Extension Factory Builder
28/06/2012 à 19:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Macky Sall doit remporter le scrutin pour ne pas se retrouver dans une 'impasse'. Macky Sall doit remporter le scrutin pour ne pas se retrouver dans une "impasse". © Vincent Fournier pour J.A.

Les élections législatives sénégalaises ont lieu dimanche 1er juillet. La coalition Benno Bokk Yakaar, réunie derrière le nouveau président Macky Sall, est favorite pour remporter la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Miné par les dissidences, le PDS (opposition) est quant à lui dans la tourmente.

« Avec moi, tout va changer », affirmait le président sénégalais Macky Sall dans un entretien accordé la semaine dernière à Jeune Afrique. Mais en aura-t-il les moyens ? C’est tout l’enjeu des élections législatives sénégalaises qui se tiendront dimanche prochain. Élu le 25 mars avec plus de 65% des voix, le successeur d’Abdoulaye Wade espère désormais obtenir une confortable majorité à l’Assemblée pour appliquer son programme.

Après trois semaines de campagne, 7 200 candidats, inscrits sur vingt-quatre listes, s’affrontent le 1er juillet pour les 150 sièges de députés à l’Assemblée nationale. La coalition Benno Bokk Yakaar, qui soutient Macky Sall, est la favorite de ce scrutin législatif. Elle regroupe plusieurs formations, déjà présentes derrière le nouveau chef de l’État durant sa campagne présidentielle. Il s’agit pour la plupart d’anciens mouvements d’opposition à Abdoulaye Wade, comme le Benno Siggil Senegaal de Moustapha Niasse, du Benno Ak Tannor d'Ousmane Tanor Dieng, ou encore du Rewmi d'Idrissa Seck.

Arrivé troisième du premier tour de l’élection présidentielle, l’ancien Premier ministre Moustapha Niasse s’était rapidement rallié à Macky Sall pour battre « Gorgui ». Son soutien avait été précieux dans la victoire du futur président. En guise de remerciement, Moustapha Niasse a été investi tête de liste de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar pour les législatives. Il lorgne maintenant, avec bon espoir, sur le perchoir de l’Assemblée nationale.

Opposition divisée

De l’autre côté de l’échiquier politique, l’opposition fait grise mine. Le Parti démocratique sénégalais (PDS), dirigé par le président sortant Abdoulaye Wade, est affaibli. Plusieurs responsables du parti ont fait sécession dans le sillage de Pape Diop. L’actuel président du Sénat, vexé de ne pas avoir repris les rênes du PDS après la défaite du « Vieux », a décidé de présenter sa propre liste aux législatives : l’alliance Bokk Guiss Guiss. C’est peu dire que son geste a déclenché la fureur de Wade. Quant à Oumar Sarr, tête de liste du PDS, il n’a pas hésité à qualifier publiquement Diop de « traître ».

Dans cette ambiance délétère, difficile d’envisager une victoire de l’opposition dans les urnes dimanche prochain. Pour les deux formations, tout l’enjeu sera de faire un meilleur score que le concurrent, afin d’affirmer son statut d’opposant numéro un à Macky Sall. Autre inconnu de ce scrutin législatif, le score des « petits » partis. Plusieurs d’entre eux espèrent bien décrocher un ou plusieurs sièges à l’Assemblée. C’est le cas du mouvement citoyen Bes Du Niakk, dirigé par le guide religieux Sérigne Mansour Sy Djamil.

En cas de victoire de la coalition présidentielle aux élections législatives, Macky Sall a déjà prévenu qu’il ne remanierait pas son gouvernement. « Sauf surprise liée aux résultats, il n’y a aucune raison de changer, affirmait-il à Jeune Afrique. J’ai nommé un gouvernement composé de personnalités qui disposent des compétences requises ». Interrogé sur une éventuelle défaite, le président reconnaît que l’absence de majorité à l’Assemblée l’empêcherait de gouverner et le placerait dans une « impasse ». Même s’il paraît peu probable, ce scénario serait un véritable coup dur pour Macky Sall, à peine plus de trois mois après son accession au palais présidentiel de Dakar.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex