Extension Factory Builder
27/06/2012 à 19:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boubèye Maïga : le président Traoré est le 'lien principal avec l’ordre constitutionnel'. Boubèye Maïga : le président Traoré est le "lien principal avec l’ordre constitutionnel". © AFP

Soumeylou Boubèye Maïga, le dernier chef de la diplomatie malienne sous le régime d’Amadou Toumani Touré (ATT), espère voir les autorités maliennes donner leur feu vert à une intervention internationale dans le pays. Réponse probable ce jeudi 28 juin, lors du sommet de la Cedeao à Yamoussoukro.

L’urgence à intervenir au Mali. C'est le message qu'a voulu faire passer Soumeylou Boubèye Maïga, mardi 26 juin, au micro de Radio France Internationale (RFI). Selon l’ancien ministre d’Amadou Toumani Touré, les autorités maliennes doivent donner, au sommet de la Cedeao du jeudi 28 juin, « leur feu vert pour le déploiement au Mali d’une force africaine avec l’appui de la communauté internationale. »

« Nous devons aller vite », assure Maïga. Deux priorités sous-tendent, selon lui, cette nécessité : la reconstruction des forces maliennes et la restauration de l’intégrité territoriale d’un pays coupé en deux, dont le Nord est aux mains du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), des islamistes d’Ansar Eddine et de leurs alliés d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La « reconquête du Nord » serait ainsi un « baromètre pour juger les nouvelles capacités » de l’armée malienne et tirer les leçons de « ce qui a fait défaut, jusque-là. »

Une intervention internationale permettrait, malgré les réticences du capitaine Sanogo et des putshistes du camp de Kati, d’aider la reconstruction psychologique et opérationnelle de l’armée malienne, estime Maïga. Le retour à Bamako du président Dioncounda Traoré, « lien principal avec l’ordre constitutionnel », s’en trouverait aussi facilité.

"La logique des djihadistes"

Il faut démonter « la logique des djihadistes » d’Ansar Eddine et d’Aqmi, et signifier à leurs membres que le Mali ne peut plus être, comme ils le pensent, « une terre de combat ». Car le danger ne se résume pas au Nord, affirme Maïga. « Je considère qu’il est présent à Bamako (aussi) parce que depuis le début de l’année, (...) les services ont pu interpeller des combattants d’Aqmi, des gens qui avaient séjourné longtemps avec Boko Haram, qui se trouvent à Bamako et qui ne sont pas originaires du Nord, contrairement à ce qu’on croit. Je pense qu’il y a de plus en plus de Maliens dans les rangs d’Aqmi, y compris dans les structures de commandement. C’est pourquoi je dis nous devons avoir une approche globale. Il n’y a pas le Nord, le Sud, il y a le territoire malien. »

Boubèye évacue également l’idée d'une négociation immédiate avec les rebelles – ce qui est toujours la position de l’Algérie ou du Burkina Faso voisins – et soutient « qu’en l’absence d’une action militaire, nous ne pourrions même pas faire une ligne de démarcation entre les différents protagonistes. » La mobilisation doit être forte et dissuasive car, aujourd’hui, « le Nord est devenu un réservoir et un foyer de menaces contre tous nos voisins. »

Quid du pari des négociateurs de couper les rebelles en deux, et de pousser une partie d'Ansar Eddine à la table des négociations avec le MNLA ? Il faudrait « voir ce qui se passe sur le terrain » après l'intervention militaire, estime-t-il. Et ne pas oublier, surtout, « qu’Ansar Eddine est sorti des entrailles d’Aqmi », ce qui signifie que les liens sont plus forts entre les deux entités que ce que l’on pourrait avoir tendance à croire. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers