Extension Factory Builder
25/06/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre algérien délégué aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. Le ministre algérien délégué aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. © AFP

Alger estime qu'une solution "politique négociée" pourrait mettre fin à la crise au Mali, tout en affirmant à nouveau son attachement à "l'intégrité territoriale" de son voisin.

Alger maintient le cap sur la crise malienne. Dimanche 24 juin, par la voix de son ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, l'Algérie a estimé qu'une solution « politique négociée » pouvait mettre fin à la crise au Mali voisin, dont le nord est tombé entre les mains de groupes armés depuis le mois de mars.

« Une solution politique négociée est possible » pour trouver une issue à la crise au Mali, a déclaré Abdelkader Messahel lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre britannique aux Affaires étrangères chargé des Affaires du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Alistair Burt, en visite en Algérie.

« Nous avons toujours privilégié la solution politique. Nous croyons aux vertus du dialogue et dans le dossier particulier de la situation au Mali, il y a toutes les indications qui font croire et penser que la solution politique négociée est possible et nous y travaillons », a ajouté le ministre algérien.

Il a aussi indiqué que l'intégrité territoriale du Mali « n'était pas négociable », dans la recherche de toute solution à la crise qui secoue ce pays. De son côté, Alistair Burt a estimé que « la crise [devait] être réglée par la négociation. Pour la Grande-Bretagne, l'intervention militaire reste le dernier recours ».

Non-ingérence

Interrogé sur la venue récente d'une délégation d'islamistes d'Ansar Eddine en Algérie pour des discussions avec le pouvoir, Abdelkader Messahel a répondu : « nous avons des contacts avec toutes les parties et à la demande de toutes les parties ».

Il a précisé qu'un envoyé spécial de la Communauté économique des État d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) se trouvait actuellement à Alger pour discuter avec les autorités algériennes de la crise malienne. Le Comité d'état-major opérationnel conjoint (Cemoc), regroupant les états-majors militaire du Niger, Mali, d'Algérie et de Mauritanie doit également se réunir « dans les prochains jours », a -t-il ajouté.

Après avoir été reçu par le président Abdelaziz Bouteflika à Alger, le Premier ministre malien Cheikh Modibo Diarra a déclaré le 13 juin qu'il était venu en Algérie « à la recherche de solutions pour le problème du Mali ».

Depuis le début de la crise malienne, l'Algérie a adopté une ligne de non-ingérence chez son voisin, tout en affirmant son attachement à l'intégrité territoriale de ce pays. Elle multiplie les contacts avec les pays concernés, dans la région et ailleurs, notamment la France et les États-Unis.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti merc[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Exclusif - Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : demande d'entraide judiciaire de la France au Mali

Rebondissement dans l'enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupçonnant certains hommes d'affaires maliens d'être[...]

Mali - OIF : Dioncounda Traoré, le lièvre de Bamako

Après des mois d'hésitations, l'ancien chef de l'État malien se lance enfin dans la course pour succéder à Abdou Diouf à la tête de l'OIF. Le soutien du président IBK[...]

Nord du Mali : deux soldats burkinabè tués, quatre blessés dans un attentat suicide

Deux soldats burkinabè de la force de l'ONU au Mali ont été tués samedi et quatre blessés dans un attentat-suicide à Ber, dans le nord du Mali, a-t-on appris de source sécuritaire[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Mali : trois jihadistes, dont un proche de l'émir d'Aqmi au Sahel, arrêtés par l'armée française

Trois présumés jihadistes, dont un proche de Djamel Okacha, ont été arrêtés par l'armée française le 10 août près de Tombouctou.[...]

Mali : Karim Keïta, ascenseur pour un novice

Le fils du président malien, Karim Keïta, déjà président de la Commission de la Défense de l'Assemblée, multiplie les interventions à l'étranger. Une manière de[...]

Mali - Yero Ould Daha : "Le Mujao nous protégeait du MNLA"

Yero Ould Daha, ancien cadre du Mujao à Gao, a rejoint le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), groupe armé opposé au MNLA qui participe aux négociations d'Alger en vue d'un accord de paix.[...]

Le Mali relâche un ex-responsable jihadiste arrêté par les militaires français

Un ancien responsable du Mujao, un groupe islamiste armé, arrêté la semaine dernière à Gao, dans le nord du Mali, par les militaires français de l'opération Barkhane, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers