Extension Factory Builder
04/07/2012 à 10:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des islamistes en train de détruire un mausolée à Tombouctou, le 1er juillet 2012. Des islamistes en train de détruire un mausolée à Tombouctou, le 1er juillet 2012. © AFP

Des sages de Tombouctou ont dissuadés des jeunes de manifester mardi contre la destruction de mausolées de saints et de mosquées par les islamistes d'Ansar Eddine.

Ils craignaient un bain de sang. D'après plusieurs témoins, des sages de Tombouctou ont dissuadé, mardi 3 juillet, des jeunes de manifester contre la destruction des mausolées de saints musulmans de cette ville mythique par les islamistes armés d'Ansar Eddine (Défenseur de l'islam).

Des jeunes avaient prévu de marcher mardi pour exprimer leur colère après la destruction de sept des seize mausolées de saints musulmans et de la porte d'une mosquée, datant du XVe siècle, par des hommes d'Ansar Eddine.

--> Lire aussi l'interview d'Abdalmajid Charfi : "Ansar Eddine est sous l'influence directe du wahhabisme"

« Nous avons demandé aux jeunes de ne pas manifester parce que nous craignons que ces gens-là [les islamistes, NDLR] ne les tuent. Et nous allons prier pour que Dieu nous sorte de cette situation », a déclaré un patriarche du quartier de Bella Farandi, simplement identifié comme Kamiss et joint depuis Bamako.

Selon Ahmad et Cheick, deux jeunes de différents quartiers, des « anciens » de la ville se sont rendus lundi soir dans des maisons pour exhorter au calme afin d'éviter un bain de sang, les islamistes étant susceptibles d'utiliser leurs armes contre les populations en cas de manifestation.

"Dieu leur fera payer leurs actes"

« Nous avons voulu réagir et marcher ce (mardi) matin pour leur montrer notre désapprobation de leurs actes. Mais les anciens de la ville ont fait le porte-à-porte pour nous demander de les laisser faire », en disant « que Dieu leur fera payer leurs actes », a expliqué Ahmad.

« Nous avons respecté leurs conseils et nous allons attendre », a-t-il ajouté, sans préciser ce que les jeunes feraient dans les jours à venir. D'après divers témoins, les islamistes n'avaient pas démoli mardi d'autres sanctuaires ou édifices religieux de Tombouctou. La ville est surnommée « la cité des 333 saints », en référence aux personnages vénérés de son passé qui y sont enterrés.

Tombouctou est un ancien centre culturel et intellectuel d'Afrique sahélienne, inscrite le 28 juin par l'Unesco sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité en péril. Les démolitions des mausolées et d'une porte de la mosquée Sidi Yayia, un des saints les plus vénérés de la ville, ont provoqué des réactions indignées non seulement au Mali mais dans le monde entier.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers