Extension Factory Builder
02/07/2012 à 12:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cédric Kanté : 'Certaines personnes n’ont pas envie que le Mali progresse'. Cédric Kanté : "Certaines personnes n’ont pas envie que le Mali progresse". © Franck Fife/AFP

Cédric Kanté retrouve Sochaux et la France, après trois saisons passées au Panathinaïkos Athènes (Grèce). L’ancien capitaine des Aigles, qui s’est mis en marge de la sélection, s’inquiète beaucoup de la situation au Mali.

Jeune Afrique : Souhaitiez-vous terminer votre carrière en France ?

Cédric Kanté : Ce n’était pas forcément une priorité. Je suis né à Strasbourg, où j’ai joué, puis à Valence, Istres et Nice, et revenir en France faisait partie des possibilités. J’ai eu d’autres contacts, avec Toulouse et des clubs étrangers, mais c’est Sochaux qui m’a fait l’offre la plus concrète.

Vous n’étiez plus payé en Grèce ?

Comme beaucoup de joueurs, y compris ceux du Panathinaïkos. Mon ancien club me doit encore de l’argent, mais cela va s’arranger. En Grèce, quand je suis arrivé en 2009, le pays allait bien. Puis cela s’est dégradé, et une grande partie de la population est en grande difficulté. Au quotidien, nous le ressentions dans les stades, où la fréquentation était en baisse. C’est pour cela que, par solidarité avec les gens, les joueurs acceptent plus facilement d’avoir des retards dans le versement des salaires.

Vous avez décidé après la CAN 2012 de ne plus répondre aux convocations de la sélection malienne. Votre décision est-elle définitive ?

Il y a un manque d’ambition évident au niveau de la fédération malienne et du ministère des sports.

Pas forcément, mais j’ai 33 ans, et je veux me consacrer d’abord à mon club. J’avais accepté de revenir en sélection, avec pour objectif de participer à la CAN 2012. Nous avons réalisé un parcours fantastique, en terminant à la troisième place. Dans mon esprit, tout était clair : je voulais continuer pour essayer d’aller à la Coupe du Monde au Brésil. Le problème, c’est qu’il y a un manque d’ambition évident au niveau de la fédération et du ministère des sports. Les choses fonctionnaient très bien avec Alain Giresse et son staff.

Mais comme on a cherché à lui imposer certaines choses dans le contrat qu’on lui proposait, il est parti… Cette CAN avait donné un élan formidable à la sélection. Mais j’ai l’impression que certaines personnes n’ont pas envie que le Mali progresse. Dans ces conditions, je m’imagine mal revenir…

La situation du pays a-t-elle également pesé dans votre décision ?

Forcément. Même si le football est secondaire par rapport à ce qui se passe sur place. J’étais loin d’imaginer que les Touaregs pourraient faire alliance avec les islamistes d’Aqmi pour s’emparer du nord du pays. Car les Touaregs ne sont pas des fondamentalistes. Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) est en train de se faire doubler par ses alliés.

J’étais loin d’imaginer que les Touaregs pourraient faire alliance avec les islamistes d’Aqmi pour s’emparer du nord du pays.

Le Mali était un pays relativement stable, avec une démocratie qui fonctionnait. Aujourd’hui, le pays est coupé est deux, et rien ne se passe. L’armée est dépassée, et je pense qu’ une intervention militaire étrangère est nécessaire.

La Cedeao semble se diriger vers cette issue…

Cela fait longtemps qu’il en est question. Mais quand ? Car cette situation ne peut pas durer. Les Maliens sont pour la plupart musulmans, mais ce sont des musulmans qui aiment la musique et s’amuser. Les populations civiles du nord ne veulent pas de la charia. Si rien n’est fait, nous nous dirigeons vers une situation comparable à celle du nord du Nigeria, où des islamistes ont imposé la charia.

Cette intervention militaire doit-elle selon vous se limiter à une seule coalition africaine ?

Je ne pense pas que les Européens ou les Américains aient envie de s’impliquer directement dans une intervention. Ils seront sans doute présents d’une autre manière… Mais il faudrait qu’un jour, les Africains parviennent à régler eux-mêmes leurs problèmes. Je pensais que l’intervention française en Côte d’Ivoire en 2011 serait la dernière d’un pays occidental. À mon avis, il y en aura d’autres…

Le sud du Mali est-il menacé ?

Je ne le pense pas. Mais on se demande qui gouverne vraiment dans ce pays. Quand je vois que Dionconda Traoré, le président par intérim, a été pris en otage au palais présidentiel par quelques militaires venus à pied (voir ici la vidéo exclusive de l'agression), il y a de quoi s’interroger… Le Mali ne donne pas une bonne image. Il est revenu vingt ans en arrière…

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Le Mali bénéficie cette année d'un quota de 9 000 pèlerins. À la différence du Sénégal, 90 % d'entre eux sont encadrés par des organismes [...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Ag Assarid ou l'art de la com

Comment défendre la cause de l'Azawad en Europe ? Le porte-parole du MNLA a eu l'idée d'organiser un événement invitant musiciens, calligraphes, activistes, historiens... Projet culturel ou [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers