Extension Factory Builder
08/07/2012 à 12:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tétouan est un personnage à part entière du film de Faouzi Ben Saïdi, 'Mort à vendre'. Tétouan est un personnage à part entière du film de Faouzi Ben Saïdi, "Mort à vendre". © D.R.

Présenté au festival de cinéma de Khouribga, le troisième long-métrage du réalisateur marocain Faouzi Ben Saïdi, "Mort à vendre", s'inscrit dans un contexte tragique. Celui d'une jeunesse désorientée et victime de l'indifférence générale.

À 26 ans, Malik n’a rien pour lui. Le jeune homme est au chômage. Après la mort de son père, sa mère s’est remariée avec son oncle paternel, ancien alcoolique reconverti dans les petits trafics, qui essaye tant bien que mal de subvenir aux besoins de sa famille en faisant marcher une boulangerie. Sa sœur a une liaison avec un homme marié. Malik lui-même est fou amoureux. De Dounia, une prostituée de luxe qui officie dans un bar huppé de Tétouan.

Heureusement pour Malik, il lui reste ses deux meilleurs amis. Allal, 30 ans, vient juste de sortir de prison et survit grâce à des vols à l’arrachée. Petit dealer, il essaye de devenir un grand ponte du trafic de drogue. Soufiane, 18 ans, est un orphelin livré à lui-même, qui a arrêté d’aller en cours. Les trois amis ont pour projet de dévaliser une bijouterie. Malik se retrouve alors face à un dilemme.

Le film pêche un peu par sa longueur. Mais il surprend par son audace. Il a ainsi été interdit en salle aux moins de 16 ans en raison de quelques scènes crues, dont l’objectif est peut-être de pousser encore un peu plus loin les lignes rouges de la censure. Film policier, « Mort à vendre » est aussi un tableau saisissant de réalisme, violent, qui, à travers le parcours d’une jeunesse marginalisée, pointe du doigt certaines problématiques auxquelles doit faire face la société marocaine. Mais pour le réalisateur, son film « ne parle pas seulement du Maroc. Le monde d’aujourd’hui est comme ça. L’indifférence ça parle aussi aux gens, en Tchécoslovaquie, en Belgique, partout. »

Bande-annonce de "Mort à vendre", de Faouzi Ben Saïdi, avec Fehd Benchemsi, Fouad Labiad, Nezha Rahil :

Terre-à-terre et poésie

« J’adore la façon dont Faouzi Ben Saïdi a réussi à traiter son sujet. Il lie le terre-à-terre et la poésie. Comment être terre à terre, tout en gardant une poésie extrême. C’est la touche Ben Saïdi », estime  l’un des acteurs principaux du film, Fehd Benshamsi, qui joue le rôle de Malik.

La réalisation, originale, ne manquera pas de surprendre le spectateur, notamment avec certains plans innovants. Plusieurs séquences sont visuellement très esthétiques, des plans très larges mettant en valeur la ville de Tétouan et son environnement naturel. « C’est une ville qui a beaucoup compté pour moi, l’un de mes plus anciens souvenir c’est un voyage à Tétouan. Le film initialement était écrit pour Tanger, mais je suis retourné un jour à Tétouan et un lien s’est créé entre la ville et mon écriture du scénario », reconnaît le réalisateur, Faouzi Ben Saïdi, lors d’une séance de débat organisée autour du film.

__

Par Tony Gamal Gabriel, envoyé spécial à Khouribga

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120708122951 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120708122951 from 172.16.0.100