Extension Factory Builder
29/06/2012 à 19:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles islamistes d'Ansar Eddine, alliés d'Aqmi, à Tombouctou. Des rebelles islamistes d'Ansar Eddine, alliés d'Aqmi, à Tombouctou. © AFP

Une trentaine de djihadistes algériens seraient venus renforcer les rangs des islamistes à Gao, vendredi 29 juin, selon plusieurs sources, dont une sécuritaire. Leur mission : "participer à la sécurisation de la ville et la traque d'éventuels rebelles du MNLA".  

Déjà en position de force dans le Nord du Mali, les islamistes auraient reçu le renfort d’une trentaine de djihadistes algériens a affirmé à l'AFP une source sécuritaire régionale. Deux témoins ont confirmé avoir vu vendredi à Gao ces djihadistes, reconnaissables à leur peau plus claire que celle des Maliens des communautés arabes ou touareg, et surtout à leur tenue afghane. Ils étaient dans des véhicules pick-up quasiment neufs, d'après ces témoins.

Arrivés vendredi 29 juin à Gao, ils doivent « participer à la sécurisation de la ville et la traque d'éventuels rebelles du MNLA » défaits mercredi par les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), a poursuivi cette source. « Il est de plus en plus question que ces djihadistes poursuivent un groupe de rebelles touareg qui serait vers Gossi (85 km au sud de Gao). Ils sont venus rejoindre (Mokhtar) Belmokhtar (un chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique) qui est à Gao », a précisé la même source.

Bilal Ag Achérif touché

Mokhtar Belmokhtar séjourne à Gao depuis jeudi, comme Iyad Ag Ghali, chef du mouvement islamiste Ansar Eddine. Après de violents combats, le calme était revenu jeudi dans cette ville du Nord-Mali où le MNLA avait établi son quartier général. Dans un communiqué daté vendredi, le chargé de l'information et de la communication du MNLA, Moussa Ag Assarid, a affirmé que le mouvement a eu « 4 morts parmi ses combattants et environ 10 blessés ». Mais assure que « la plus lourde perte est bel et bien du côté des terroristes d'Aqmi et du Mujao », parlant de « plusieurs dizaines de morts ». « Il y a eu également, malheureusement, des victimes civiles lors des combats de ces dernières journées », ajoute-t-il dans ce texte.

Parmi les chefs du MNLA blessés figure Bilal Ag Achérif, le principal dirigeant du mouvement. Selon une source sécuritaire burkinabè, il a été évacué en compagnie de deux de ses proches à Ouagadougou par un hélicoptère burkinabè. Bilal Ag Achérif a été « touché par des éclats de balle à l'oreille droite », que les médecins « ont pu extraire », « sa vie n'est pas en danger », d'après cette source.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers