Extension Factory Builder
22/06/2012 à 18:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les tombes des sept moines français aux abords du monastère de Tibehirine en Algérie. Les tombes des sept moines français aux abords du monastère de Tibehirine en Algérie. © AFP

Un nouveau témoignage recueilli par le juge anti-terroriste Marc Trévidic met en cause le Département algérien du renseignement et de la sécurité (DRS) dans l’enlèvement et l’assassinat des moines français de Tibéhirine, en 1996. La thèse de la manipulation par les services secrets resurgit.

L’affaire des moines de Tibéhirine n’a pas fini d’empoisonner les relations franco-algériennes. En charge du dossier de l’instruction dans l’affaire de l’assassinat des sept moines français en 1996, le juge anti-terroriste Marc Trévidic aurait recueilli de nouveaux éléments pointant directement la responsabilité des services secrets algériens, a rapporté jeudi 21 juin le site d’information français Médiapart.

Si l’on en croit un témoignage versé au dossier d’instruction, c’est le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) qui aurait pris la décision du rapt pour améliorer ses relations avec l’État français en récoltant la gloire de la libération des moines. Selon la même source, des membres de la DRS auraient eux-mêmes assassinés les religieux pour éviter d’être suspectés.

Il y avait de nombreuses opérations en 1995 et 1996 pour faire croire à une vraie menace terroriste en Algérie.

L’auteur de ces allégations est un ancien agent du DRS de 1987 à 2001, aujourd’hui exilé en Écosse et qui s’appellerait Karim Moulai. Interrogé par Marc Trévidic le 22 mai dernier, celui-ci raconte : « Mon patron et moi-même nous sommes rendus de nombreuses fois dans les villes de Médéa et Blida avant l’enlèvement des moines. Il y avait de nombreuses opérations en 1995 et 1996 pour faire croire à une vraie menace terroriste en Algérie. Je pense que le plan de l’enlèvement des moines date de début 1996 ».

Chantage

Et d’ajouter : « Je sais que la décision finale d’enlever les moines a été prise ce 24 mars 1996 », soit deux jours avant l’opération, « lors d’une réunion au Centre territorial de recherche et d’investigation (CTRI) de Blida », à 50 kilomètres au sud-ouest d’Alger. Le patron de la DRS, le général Ahmed Kherfi, et son numéro deux, le général Smaïn Lamari (décédé en 2007), étaient présents, affirme le témoin cité par Médiapart.

Très détaillé, ce témoignage étaye les dires d’Abdelkader Tigha, un ancien officier lui aussi en exil, interrogé par Marc Trévidic le 10 novembre 2010, puis le 4 mai 2011. Celui-ci avait affirmé que l’enlèvement avait été confié à une cellule de terroristes dirigée par l’un des chefs du Groupe islamique armé (GIA), Djamel Zitouni. Le kidnapping aurait été réalisé par l’adjoint de ce dernier, Mouloud Azzout. Karim Moulai assure que tous deux étaient des agents du DRS.

« Les GIA ont enlevé les moines (. . .) les services secrets avaient organisé l'enlèvement (…) pour faire un chantage vis-à-vis de la France et jeter un discrédit sur les mouvements islamistes », avait déclaré Tigha en 2011. « Le but de l’enlèvement était de négocier avec la DST et la DGSE (les services secrets français, NDLR) dans l’optique d’améliorer les relations du DRS avec les autorités françaises. Cela donnerait aux Algériens plus de pouvoir, plus d’autorité », précise Karim Moulai.

Versions divergentes

Si les deux hommes s’accordent sur les raisons de l’implication des services secrets algériens, leurs versions respectives de la mort des moines divergent. Abdelkader Tigha l’imputait à un groupe dirigé par Abou Mossab, un rival de Zitouni au sein du GIA. Quant à Karim Moulai, selon Médiapart, il raconte que le jeu dangereux des services algériens a mal tourné. Les moines auraient été assassinés par des agents de la DRS, après qu’une tentative de négociation directe de la France, menée par Jean-Charles Marchiani (un proche de Charles Pasqua, à l’époque préfet du Var) a failli mettre au jour le double jeu présumé des services secrets algériens.

« Ils ont été tués parce que les autorités françaises ont envoyé un émissaire secret pour essayer de prendre contact avec le GIA pour s’assurer de la libération des moines. Il a essayé de parler directement avec Zitouni », a-t-il expliqué au juge. Très précis, l’ancien membre de la DRS explique que « dix personnes au moins », dont il cite les noms, ont participé à l’assassinat, commis le 26 ou le 27 avril.

Entendu le 10 avril dernier par le juge Trévidic, Jean-Charles Marchiani a confirmé avoir été envoyé par Jacques Chirac afin de négocier une rançon pour la libération des moines trappistes. Dédouanant les services secrets algériens, il impute cependant la mort des Français aux islamistes : « Le GIA s’est lancé dans une opération sans préparation et sans réflexion (…) Ils ont été dépassés par les événements. Ils ont eu de grands espoirs à la suite du canal de négociations que j’avais ouvert et ils ont été très déçus quand ce canal a été fermé. Ils ont réagi avec la même irréflexion que lorsqu’ils avaient enlevé les moines en les exécutant », assurait Jean-Charles Marchiani.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers