Extension Factory Builder
29/06/2012 à 13:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marie, Jany et Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2008 à Paris. Marie, Jany et Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2008 à Paris. © AFP

Les vacances peu discrètes de Jean-Marie et Jany Le Pen en Tunisie ont suscité l'indignation de nombreux commentateurs. Et même de certains acteurs politiques.

Jean-Marie et Jany étrennant leurs panamas à la plage ; Jean-Marie et Jany déambulant dans les souks… Ces clichés de vacances d’un couple de touristes français souriant seraient anodins s’ils n’étaient ceux des récentes vacances des Le Pen à Hammamet, en Tunisie. Dans un contexte politique local assez tumultueux, le séjour du fondateur du Front National tout de même pu passer inaperçu. Oui mais voilà : les conseils d’un ami, avocat français à la retraite et résident à Hammamet, il a jeté son dévolu sur un établissement prisé par la jet set tunisienne, le très sélect Sindbad.

Son arrivée remarquée a aussitôt déclenché l’indignation de Abdelwaheb el-Hani, président du parti « El Majd », qui a affirmé que « la venue de Jean-Marie Le Pen, tortionnaire de la guerre d’Algérie et porteur d'une idéologie fasciste, est un outrage aux valeurs de la République et une injure aux martyrs du mouvement de libération nationale ». Et de demander de refouler « le partisan de l’émigration zéro, et chef de file d’une France blanche, chrétienne et gauloise. »

Les Tunisiens, soit on les aime partout, soit on les quitte !

Abdelwaheb el-Hani, président du parti "El Majd"

Soutien aux dictateurs

L’opinion publique tunisienne, indifférente aux positions xénophobes de Jean-Marie Le Pen, s’intéresse en revanche au profil des 240 français résidents en Tunisie qui ont voté pour sa fille, Marine, lors de la dernière présidentielle. À un Jean Marie Le Pen qui préfère visiblement fréquenter des Arabes hors de l’Hexagone, Abdelwaheb El Hani lance : « les Tunisiens, soit on les aime partout, soit on les quitte ! ».

Certains commentateurs ont également rappellé que Jean-Marie Le Pen avait été proche de plusieurs dictateurs, et qu’il avait notamment apporté un soutien ambigu à Saddam Hussein, via l’association fondée par sa femme SOS Enfants d’Irak. Jean Marie et Jany, qui ont des difficultés à voyager au Maghreb, ont quand même apprécié l’accueil tunisien et goûté un calme reposant après une année politique bien chargée. En tunisien, on dirait un repos « halal » !

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination de son équipe, samedi soir, en demi-finale de la Ligue des[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers