Extension Factory Builder
03/07/2012 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdou Diouf, secrétaire général de l'OIF. Abdou Diouf, secrétaire général de l'OIF. © Reuters

"Nous devons être des indignés linguistiques !" Le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, a eu le sens de la formule lors de l'ouverture du premier Forum mondial de la langue française qui se déroule à Québec (Canada), du 2 au 6 juillet.

Plus de 1500 conférenciers venus d'une centaine de pays - essentiellement des artistes, des jeunes et des représentants de la société civile - vont débattre de l'avenir de la Francophonie autour de quatre thèmes : l'économie, l'emploi et la formation; la diversité linguistique; les échanges culturels et l'univers numérique. C'est la première fois que l'OIF, habituée jusqu'alors aux sommets de chefs d'État, se lance dans une telle aventure : fêter la langue française en organisant notamment des concerts et des spectacles de rue.

L'idée est venue d'Abdou Diouf après la publication en 2010 du premier rapport de l'Observatoire de la langue française. Le diagnostic était double. Au moins 220 millions de personnes parlent aujourd'hui le français à travers le monde et elles seront plus de 600 millions en 2050, dont 85 % en Afrique. Autrement dit, l'avenir de la Francophonie est sur le continent. Deuxième enseignement, plus morose, l'idiome du commerce et de la finance, l'anglais, ne cesse de gagner des parts de marché. Les anglophones sont aujourd'hui estimés à 2,4 milliard de personnes, ils seront plus de 4 milliards en 2050.

Pour l'OIF, ce n'est pas uniquement l'avenir de la langue de Voltaire qui est en jeu, c'est aussi la diversité culturelle et une certaine idée du monde.

«  Le temps presse », a lancé Abdou Diouf dans son discours. « Il y a des faits, des pratiques quotidiennes, des évolutions géopolitiques et géoculturelles lourdes qui doivent nous inciter à réfléchir, à agir et à réagir », a-t-il ajouté. À défaut, il y a un risque que le français, « un jour, ne dise plus rien sur rien ». Mais pour l'OIF, ce n'est pas uniquement l'avenir de la langue de Voltaire qui est en jeu, c'est aussi la diversité culturelle et une certaine idée du monde.

« Que ce premier Forum se déroule ici était presque une évidence », explique Fatima Houda-Pépin, Première vice-présidente de l'Assemblée nationale du Québec d'origine marocaine. « Nous sommes condamnés à exercer une vigilance constante pour la diffusion et la promotion du français en Amérique du Nord. Mais le multilinguisme est une force, et une langue maitrisée une compétence », analyse cette native de Meknès arrivée au Québec il y a une quarantaine d'années.

L'Afrique habituée à dialoguer en de nombreuses langues tout en maintenant une forme d'unité autour du français, entre autres, a certainement quelque chose à dire sur cette Francophonie du XXI e siècle. Avec un rendez-vous dans un immédiat proche, le sommet de Kinshasa prévu en octobre prochain. Avec 60 millions d'habitants, la RD Congo est aujourd'hui le deuxième pays francophone après la France. En 2050, les 100 millions de Congolais seront les plus nombreux...

Philippe Perdrix, envoyé spécial à Québec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces