Extension Factory Builder
05/07/2012 à 19:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien de transition Dioncounda Traoré (g), à Abidjan le 16 mai 2012. Le président malien de transition Dioncounda Traoré (g), à Abidjan le 16 mai 2012. © AFP

Le président malien de la transition, Dioncounda Traoré, ne se rendra pas à Ouagadougou pour participer à un mini-sommet ouest-africain sur le Mali prévu samedi 7 juillet.

La nouvelle est venue de la présidence burkinabè. Initialement attendu jeudi à Ouagadougou, Dioncounda Traoré, soigné depuis fin mai à Paris après une grave agression (voir la vidéo), ne se rendra finalement pas au sommet ouest-africain sur le Mali.

« Le voyage de Dioncounda Traoré à Ouagadougou est annulé », a déclaré la présidence, sans fournir d'explication dans l'immédiat. Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, dont le pays conduit la médiation dans la crise malienne au nom de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), avait annoncé mercredi la venue du président de transition malien et sa participation au sommet prévu samedi.

Un haut responsable de l'Assemblée nationale malienne a confirmé que le chef de l'État malien avait renoncé à ce qui devait être son tout premier déplacement depuis son arrivée à Paris. « Ce n'est pas parce que ses médecins ont dit 'niet'. Dire ça, ça ajoute à la confusion sur son retour à Bamako, et ça affole déjà les gens ici [à Bamako, NDLR] », a-t-il expliqué.

« Dioncounda, s'il doit quitter la France pour une destination, c'est Bamako. Les Maliens auront du mal à comprendre qu'il quitte Paris pour se rendre à Ouagadougou. Mais j'ai pu avoir encore ce matin Dioncounda, ça va beaucoup mieux. Il suivra évidemment attentivement ce qui se passera à Ouagadougou », a-t-il souligné.

Vers un nouveau gouvernement de transition ?

Violemment agressé et blessé le 21 mai par des manifestants hostiles à son maintien comme chef de la transition, le président Traoré se trouve depuis le 23 mai à Paris pour des soins.

Réunis en sommet à Yamoussoukro le 29 juin, les dirigeants de la Cedeao avaient de leur côté appelé à « faciliter le retour rapide » au Mali du président Traoré « afin qu'il reprenne ses fonctions ».

Lors du prochain sommet samedi à Ouagadougou, le président burkinabè Blaise Compaoré et plusieurs chefs d'État de la région doivent retrouver des représentants de la classe politique et de la société civile malienne en vue de mettre en place un « gouvernement d'union nationale ».

Pour la Cedeao, un gouvernement plus « inclusif » que le cabinet actuel, dirigé par le Premier ministre Cheick Modibo Diarra, sera plus à même de répondre à la crise dans le Nord malien, occupé depuis fin mars par des groupes armés dominés par les islamistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali.  [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Mali : ce qu'il faut savoir de la libération de l'otage néerlandais Sjaak Rijke

Le Néerlandais Sjaak Rijke, retenu en otage par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré lundi à l'aube lors d'une opération des forces spéciales[...]

Un otage néerlandais libéré par l'armée française au Mali

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais détenu par le groupe islamiste Aqmi lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le[...]

Mali : les enquêteurs évoquent un "projet d'attentat" à Bamako

 Un homme a péri vendredi dans l'explosion d'une maison à Bamako, selon le gouvernement malien qui parle d'un "événement malheureux", tandis que la gendarmerie évoque la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120705171440 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120705171440 from 172.16.0.100