Extension Factory Builder
27/06/2012 à 19:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Boubèye Maïga : le président Traoré est le 'lien principal avec l’ordre constitutionnel'. Boubèye Maïga : le président Traoré est le "lien principal avec l’ordre constitutionnel". © AFP

Soumeylou Boubèye Maïga, le dernier chef de la diplomatie malienne sous le régime d’Amadou Toumani Touré (ATT), espère voir les autorités maliennes donner leur feu vert à une intervention internationale dans le pays. Réponse probable ce jeudi 28 juin, lors du sommet de la Cedeao à Yamoussoukro.

L’urgence à intervenir au Mali. C'est le message qu'a voulu faire passer Soumeylou Boubèye Maïga, mardi 26 juin, au micro de Radio France Internationale (RFI). Selon l’ancien ministre d’Amadou Toumani Touré, les autorités maliennes doivent donner, au sommet de la Cedeao du jeudi 28 juin, « leur feu vert pour le déploiement au Mali d’une force africaine avec l’appui de la communauté internationale. »

« Nous devons aller vite », assure Maïga. Deux priorités sous-tendent, selon lui, cette nécessité : la reconstruction des forces maliennes et la restauration de l’intégrité territoriale d’un pays coupé en deux, dont le Nord est aux mains du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), des islamistes d’Ansar Eddine et de leurs alliés d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La « reconquête du Nord » serait ainsi un « baromètre pour juger les nouvelles capacités » de l’armée malienne et tirer les leçons de « ce qui a fait défaut, jusque-là. »

Une intervention internationale permettrait, malgré les réticences du capitaine Sanogo et des putshistes du camp de Kati, d’aider la reconstruction psychologique et opérationnelle de l’armée malienne, estime Maïga. Le retour à Bamako du président Dioncounda Traoré, « lien principal avec l’ordre constitutionnel », s’en trouverait aussi facilité.

"La logique des djihadistes"

Il faut démonter « la logique des djihadistes » d’Ansar Eddine et d’Aqmi, et signifier à leurs membres que le Mali ne peut plus être, comme ils le pensent, « une terre de combat ». Car le danger ne se résume pas au Nord, affirme Maïga. « Je considère qu’il est présent à Bamako (aussi) parce que depuis le début de l’année, (...) les services ont pu interpeller des combattants d’Aqmi, des gens qui avaient séjourné longtemps avec Boko Haram, qui se trouvent à Bamako et qui ne sont pas originaires du Nord, contrairement à ce qu’on croit. Je pense qu’il y a de plus en plus de Maliens dans les rangs d’Aqmi, y compris dans les structures de commandement. C’est pourquoi je dis nous devons avoir une approche globale. Il n’y a pas le Nord, le Sud, il y a le territoire malien. »

Boubèye évacue également l’idée d'une négociation immédiate avec les rebelles – ce qui est toujours la position de l’Algérie ou du Burkina Faso voisins – et soutient « qu’en l’absence d’une action militaire, nous ne pourrions même pas faire une ligne de démarcation entre les différents protagonistes. » La mobilisation doit être forte et dissuasive car, aujourd’hui, « le Nord est devenu un réservoir et un foyer de menaces contre tous nos voisins. »

Quid du pari des négociateurs de couper les rebelles en deux, et de pousser une partie d'Ansar Eddine à la table des négociations avec le MNLA ? Il faudrait « voir ce qui se passe sur le terrain » après l'intervention militaire, estime-t-il. Et ne pas oublier, surtout, « qu’Ansar Eddine est sorti des entrailles d’Aqmi », ce qui signifie que les liens sont plus forts entre les deux entités que ce que l’on pourrait avoir tendance à croire. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers