Extension Factory Builder
28/06/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un rebelle islamiste dans le Nord-Mali en avril 2012. Un rebelle islamiste dans le Nord-Mali en avril 2012. © AFP

Les djihadistes du Mujao ont infligé une lourde défaite aux Touaregs du MNLA, mercredi 27 juin à Gao (nord-est du Mali). La ville serait désormais sous le contrôle total des islamistes, qui renforcent ainsi leur emprise sur la région. 

Les combats ont fait au moins vingt morts au Mali. Ils ont débuté mercredi matin dans plusieurs quartiers de Gao et ont duré plusieurs heures entre les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et les membres de la rébellion touareg du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA).

"Nous avons pris le palais du gouverneur (qui servait de quartier général du MNLA pour tout le nord du Mali) et la résidence de Bilal Ag Chérif, secrétaire général du MNLA, qui a fui avec ses soldats", a déclaré en fin de journée Adnan Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

D'après des sources sécuritaire et diplomatique régionales, Bilal Ag Achérif, ex-secrétaire général du MNLA, a été blessé et évacué à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso voisin.

La prise du palais du gouverneur (ou gouvernorat) a été confirmée par de nombreux témoins, de même que celle du camp militaire du MNLA, situé près de l'aéroport. Les islamistes "sont entrés à l'intérieur du gouvernorat", a ainsi déclaré le propriétaire de la station-service qui jouxte le palais du gouverneur. Selon lui, les combattants du MNLA "ont fui, d'autres ont été tués, d'autres arrêtés",  information confirmée par d'autres témoins.

La "débandade"

Un ancien policier en poste à Gao a précisé que de nombreux prisonniers avaient été conduits au commissariat central de la ville. "Le Mujao contrôle actuellement le terrain. Des prisonniers du MNLA sont au commissariat, d'autres ont fui la ville, d'autres sont morts ou blessés mais c'est la débandade" dans les rangs du mouvement rebelle touareg, a-t-il affirmé.

Au moins vingt personnes, essentiellement des combattants, ont été tuées et quatorze blessées, selon les témoins et une source hospitalière. Un enseignant de Gao, désertée toute la journée par ses habitants terrés chez eux, a estimé qu'il faut s'attendre à un bilan bien plus "lourd".

Ces combats sont intervenus au lendemain de manifestations à Gao d'habitants indignés par l'assassinat d'un conseiller municipal, Idrissa Oumarou, enseignant et membre du parti du président malien de transition, Dioncounda Traoré.Des hommes armés ont tiré sur des centaines de manifestants, faisant au moins un mort et une dizaine de blessés. Des manifestants ont accusé le MNLA d'avoir ouvert le feu, ce que ce mouvement a catégoriquement démenti, parlant d'une "manipulation" du Mujao, mouvement considéré comme dissident d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Impuissance à Bamako

Depuis fin mars/début avril, les villes et régions administratives du nord du Mali - Tombouctou, Kidal et Gao - sont tombées aux mains des groupes armés islamistes que sont le Mujao et Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam), soutenus par Aqmi, le MNLA et divers groupes criminels.

Cette chute de plus de la moitié du territoire malien a été précipitée par un coup d'Etat qui, le 22 mars, a renversé le président Amadou Toumani Touré.

Depuis, l'armée malienne, en pleine décomposition, est incapable de reprendre le terrain perdu. De leur côté, les autorités de transition mises en place à Bamako après le retrait des putschistes du pouvoir le 6 avril paraissent impuissantes.

La tension était vive ces derniers temps entre le MNLA, mouvement laïque qui a déclaré unilatéralement l'indépendance du nord du Mali, et les islamistes dont l'objectif proclamé est l'application de la charia (loi islamique) dans tout le Mali.

Le MNLA avait déjà été marginalisé dans plusieurs localités, en particulier à Tombouctou contrôlée par Ansar Eddine. Les islamistes y impose la charia, distribuant des coups de fouet aux "déviants" que sont, selon ce mouvement, les couples non mariés, les fumeurs ou les buveurs d'alcool.

En mai, à Gao, des membres du Mujao avaient empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision, provoquant de violentes manifestations anti-islamistes, qui avaient fait au moins cinq blessés.

L'occupation du Nord et les violences qui y sont commises, entraînant des pénuries de toutes sortes, a provoqué un afflux de déplacés et de réfugiés dans les pays voisins. Les ONG estiment qu'ils sont 300 000 personnes et qualifient la situation d'"alarmante".

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers