Extension Factory Builder
02/07/2012 à 09:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Qasba des Oudaïa, à Rabat, est un des sites observés par l'Unesco. La Qasba des Oudaïa, à Rabat, est un des sites observés par l'Unesco. © AFP

Le patrimoine culturel africain fait parler de lui - pour le pire comme pour le meilleur. Alors que la ville de Tombouctou a été classée "site menacé" par l’Unesco, cinq joyaux du continent ont fait leur entrée au patrimoine mondial de l’organisation, dont le comité se réunit depuis le 24 juin à Saint-Petersbourg en Russie. Du Maroc au Cameroun, en passant par le Sénégal et le Tchad, tour d’horizon des lauréats.  

La décision était attendue le 6 juillet, lors de la cloture de la réunion du comité de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), à Saint-Petersbourg, en Russie. Elle est néanmoins tombée dès dimanche 1er juillet, dans la soirée. Les lacs d’Ounianga, au Tchad, le parc trinational de la Sangha, dans le bassin du Congo, la ville historique de Grand Bassam, en Côte d’Ivoire, Rabat, au Maroc, et le pays Bassari, au Sénégal, ont tous fait leur entrée au patrimoine mondial de l’Unesco, pour leurs valeurs universelles exceptionnelles.

Tombouctou et Gao, patrimoines en péril

Les impétrants arrivent dans un contexte particulièrement sombre. Jeudi 28 juin, l'Unesco a en effet placé Tombouctou, inscrite au patrimoine mondial depuis 1988, ainsi que le Tombeau des Askia, situé à Gao, sur la liste du patrimoine planétaire considéré comme menacé. Selon le Comité du patrimoine mondial, il s'agit d'alerter sur la situation de ces sites « menacés par le conflit armé qui affecte la région ».

L'Unesco a par conséquent exhorté l'Union africaine (UA) et la communauté internationale à faire « tout leur possible pour aider à protéger Tombouctou et le Tombeau des Askia ». Elle a également demandé aux États voisins du Mali de « mettre tout en œuvre pour prévenir le trafic d'objets culturels en provenance de ces sites », notamment des manuscrits anciens, susceptibles d'être « pillés ».

Les lacs d’Ounianga, au Tchad

La cinquantaine de lacs qui composent l'ensemble lacustre d’Ounianga, au Sahara tchadien, à quelques 1 300 kilomètres au nord de N’Djamena, est le premier des cinq sites lauréats à l'inscription sur la liste de l'Unesco. Ils ne sont ni plus ni moins qu’une gigantesque et magnifique anomalie perdue en plein désert, la ville la plus proche, Fada, étant à 270 kilomètres.

Dans une région où la pluie n’est souvent qu’un mirage et le taux d’évaporation l’un des plus élevés au monde, cette étendue d’eau saline n’est que la portion congrue d’un lac qui occupait entièrement le bassin, il y a 5 000 à 15 000 ans, entre le massifs du Tibesti, à l’Ouest, et celui de l’Ennedi, à l’Est. Constituant les points de chute des oiseaux migrateurs venant d'Europe, ces lacs ont la particularité d'être les seuls dans le désert compris entre le nord du Tchad et le sud de la Libye.

Le parc trinational de la Sangha, dans le bassin du Congo

Deuxième heureux élu, d’une superficie d’environ 44 000 kilomètres carré, le parc trinational de la Sangha s’étend sur trois pays d’Afrique centrale. Il regroupe, au Cameroun, le parc national de Lobeke, au Congo-Brazzaville, celui de Nouabalé-Ndoki, et en Centrafrique celui de Dzanga-Ndoki. Il représente ainsi une des plus importantes aires de conservation de la biodiversité en Afrique centrale.

Fruit d’un accord entre les trois pays concernés en 2007, et relayant la vision développée au sommet des chefs d’État d’Afrique centrale de Yaoundé en 1999 et à celui de Brazzaville en 2005, le parc trinational tente d’être en pointe dans la lutte contre le braconnage. Mêlant des habitats fluviaux, forestiers ainsi que des étendues de plaines régulièrement inondées, il abrite un nombre important de bongos, de gorilles ou encore d’éléphants de forêt. Ces derniers sont cependant menacés d’extinction et le bilan de la chasse illégale est devenu alarmant. À tel point que l’armée camerounaise a été mobilisée pour lutter contre ce fléau.

La ville historique de Grand Bassam, en Côte d’Ivoire

C’est une ville menacée qui espèrait alerter la communauté internationale et obtenir davantage de moyens financiers grâce à une éventuelle inscription sur la liste du patrimoine mondial. De fait, jour après jour, Grand Bassam disparaît sous les flots. Destination prisée des Abidjanais le week-end, comme des touristes, l’ancienne capitale de Côte d’Ivoire, alors sous administration française, est progressivement rongée par les flux et reflux de l’océan Atlantique, seulement protégée à l’heure actuelle par de dérisoires digues de sable jetées sur la plage.

« D’ici une vingtaine d'années, le front de mer à Grand Bassam sera sous les eaux », estime ainsi Philibert Koffi Koffi, du Centre de recherches océanologiques d’Abidjan, interrogé par RFI. Et le réchauffement climatique n’est semble-t-il pas le seul en cause. « Le sable est enlevé sur la plage par les habitants pour construire des maisons », explique-t-il. Or, au-delà de la perte culturelle en terme d’architecture coloniale, le manque à gagner est également de taille au niveau purement économique. Le projet d’autoroute, qui devait relier la ville à Abidjan, à 40 kilomètres, a notamment été stoppé. Sa réalisation est semble-t-il suspendue à d’autres constructions, celles de digues de protection. En granit cette fois.

Bethléem : le cas qui divise l’Unesco

Le classement de Bethléem, plus précisément de l’église de la Nativité et de la Route du pèlerinage, embarrasse l’Unesco. Et il y a de quoi. Plus gros site touristique des Territoires palestiniens, avec 1,5 à 2 millions de visiteurs par an, l’ensemble revêt un caractère politique de taille.

L'organisation a pourtant fait le choix, vendredi 29 juin, de placer l'Église de la nativité sur la liste du patrimoine mondial en péril et a octroyé des fonds pour sa réparation. Treize des 21 membres du Comité du patrimoine mondial réuni à Saint-Pétersbourg ont voté en faveur du classement du site, tandis que six s'y sont opposés et que deux se sont abstenus.

Israël, qui avait déjà condamné l'entrée à l'Unesco de l'Autorité palestinienne comme membre de plein titre en 2011, a critiqué le vote du comité. « C'est la preuve que l'Unesco est motivée par des considérations politiques et non culturelles », a affirmé le cabinet de Benjamin Netanyahou. David Killion, l'ambassadeur des États-Unis à l'Unesco, s'est quant à lui dit « profondément déçu » par la décision.

Le 31 octobre 2011, en acceptant de faire de la Palestine un de ses membres, l’organisation avait déjà subi les foudres des États-Unis. Washington lui avait retiré sa contribution, colossale, l’amputant du même coup de 22% de son budget global.

La ville de Rabat, au Maroc

La ville de Rabat ne manquait pas d’atouts non plus. Datant de la période antique à nos jours, son patrimoine est un témoignage éloquent de l’Histoire du Maroc. Sept sites ont été retenus et seront examinés par le comité de l’Unesco : le site archéologique du Chellah, la Qasba des Oudaïa, la muraille et les portes almohades, la mosquée de Hassan, la Médina, la ville nouvelle et enfin le Mausolée de Mohammed V.

L’entrée au patrimoine mondial de l’Unesco pourrait apporter beaucoup à Rabat sur les plans touristique et économique. « Nous comptons énormément sur la population de Rabat. Celle-ci doit se sentir responsable de son legs patrimonial, afin de pouvoir en prendre soin et le mettre en exergue à toute occasion », explique  Imane Bennani, chef du projet intitulé « «La préservation du patrimoine culturel de Rabat : une responsabilité partagée ». Et d’ajouter : « il faut aussi qu'elle soit consciente de la valeur historique de ce patrimoine qui est unique au monde ».

Le pays Bassari, au Sénégal

Protégés pendant des siècles par leur isolement, notamment au sud-est du Sénégal, dans le territoire du parc national du Niokolo-Koba, les Bassari tentent de préserver leur culture ancestrale. 

Vraisemblablement apparentés aux Bantous d’Afrique centrale et australe, ils auraient migré vers les hautes collines du sud-ouest du Sénégal. Majoritairement animistes, ils auraient alors résisté aux razzias ses esclavagistes et au mouvement d’islamisation, notamment entretenu par l’ethnie Peulh. Leur isolement n’a toutefois pas empêché leur culture de se diluer dans le multiculturalisme sénégalais. Beaucoup se sont installés dans la grande ville de l’Est, Tambacounda, voire à Dakar. Les mariages mixtes, avec des wolof notamment, ont également entraîné un recul de leur langue, le bassiri. Le classement au patrimoine mondial pourrait permettre d’inverser le processus et leur permettre de conserver leurs traditions les plus marquantes, liées aux rites d’initiation faisant appel aux génies ou encore à leur totem, le caméléon.

 

Les cinq sites africains inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco


Afficher Sites africains proposés au patrimoine mondial de l'Unesco sur une carte plus grande

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Football : tous les résultats continentaux des sélections africaines en 2014

Pour accompagner notre classement 2014 des sélections africaines de football, nous avons recensé tous les résultats des matches qui se sont déroulés cette année entre les équipes na[...]

SOS Fifa

Fifa : un sigle qui sent de plus en plus le soufre. Principale institution sportive mondiale, avec le Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de football association[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Sexe, amour et Ebola : ce que les Africains ont recherché en 2014 sur Google

L'année 2014 touchant à son terme, le moteur de recherche Google a publié ses statistiques concernant les requêtes des utilisateurs durant les douze derniers mois. L'occasion de dresser le portrait type[...]

Rétro : 2014 vue par Damien Glez et Jeune Afrique

Marquée par ses drames et par ses joies, l’année qui s’achève n'aura pas été de tout repos pour le continent. Épidémie d'Ebola, crises en Centrafrique et au Nigeria,[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été[...]

Photographie : Pascal Maitre, la vie en plus

Exposé récemment à la Maison européenne de la photographie, le reporter Pascal Maitre reste fidèle à la presse, qui lui permet de montrer au mieux l'énergie vitale du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers