Extension Factory Builder
08/07/2012 à 12:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tétouan est un personnage à part entière du film de Faouzi Ben Saïdi, 'Mort à vendre'. Tétouan est un personnage à part entière du film de Faouzi Ben Saïdi, "Mort à vendre". © D.R.

Présenté au festival de cinéma de Khouribga, le troisième long-métrage du réalisateur marocain Faouzi Ben Saïdi, "Mort à vendre", s'inscrit dans un contexte tragique. Celui d'une jeunesse désorientée et victime de l'indifférence générale.

À 26 ans, Malik n’a rien pour lui. Le jeune homme est au chômage. Après la mort de son père, sa mère s’est remariée avec son oncle paternel, ancien alcoolique reconverti dans les petits trafics, qui essaye tant bien que mal de subvenir aux besoins de sa famille en faisant marcher une boulangerie. Sa sœur a une liaison avec un homme marié. Malik lui-même est fou amoureux. De Dounia, une prostituée de luxe qui officie dans un bar huppé de Tétouan.

Heureusement pour Malik, il lui reste ses deux meilleurs amis. Allal, 30 ans, vient juste de sortir de prison et survit grâce à des vols à l’arrachée. Petit dealer, il essaye de devenir un grand ponte du trafic de drogue. Soufiane, 18 ans, est un orphelin livré à lui-même, qui a arrêté d’aller en cours. Les trois amis ont pour projet de dévaliser une bijouterie. Malik se retrouve alors face à un dilemme.

Le film pêche un peu par sa longueur. Mais il surprend par son audace. Il a ainsi été interdit en salle aux moins de 16 ans en raison de quelques scènes crues, dont l’objectif est peut-être de pousser encore un peu plus loin les lignes rouges de la censure. Film policier, « Mort à vendre » est aussi un tableau saisissant de réalisme, violent, qui, à travers le parcours d’une jeunesse marginalisée, pointe du doigt certaines problématiques auxquelles doit faire face la société marocaine. Mais pour le réalisateur, son film « ne parle pas seulement du Maroc. Le monde d’aujourd’hui est comme ça. L’indifférence ça parle aussi aux gens, en Tchécoslovaquie, en Belgique, partout. »

Bande-annonce de "Mort à vendre", de Faouzi Ben Saïdi, avec Fehd Benchemsi, Fouad Labiad, Nezha Rahil :

Terre-à-terre et poésie

« J’adore la façon dont Faouzi Ben Saïdi a réussi à traiter son sujet. Il lie le terre-à-terre et la poésie. Comment être terre à terre, tout en gardant une poésie extrême. C’est la touche Ben Saïdi », estime  l’un des acteurs principaux du film, Fehd Benshamsi, qui joue le rôle de Malik.

La réalisation, originale, ne manquera pas de surprendre le spectateur, notamment avec certains plans innovants. Plusieurs séquences sont visuellement très esthétiques, des plans très larges mettant en valeur la ville de Tétouan et son environnement naturel. « C’est une ville qui a beaucoup compté pour moi, l’un de mes plus anciens souvenir c’est un voyage à Tétouan. Le film initialement était écrit pour Tanger, mais je suis retourné un jour à Tétouan et un lien s’est créé entre la ville et mon écriture du scénario », reconnaît le réalisateur, Faouzi Ben Saïdi, lors d’une séance de débat organisée autour du film.

__

Par Tony Gamal Gabriel, envoyé spécial à Khouribga

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

'Bodybuilder' : surprenant Roschdy Zem !

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Maroc-Algérie : à Oujda, bienvenue chez les Bouteflika !

Le président algérien a vu le jour et a fait sa scolarité dans cette ville de l'Oriental marocain, avant de rejoindre les rangs du FLN. Retour sur l'enfance d'un chef.[...]

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, de reproduire la recette AKP. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers