CNDP, a déclaré en fin de journée que ses troupes allaient se retirer de ces villes, sans toutefois donner de date ni d'échéance. Le M23 restera en revanche à Bunagana, a-t-il précisé. « Nous allons nous retirer (des villes prises dimanche) et les laisser à la Monusco (Mission de l'ONU) et à la police nationale (...) Mais nous allons garder Bunagana parce que nous devons éloigner nos ennemis de nos positions », a déclaré à Bunagana le colonel Makenga, en uniforme de l'armée congolaise, portant un képi et un pistolet à la hanche, et entouré de nombreux gardes armés.

« C'est le gouvernement de Kinshasa qui détermine s'il veut la paix, s'il veut cesser de nous combattre. S'ils veulent la guerre, ils continueront à nous attaquer et nous les poursuivrons », a-t-il ajouté. « Nos principales revendications le gouvernement les connaît : le retour des réfugiés congolais qui sont au Rwanda, une bonne démocratie, et nos grades militaires doivent être confirmés... », a affirmé le colonel Makenga.

Radiation de l'armée

Ce dernier dément être aux côtés du général Bosco Ntaganda, ex-chef d'état-major du CNDP, recherché par la Cour pénale internationale (CPI), et accusé par le gouvernement de Kinshasa d'être à la tête de la mutinerie. Ce que conteste le rapport des experts de l'ONU.

Samedi soir, les deux hommes, avec d’autres officiers du M23, ont été radiés de l’armée par un Conseil supérieur de la défense, présidé par le chef de l'État Joseph Kabila avec ordre de les rechercher pour les juger.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers