Extension Factory Builder
30/06/2012 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une installation de Mohamed El Baz présentée à Asilah. Une installation de Mohamed El Baz présentée à Asilah. © Marie Villacèque, pour J.A.

La ville marocaine d'Asilah accueille la 34e édition du Moussem culturel international et met à l’honneur les artistes du Maghreb avec l’exposition "Horizons croisés" qui présente des œuvres des années 1960 à nos jours. Visite guidée.

Des têtes de mort sont dessinées sur les murs. Sur chacune d’elles, une des orbites est cachée par un des drapeaux des pays d’Afrique du nord, de l'Égypte au Maroc. Au milieu de la pièce, sur un tapis, des microphones sur pieds sont tournés vers l'extérieur. « J’ai voulu faire de ces têtes, des borgnes, et enlever aux drapeaux leurs couleurs. Le tapis oriental, tissé de façon régulière et précise, est déstructuré », explique l’artiste marocain Mohamed El Baz.

« Mon point de vue peut sembler dur, mais c’est une sorte de regard posé sur nous, les Arabes : qui sommes-nous, où voulons-nous aller ? ». Une question qui renvoie directement à l’actualité du Maghreb, qui est au cœur du 34e Moussem culturel international d’Asilah, festival créé par l'ancien ministre des Affaires étrangères, Mohamed Benaïssa, désormais maire de la ville.

Dans cette petite cité balnéaire blanche et bleue située à 35 km de Tanger, El Baz et dix-sept autres artistes ont été invités par l'historien d'art marocain Brahim Alaoui à exposer leurs œuvres dans son exposition « Horizons croisés », l’une des manifestations phares du festival. Sans chronologie aucune, des travaux d’artistes des années 60 côtoient ceux de la génération actuelle. « On parle souvent d’émergence de la scène artistique arabe, mais on la coupe de son histoire. J’ai voulu montrer l’évolution qui s’est opérée avant les années 2000 », souligne Alaoui. « Au début, les artistes revendiquaient une identité locale. Aujourd’hui,ils cherchent à être reconnus sur la scène internationale. Leur point commun est le regard qu’ils portent sur leur culture d’origine ».

Métaphore

Sur les murs blancs qui entourent le patio du Centre Hassan II, au cœur de la Médina, l’une des toiles de la Franco-Marocaine Amina Benbouchta, montre la condition de la femme dans les pays arabes, illustrée par une cage, tandis que l’Algérienne Zoulikha Bouabdellah expose un échantillon des 365 mots arabes liés à l’amour qu’elle a tracé au vernis rouge. Les personnages en pleine méditation ou les fils barbelés de l’Algérien Yazid Oulab, qui vit en France, évoquent quant à eux une culture algérienne parfois violente et qui s'interroge sur elle-même.

Pour chaque œuvre, une métaphore est présente. « On ne peut pas faire semblant d’ignorer certaines problématiques, le politique, le religieux, le corps », insiste Mohamed El Baz. « Au Maroc, j’ai le sentiment que les autorités ont compris qu’elles devaient accepter l’histoire qui est désormais en marche ». Une position que confirme son compatriote et peintre Mohamed Mourabiti dont les toiles s’inspirent du monde culturel religieux du Maroc. « À la différence de l'Égypte par exemple, l'État marocain ne finance pas l’art, ce qui laisse une certaine liberté de ton à ses acteurs. »

Au cœur de l’exposition se trouvent les silhouettes féminines voilées de la Tunisienne Meriem Bouderbala, qui n’a pu venir à Assilah. « La situation des artistes en ce moment en Tunisie est très grave », explique sa compatriote Amel Bennys dont le tableau exposé « Facebook » rappelle un écran d’ordinateur. Elle évoque les récentes dégradations d’œuvres contemporaines à Carthage. « Nous devons être aux aguets, mais continuer d’interpeler par notre travail. La société a besoin d’artistes ».

______

Par Marie Villacèque, envoyée spéciale à Assilah

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous [...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Maroc : Kamal Hachkar, 37 ans, l'héritage judéo-berbère

Lorsque son film documentaire sur les Juifs de Tinghir (un village du Sud-Est) est sorti, Kamal Hachkar ne s'attendait pas à ce qu'il suscite l'ire des islamistes. Fils d'émigrés, il ne mesurait pas[...]

Maroc : Chakib El Khyari, 35 ans, militant des droits de l'homme

Connu pour son esprit rebelle, ce Rifain né à El Hoceima a, malgré son jeune âge, un passé de militant bien rempli. En 2009, il a été emprisonné pour ses[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex