Extension Factory Builder
03/07/2012 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdou Diouf, secrétaire général de l'OIF. Abdou Diouf, secrétaire général de l'OIF. © Reuters

"Nous devons être des indignés linguistiques !" Le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, a eu le sens de la formule lors de l'ouverture du premier Forum mondial de la langue française qui se déroule à Québec (Canada), du 2 au 6 juillet.

Plus de 1500 conférenciers venus d'une centaine de pays - essentiellement des artistes, des jeunes et des représentants de la société civile - vont débattre de l'avenir de la Francophonie autour de quatre thèmes : l'économie, l'emploi et la formation; la diversité linguistique; les échanges culturels et l'univers numérique. C'est la première fois que l'OIF, habituée jusqu'alors aux sommets de chefs d'État, se lance dans une telle aventure : fêter la langue française en organisant notamment des concerts et des spectacles de rue.

L'idée est venue d'Abdou Diouf après la publication en 2010 du premier rapport de l'Observatoire de la langue française. Le diagnostic était double. Au moins 220 millions de personnes parlent aujourd'hui le français à travers le monde et elles seront plus de 600 millions en 2050, dont 85 % en Afrique. Autrement dit, l'avenir de la Francophonie est sur le continent. Deuxième enseignement, plus morose, l'idiome du commerce et de la finance, l'anglais, ne cesse de gagner des parts de marché. Les anglophones sont aujourd'hui estimés à 2,4 milliard de personnes, ils seront plus de 4 milliards en 2050.

Pour l'OIF, ce n'est pas uniquement l'avenir de la langue de Voltaire qui est en jeu, c'est aussi la diversité culturelle et une certaine idée du monde.

«  Le temps presse », a lancé Abdou Diouf dans son discours. « Il y a des faits, des pratiques quotidiennes, des évolutions géopolitiques et géoculturelles lourdes qui doivent nous inciter à réfléchir, à agir et à réagir », a-t-il ajouté. À défaut, il y a un risque que le français, « un jour, ne dise plus rien sur rien ». Mais pour l'OIF, ce n'est pas uniquement l'avenir de la langue de Voltaire qui est en jeu, c'est aussi la diversité culturelle et une certaine idée du monde.

« Que ce premier Forum se déroule ici était presque une évidence », explique Fatima Houda-Pépin, Première vice-présidente de l'Assemblée nationale du Québec d'origine marocaine. « Nous sommes condamnés à exercer une vigilance constante pour la diffusion et la promotion du français en Amérique du Nord. Mais le multilinguisme est une force, et une langue maitrisée une compétence », analyse cette native de Meknès arrivée au Québec il y a une quarantaine d'années.

L'Afrique habituée à dialoguer en de nombreuses langues tout en maintenant une forme d'unité autour du français, entre autres, a certainement quelque chose à dire sur cette Francophonie du XXI e siècle. Avec un rendez-vous dans un immédiat proche, le sommet de Kinshasa prévu en octobre prochain. Avec 60 millions d'habitants, la RD Congo est aujourd'hui le deuxième pays francophone après la France. En 2050, les 100 millions de Congolais seront les plus nombreux...

Philippe Perdrix, envoyé spécial à Québec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour 'endiguer' l'épidémie en Afrique

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour "endiguer" l'épidémie en Afrique

L'Union européenne a annoncé lundi son engagement à débloquer 500 millions d'euros d'aide pour "endiguer" Ebola dans les pays africains touchés.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Terrorisme : les autorités françaises ont-elles encore commis une bourde ?

Après l'affaire des trois présumés jihadistes français de retour de Turquie attendus par la police à l'aéroport d'Orly et finalement descendus sans être[...]

Vatican : le débat continue sur le divorce et l'homosexualité avec le pape François

Le synode de la famille s'est achevé dimanche au Vatican. Deux semaines de travaux à huis clos pendant lesquelles les évêques ont largement évoqué les thèmes du divorce et de[...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société[...]

La bataille contre Ebola en passe d'être "perdue", faute de solidarité

L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4.555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses[...]

France : après plus dix années passées en prison, deux Marocains tentent d'obtenir une indemnisation

Injustement condamnés pour meurtre, les Marocains Kader Azzimani et Brahim El Jabri ont respectivement passé onze et treize ans en prison. Finalement relaxés le 3 juillet, ils s'efforcent[...]

On vous aura prévenus

La liberté d'expression ne s'est jamais aussi mal portée en Afrique qu'aujourd'hui. Je ne parle pas de celle qui autorise les médias à naître, à diffuser, à paraître et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers