Extension Factory Builder
29/06/2012 à 13:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marie, Jany et Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2008 à Paris. Marie, Jany et Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2008 à Paris. © AFP

Les vacances peu discrètes de Jean-Marie et Jany Le Pen en Tunisie ont suscité l'indignation de nombreux commentateurs. Et même de certains acteurs politiques.

Jean-Marie et Jany étrennant leurs panamas à la plage ; Jean-Marie et Jany déambulant dans les souks… Ces clichés de vacances d’un couple de touristes français souriant seraient anodins s’ils n’étaient ceux des récentes vacances des Le Pen à Hammamet, en Tunisie. Dans un contexte politique local assez tumultueux, le séjour du fondateur du Front National tout de même pu passer inaperçu. Oui mais voilà : les conseils d’un ami, avocat français à la retraite et résident à Hammamet, il a jeté son dévolu sur un établissement prisé par la jet set tunisienne, le très sélect Sindbad.

Son arrivée remarquée a aussitôt déclenché l’indignation de Abdelwaheb el-Hani, président du parti « El Majd », qui a affirmé que « la venue de Jean-Marie Le Pen, tortionnaire de la guerre d’Algérie et porteur d'une idéologie fasciste, est un outrage aux valeurs de la République et une injure aux martyrs du mouvement de libération nationale ». Et de demander de refouler « le partisan de l’émigration zéro, et chef de file d’une France blanche, chrétienne et gauloise. »

Les Tunisiens, soit on les aime partout, soit on les quitte !

Abdelwaheb el-Hani, président du parti "El Majd"

Soutien aux dictateurs

L’opinion publique tunisienne, indifférente aux positions xénophobes de Jean-Marie Le Pen, s’intéresse en revanche au profil des 240 français résidents en Tunisie qui ont voté pour sa fille, Marine, lors de la dernière présidentielle. À un Jean Marie Le Pen qui préfère visiblement fréquenter des Arabes hors de l’Hexagone, Abdelwaheb El Hani lance : « les Tunisiens, soit on les aime partout, soit on les quitte ! ».

Certains commentateurs ont également rappellé que Jean-Marie Le Pen avait été proche de plusieurs dictateurs, et qu’il avait notamment apporté un soutien ambigu à Saddam Hussein, via l’association fondée par sa femme SOS Enfants d’Irak. Jean Marie et Jany, qui ont des difficultés à voyager au Maghreb, ont quand même apprécié l’accueil tunisien et goûté un calme reposant après une année politique bien chargée. En tunisien, on dirait un repos « halal » !

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers