Extension Factory Builder
20/07/2012 à 13:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La firme de Mountain view confine au secret les paramètres de son algorithme. La firme de Mountain view confine au secret les paramètres de son algorithme. © AFP

Google a récemment fait le ménage dans son algorithme de suggestions de recherche, en supprimant des mots-clés injurieux ou à connotation sexuelle. En revanche, malgré le succès d'une médiation judiciaire en France, les suggestions racistes et les rumeurs sur les personalités publiques sont toujours d'actualité.

Depuis 2008, le moteur de recherche Google assiste les internautes dans leurs requêtes en leur suggérant automatiquement des formules. Ce service, baptisé Google suggest, est basé sur un algorithme (« Autocomplete ») qui prend en compte la popularité des requêtes des internautes. Autrement dit, plus un mot clé, ou une expression, est saisi, plus il va être suggéré aux internautes. Si ce service est très utile pour trouver la piscine municipale la plus proche de chez soi ou la billetterie en ligne de telle ou telle franchise de cinéma, Google suggest est aussi un étrange indicateur des rumeurs quand on l'utilise pour « googler » le nom de personnages publics. Qui n'en fait pas l'expérience quotidienne ?

Mais ces derniers mois, en France, le sujet fait polémique. Des associations antiracistes se sont aperçues que les internautes français semblaient faire une fixation sur la judéité avérée ou supposée de toute personne ayant accès à la notoriété publique, donnant par la même occasion naissance à une sorte d'immense « fichier » de recensement qui pourrait tomber sous le coup de la loi. Le nom propre de nombreuses personnalités était associé systématiquement au mot clé « juif » dans le moteur de recherche. Les dites associations - SOS racisme, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), J’accuse !, le Mouvement pour le rapprochement et l’amitié entre les peuples (MRAP), la Licra et Mémoire 2000 - ont alors décidé de prendre le taureau Google par les cornes et l'ont assigné en justice pour que les occurrences « douteuses » ne soient plus suggérées.

À l'issue de la première audience du 23 mai au tribunal de grande instance de Paris, la juge des référés, Martine Provost-Lopin, a donné jusqu’au 27 juin aux deux parties pour s’accorder. Quelques jours après cette date butoir, une annonce est faite dans la presse, un accord - ultra confidentiel - a été trouvé. Fin de l'épisode judiciaire.

Mission impossible ?

Doit-on être satisfait pour autant ? Pas si sûr. En pianotant sur Google, on constate en effet que le ménage a été fait, voire un peu plus que de raison. Comme le démontrait récemment un article publié sur Slate.fr, si le moteur de recherche ne vous propose plus des mots clés comme les indémodables « merde », « fesses » ou « pute », il ne vous proposera plus les mots comme « Maman », « Lolita » ou encore « homosexuel ». Et on se demande bien pourquoi.

Et, plus surprenant encore, il semblerait même qu'on soit revenu au point de départ. Sur Google, on - les internautes - se demande toujours si « François Hollande est juif »* :

Et que dire des résultats d'occurrences associés aux requêtes comprenant une expression avec des termes relatifs à la religion ou à la couleur de peau ? Les captures d'écran qui suivent parlent d'elles-mêmes :

 

Seules les requêtes concernant les bouddhistes semblent refléter une curiosité moins suspecte.

Même constat concernant les suggestions relatives à la couleur de peau ou à la provenance géographique...

 

Dans les expressions contenant les mots-clés "Afrique" et "africains", les dérapages algorithmiques sont légions...

...on notera au passage la persévérance dans la mémoire numérique du « discours de Dakar » de Nicolas Sarkozy.

En revanche, Google semble être parvenu à bloquer complètement les suggestions relatives aux expressions comprenant le terme « arabes ».

Alors, Google peine-t-il à maîtriser totalement son algorithme tant la France est raciste et antisémite ? Toute opération de nettoyage serait-elle vaine en raison du volume des requêtes ? Maître Lagarde, avocat des associations françaises qui ont assigné Google en justice, n'y croit pas. Selon lui, au lendemain de l'annonce du succès de la médiation judiciaire, et du nettoyage opéré par Google dans son algorithme, « le moteur ne suggérait plus « François Hollande est juif » mais « François Hollande est Juf »». « Je n'ai pas de preuves, mais je pense que tout cela est le fait de petits malins qui instrumentalisent le moteur de recherche pour diffuser une idéologie nauséabonde. C'est très grave, car cela détruit tout un travail d'éducation fait en France pour rapprocher les gens. Ce qui m'intéresse, c'est donc de remédier à cela. Si on n’agit pas, c'est la Radio des mille collines », conclut-il.

Et en Afrique, qu'en est-il ?

À en croire les suggestions de Google, sur le continent, les internautes sont moins passionnés par la confession religieuse des dirigeants. En revanche, l'appartenance à un ordre maçonnique passionne...


 

 

 

... comme la situation conjugale et la santé...

 

 

 

Ce n'est pas un dirigeant africain, mais le cas de Barack Obama est peut-être le plus emblématique de la gravité et, à la fois, de l'absurdité de l'affaire :

C'est d'ailleurs aux États-Unis que se pose la question de « la neutralité de la recherche » de Google. L'idée qu'un groupe d'experts puisse accéder à l'algorithme afin d'en garantir la neutralité, ferait son chemin.

___

* captures effectuées le 17 juillet 2012

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

États-Unis : la vidéo de la mort de Tamir Rice, jeune Noir de 12 ans abattu par la police à Cleveland

Alors que la colère ne faiblit pas après le non lieu prononcé dans le dossier Michael Brown à Ferguson, une nouvelle affaire vient entacher la réputation de la police américaine.[...]

Ebola : un vaccin en cours de test donne des résultats encourageants

Un essai clinique du premier vaccin expérimental contre le virus Ebola a eu lieu aux États-Unis. Testé sur des adultes au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il a fourni des premiers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces