Extension Factory Builder
06/07/2012 à 17:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Quelque 3 700 candidats répartis dans plus de 100 partis seront représentés. Quelque 3 700 candidats répartis dans plus de 100 partis seront représentés. © AFP

Alors que les élections législatives libyennes doivent se dérouler samedi 7 juillet, le Conseil national de transition (CNT) a retiré à la future Assemblée la tâche de rédiger la nouvelle Constitution.

Près de 2,8 millions de Libyens sont appelés aux urnes ce samedi 7 juillet pour désigner les 200 élus qui composeront la nouvelle Assemblée législative de leur pays après plus de 40 ans de règne de l'ancien dirigeant Mouammar Kaddafi. Quelque 3 700 candidats répartis dans plus de 100 partis seront représentés.
« C’est un nouveau départ pour nous, nous apprenons la démocratie », a confié à l’agence Reuters un habitant de Tripoli. « Nous espérons tous que ça se passera bien pour que nous puissions aller de l’avant ».

Trois partis se positionnent

Trois partis devraient tirer leurs épingles du jeu : les islamistes du Parti de la justice et de la construction (PJC), issu des Frères musulmans, et ceux d'Al-Watan, dirigés par l'ex-chef militaire controversé de Tripoli, Abdelhakim Belhaj, et les libéraux réunis dans une coalition lancée par l'ex-Premier ministre du Conseil national de transition (CNT, au pouvoir), Mahmoud Jibril.

La chambre devait initialement avoir dans ses attributions la rédaction de la future Constitution libyenne. Mais le Conseil national de transition (CNT) a, dans la confusion, annoncé jeudi que cette tâche reviendrait à un comité de 60 membres élus lors d’un prochain scrutin.

Vers un deuxième scrutin législatif ?

Une fois la future Loi fondamentale rédigée, un référendum devra être organisé. Dans le cas où le système parlementaire serait choisi, un autre scrutin législatif devrait alors être organisé dans les six mois.

Quoi qu’il en soit, l’unanimité semble se fait sur au moins un point : l’inscription dans la Constitution de la charia comme source principale de la loi est une évidence telle que, même pour le CNT, elle pourrait ne pas faire l'objet d'un referendum. « Le peuple libyen est attaché à l'islam comme religion et comme législation. Par conséquent, le CNT recommande [à la prochaine Assemblée constituante, NDLR] de considérer la charia comme la principale source de la législation », a indiqué le porte-parole du CNT, Saleh Daroub à la presse.

(Avec Agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye - Ali Zeidan : 'Je n'ai pas dit mon dernier mot'

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens ajourné au 27 avril

La Cour pénale de Tripoli a décidé lundi d'ajourner au 27 avril le procès de 37 proches de Mouammar Kaddafi, dont son fils Seif el-Islam.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces