Extension Factory Builder
27/06/2012 à 16:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants du MNLA dans le nord du Mali, en avril 2012. Des combattants du MNLA dans le nord du Mali, en avril 2012. © AFP

Le mercredi 27 juin à Gao, des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) se sont affrontés avec des islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Le QG des rebelles touaregs aurait été pris par les combattants islamistes.

Mis à jour à 19h55.

Cette fois, il ne s'agit pas de simples accrochages. D'après plusieurs témoins, des affrontements armés ont eu lieu mercredi 27 juin à Gao (nord-est du Mali) entre des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et des islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

Selon plusieurs témoins, le gouvernorat de la ville, qui servait de quartier-général à la rébellion touarègue, a été pris par les islamistes après plusieurs heures de combats qui ont fait des victimes parmi les combattants touaregs. « Les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) sont entrés à l'intérieur du gouvernorat. Les combattants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rebellion touareg) ont fui, d'autres ont été tués, d'autres arrêtés », a déclaré un responsable de la station-service qui jouxte le gouvernorat.

« Nous avons pris le palais du gouverneur (qui était contrôlé par le MNLA) et la résidence de Bilal Ag Chérif, secrétaire général du MNLA, qui a fui avec ses soldats », a déclaré à l'AFP Adnan Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao, ajoutant qu'une quarantaine de combattants du MNLA avaient été faits prisonniers par le Mujao.

Il a également indiqué qu'il y a eu des morts pendant les combats qui avaient débuté mercredi matin, sans pouvoir en préciser le nombre. Selon plusieurs témoins interrogés par l'AFP au téléphone depuis Bamako, au moins vingt personnes, essentiellement des combattants, ont été tuées dans les combats, mais le bilan pourrait être beaucoup plus lourd.

"Manipulation"

« On entend des coups de feu, les combattants du Mujao et du MNLA se tirent dessus, on a peur », avait indiqué au paravant Nina Oumarou, soeur d'un élu de la ville abattu lundi soir par des hommes armés. Selon elle, un groupe de combattants du Mujao s'est dirigé vers un camp de la ville tenu par les combattants du MNLA, dans le quartier du Château d'eau.

Ces combats armés entre rebelles touaregs et islamistes surviennent au lendemain de violentes manifestations à Gao. De nombreux habitants ont défilé dans les rues de la ville, indignés par l'assassinat lundi du conseiller municipal Idrissa Oumarou, enseignant et membre du parti du président malien de transition, Dioncounda Traoré, l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adema). Des hommes en armes avaient alors tiré sur des centaines de manifestants, faisant au moins un mort et une dizaine de blessés. Des témoins avaient accusé le MNLA d'avoir ouvert le feu sur la foule, ce que le mouvement touareg a catégoriquement démenti, parlant d'une manipulation du Mujao.

Vive tension

« Le MNLA condamne fermement la mort de l'élu et condamne aussi fermement, quels qu'en soient les auteurs, ceux qui ont tiré sur la foule qui manifestait son mécontentement ce matin à Gao », a déclaré à Ouagadougou un responsable du MNLA, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh.

Le Mujao, considéré comme un mouvement dissident d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a annoncé l'arrestation de deux personnes accusées d'avoir tué Idrissa Oumarou, sans préciser s'ils étaient membres du MNLA ou non.

Depuis bientôt trois mois, les villes et régions administratives du nord du Mali - Tombouctou, Kidal et Gao - sont occupées par différents groupes armés. Parmi figurent des islamistes, tels que le Mujao, Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam), et Aqmi, ainsi que les rebelles touaregs du MNLA.

La tension est vive entre le MNLA, mouvement qui a déclaré unilatéralement l'indépendance du nord du Mali, et les islamistes dont l'objectif n'est pas l'indépendance du Nord, mais l'application de la charia (loi islamique) dans tout le Mali.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un attentat-su[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Mali : ce qu'il faut savoir de la libération de l'otage néerlandais Sjaak Rijke

Le Néerlandais Sjaak Rijke, retenu en otage par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré lundi à l'aube lors d'une opération des forces spéciales[...]

Un otage néerlandais libéré par l'armée française au Mali

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais détenu par le groupe islamiste Aqmi lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers