Extension Factory Builder
28/06/2012 à 19:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Macky Sall doit remporter le scrutin pour ne pas se retrouver dans une 'impasse'. Macky Sall doit remporter le scrutin pour ne pas se retrouver dans une "impasse". © Vincent Fournier pour J.A.

Les élections législatives sénégalaises ont lieu dimanche 1er juillet. La coalition Benno Bokk Yakaar, réunie derrière le nouveau président Macky Sall, est favorite pour remporter la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Miné par les dissidences, le PDS (opposition) est quant à lui dans la tourmente.

« Avec moi, tout va changer », affirmait le président sénégalais Macky Sall dans un entretien accordé la semaine dernière à Jeune Afrique. Mais en aura-t-il les moyens ? C’est tout l’enjeu des élections législatives sénégalaises qui se tiendront dimanche prochain. Élu le 25 mars avec plus de 65% des voix, le successeur d’Abdoulaye Wade espère désormais obtenir une confortable majorité à l’Assemblée pour appliquer son programme.

Après trois semaines de campagne, 7 200 candidats, inscrits sur vingt-quatre listes, s’affrontent le 1er juillet pour les 150 sièges de députés à l’Assemblée nationale. La coalition Benno Bokk Yakaar, qui soutient Macky Sall, est la favorite de ce scrutin législatif. Elle regroupe plusieurs formations, déjà présentes derrière le nouveau chef de l’État durant sa campagne présidentielle. Il s’agit pour la plupart d’anciens mouvements d’opposition à Abdoulaye Wade, comme le Benno Siggil Senegaal de Moustapha Niasse, du Benno Ak Tannor d'Ousmane Tanor Dieng, ou encore du Rewmi d'Idrissa Seck.

Arrivé troisième du premier tour de l’élection présidentielle, l’ancien Premier ministre Moustapha Niasse s’était rapidement rallié à Macky Sall pour battre « Gorgui ». Son soutien avait été précieux dans la victoire du futur président. En guise de remerciement, Moustapha Niasse a été investi tête de liste de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar pour les législatives. Il lorgne maintenant, avec bon espoir, sur le perchoir de l’Assemblée nationale.

Opposition divisée

De l’autre côté de l’échiquier politique, l’opposition fait grise mine. Le Parti démocratique sénégalais (PDS), dirigé par le président sortant Abdoulaye Wade, est affaibli. Plusieurs responsables du parti ont fait sécession dans le sillage de Pape Diop. L’actuel président du Sénat, vexé de ne pas avoir repris les rênes du PDS après la défaite du « Vieux », a décidé de présenter sa propre liste aux législatives : l’alliance Bokk Guiss Guiss. C’est peu dire que son geste a déclenché la fureur de Wade. Quant à Oumar Sarr, tête de liste du PDS, il n’a pas hésité à qualifier publiquement Diop de « traître ».

Dans cette ambiance délétère, difficile d’envisager une victoire de l’opposition dans les urnes dimanche prochain. Pour les deux formations, tout l’enjeu sera de faire un meilleur score que le concurrent, afin d’affirmer son statut d’opposant numéro un à Macky Sall. Autre inconnu de ce scrutin législatif, le score des « petits » partis. Plusieurs d’entre eux espèrent bien décrocher un ou plusieurs sièges à l’Assemblée. C’est le cas du mouvement citoyen Bes Du Niakk, dirigé par le guide religieux Sérigne Mansour Sy Djamil.

En cas de victoire de la coalition présidentielle aux élections législatives, Macky Sall a déjà prévenu qu’il ne remanierait pas son gouvernement. « Sauf surprise liée aux résultats, il n’y a aucune raison de changer, affirmait-il à Jeune Afrique. J’ai nommé un gouvernement composé de personnalités qui disposent des compétences requises ». Interrogé sur une éventuelle défaite, le président reconnaît que l’absence de majorité à l’Assemblée l’empêcherait de gouverner et le placerait dans une « impasse ». Même s’il paraît peu probable, ce scénario serait un véritable coup dur pour Macky Sall, à peine plus de trois mois après son accession au palais présidentiel de Dakar.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Après le Sénégal, le 'JT rappé' débarque en Côte d'Ivoire

Après le Sénégal, le "JT rappé" débarque en Côte d'Ivoire

Véritable succès populaire au Sénégal depuis bientôt deux ans, le "JT rappé" s'est exporté en Côte d'Ivoire. Aux manettes de ce nouveau programme d'information tout e[...]

Sénégal : l'ancien joueur du PSG Aliou Cissé nommé sélectionneur

On le pressentait, la Fédération Sénégalaise l'a officialisé ce jeudi matin : Aliou Cissé a été nommé au poste de sélectionneur des Lions de la Teranga.[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120628181137 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120628181137 from 172.16.0.100