Extension Factory Builder
30/06/2012 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une installation de Mohamed El Baz présentée à Asilah. Une installation de Mohamed El Baz présentée à Asilah. © Marie Villacèque, pour J.A.

La ville marocaine d'Asilah accueille la 34e édition du Moussem culturel international et met à l’honneur les artistes du Maghreb avec l’exposition "Horizons croisés" qui présente des œuvres des années 1960 à nos jours. Visite guidée.

Des têtes de mort sont dessinées sur les murs. Sur chacune d’elles, une des orbites est cachée par un des drapeaux des pays d’Afrique du nord, de l'Égypte au Maroc. Au milieu de la pièce, sur un tapis, des microphones sur pieds sont tournés vers l'extérieur. « J’ai voulu faire de ces têtes, des borgnes, et enlever aux drapeaux leurs couleurs. Le tapis oriental, tissé de façon régulière et précise, est déstructuré », explique l’artiste marocain Mohamed El Baz.

« Mon point de vue peut sembler dur, mais c’est une sorte de regard posé sur nous, les Arabes : qui sommes-nous, où voulons-nous aller ? ». Une question qui renvoie directement à l’actualité du Maghreb, qui est au cœur du 34e Moussem culturel international d’Asilah, festival créé par l'ancien ministre des Affaires étrangères, Mohamed Benaïssa, désormais maire de la ville.

Dans cette petite cité balnéaire blanche et bleue située à 35 km de Tanger, El Baz et dix-sept autres artistes ont été invités par l'historien d'art marocain Brahim Alaoui à exposer leurs œuvres dans son exposition « Horizons croisés », l’une des manifestations phares du festival. Sans chronologie aucune, des travaux d’artistes des années 60 côtoient ceux de la génération actuelle. « On parle souvent d’émergence de la scène artistique arabe, mais on la coupe de son histoire. J’ai voulu montrer l’évolution qui s’est opérée avant les années 2000 », souligne Alaoui. « Au début, les artistes revendiquaient une identité locale. Aujourd’hui,ils cherchent à être reconnus sur la scène internationale. Leur point commun est le regard qu’ils portent sur leur culture d’origine ».

Métaphore

Sur les murs blancs qui entourent le patio du Centre Hassan II, au cœur de la Médina, l’une des toiles de la Franco-Marocaine Amina Benbouchta, montre la condition de la femme dans les pays arabes, illustrée par une cage, tandis que l’Algérienne Zoulikha Bouabdellah expose un échantillon des 365 mots arabes liés à l’amour qu’elle a tracé au vernis rouge. Les personnages en pleine méditation ou les fils barbelés de l’Algérien Yazid Oulab, qui vit en France, évoquent quant à eux une culture algérienne parfois violente et qui s'interroge sur elle-même.

Pour chaque œuvre, une métaphore est présente. « On ne peut pas faire semblant d’ignorer certaines problématiques, le politique, le religieux, le corps », insiste Mohamed El Baz. « Au Maroc, j’ai le sentiment que les autorités ont compris qu’elles devaient accepter l’histoire qui est désormais en marche ». Une position que confirme son compatriote et peintre Mohamed Mourabiti dont les toiles s’inspirent du monde culturel religieux du Maroc. « À la différence de l'Égypte par exemple, l'État marocain ne finance pas l’art, ce qui laisse une certaine liberté de ton à ses acteurs. »

Au cœur de l’exposition se trouvent les silhouettes féminines voilées de la Tunisienne Meriem Bouderbala, qui n’a pu venir à Assilah. « La situation des artistes en ce moment en Tunisie est très grave », explique sa compatriote Amel Bennys dont le tableau exposé « Facebook » rappelle un écran d’ordinateur. Elle évoque les récentes dégradations d’œuvres contemporaines à Carthage. « Nous devons être aux aguets, mais continuer d’interpeler par notre travail. La société a besoin d’artistes ».

______

Par Marie Villacèque, envoyée spéciale à Assilah

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleines dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de c[...]

Jean-Pierre Bat : "Houphouët-Boigny était la tête de pont du système" de la Françafrique

Les archives de Jacques Foccart, le premier "Monsieur Afrique" de la Ve République livrent leurs secrets. Entretien avec le chercheur qui a la charge de ce fonds d'une richesse exceptionnelle.[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil Dirar[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Accident d'autocar au Maroc : les victimes méritent-elles le deuil national ?

Depuis le tragique accident d’autocar, les messages de condoléances et de soutien aux familles des victimes se muent en une gronde sur les réseaux sociaux demandant un deuil national.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120630150413 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120630150413 from 172.16.0.100