Extension Factory Builder
06/07/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cheik Modibo Diarra, premier ministre malien de la transition. Cheik Modibo Diarra, premier ministre malien de la transition. © AFP

Le Premier ministre malien de la transition Cheick Modibo Diarra a quitté le Mali jeudi 5 juillet pour une visite au Maroc. L'objectif de cette visite est de renforcer les liens de coopération.

D'après le gouvernement malien, l'objectif du déplacement de Cheick Modibo Diarra au Mali est de renforcer les liens de coopération avec le Maroc. À Rabat, Cheik Modibo Diarra aura des échanges de vues sur les relations maroco-maliennes. Il va rencontrer les plus hautes autorités du pays, et les tiendra notamment « informées des efforts du gouvernement dans la réalisation des tâches qui lui sont assignées pour la reconquête des zones occupées dans le nord du Mali et l'organisation d'élections libres et transparentes », conclut le texte sans plus de détails.

Plus tôt jeudi, l'agence d'information marocaine MAP avait rapporté l'arrivée au Maroc du chef de la diplomatie malienne Sadio Lamine Sow pour une visite officielle de deux jours.

Le Mali est plongé dans une crise sans précédent depuis le coup d'État qui a renversé, le 22 mars, le président Amadou Toumani Touré, accusé par les putschistes d'incurie face à divers groupes armés qui attaquaient depuis mi-janvier plusieurs localités des trois régions formant le Nord (Kidal, Gao, Tombouctou).

Ce putsch a accéléré la chute de toute la zone aux mains des assaillants, comprenant les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et des islamistes armés dont Ansar Eddine (Défenseur de l'islam) et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Aide du Maroc

Les autorités de transition mises en place après le retrait des putschistes n'ont pu mettre fin à l'occupation. De leur côté, les islamistes ont renforcé leur emprise sur le terrain en évinçant leurs ex-alliés de la rébellion touarègue de Gao et Tombouctou .

Ces derniers jours, des hommes d'Ansar Eddine ont démoli des mausolées et la porte d'une mosquée en mémoire de saints musulmans vénérés dans cette ville mythique, provoquant une vague d'indignation au Mali et à travers le monde.

Le 1er juillet, le Maroc a appelé à une intervention urgente et conjointe des États islamiques et de la communauté internationale pour protéger le riche patrimoine du Mali qui, selon le ministère marocain des Affaires étrangères, constitue une composante du patrimoine islamique et humanitaire. En avril, le royaume chérifien a envoyé une aide humanitaire en faveur des Maliens déplacés par les combats dans le nord de leur pays.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers