Extension Factory Builder
22/06/2012 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre australien Bob Carr, à Tripoli le 18 juin 2012. Le ministre australien Bob Carr, à Tripoli le 18 juin 2012. © Reuters

La tournée en Afrique du Nord du ministre australien des Affaires étrangères, Bob Carr, s’est achevée le 20 juin. Un voyage qui souligne les intérêts croissant de Canberra pour le continent.

Nommé en mars dernier, le ministre australien des Affaires étrangères, Bob Carr, vient de réaliser sa première tournée diplomatique à l’étranger. Celle-ci l’a mené de la Birmanie à la Turquie, avant de s’achever en Afrique du Nord. Le ministre s’est d'abord rendu en Libye, où est détenue depuis le 7 juin l’avocate australienne de la CPI Melinda Taylor, accusée d’espionnage pour avoir échangé des documents avec Seif el-Islam Kadhafi. Puis, après avoir rencontré des membres du gouvernement libyen, le 18 juin, Bob Carr a repris le cours de son programme officiel pour arriver le lendemain en Algérie, puis au Maroc, d’où il est reparti le 20 juin pour l’Australie.

Cette première visite d’un chef de la diplomatie australienne dans la région intervient au moment où l’État fédéral multiplie les initiatives de coopération avec de nombreux États africains. Un intérêt marqué qui suit de près les contrats obtenus sur le continent ces dernières années par les entreprises australiennes dans divers secteurs économiques, à commencer par celui des mines. L’Australie a également annoncé, le 9 mai dernier, l’ouverture prochaine d’une ambassade à Dakar, première représentation diplomatique du pays en Afrique francophone.

La Libye a été votre première étape africaine. Vous y avez plaidé la libération de l’avocate australienne Melinda Taylor. Comment ont réagi les autorités libyennes à votre demande ?

Le Premier ministre El-Keib que j’ai pu rencontrer durant les quelques heures où je suis resté à Tripoli s’est vivement excusé de la tournure prise par les événements et m’a assuré comprendre nos inquiétudes, mais il n’a pu me donner aucune garantie quant à une libération rapide. J’ai beaucoup insisté sur l’immunité dont elle devrait bénéficier grâce à son statut de fonctionnaire international et j’espère que le gouvernement, comme il s’y est engagé, fera tout son possible pour assouplir les conditions de détention de Melinda Taylor, en autorisant plus d’une visite par semaine comme c’est actuellement le cas, et en lui permettant de prendre contact avec sa famille.

Quelles sont les propositions de l’Australie pour tenter de débloquer la situation ?

J’estime que la CPI devrait présenter ses excuses sur la manière dont elle a laissé ses équipes travailler sur place, sans avoir clarifié au préalable les procédures à respecter.

Nous sommes prêts à servir de médiateur pour faciliter les discussions entre le gouvernement libyen et la CPI. Après avoir discuté avec les autorités du pays, je comprends mieux leurs préoccupations et j’estime que la CPI devrait faire de même, en présentant ses excuses sur la manière dont elle a laissé ses équipes travailler sur place, sans avoir clarifié au préalable les procédures à respecter. L’urgence maintenant est de renouer le dialogue entre les deux parties et l’Australie serait très heureuse d’y contribuer.

Après la Libye, vous vous êtes ensuite rendu en Algérie puis au Maroc, pour la première visite officielle d’un ministre des Affaires étrangères australien en Afrique du Nord. Pourquoi ces pays et dans quels buts ?

Nous avons établi ces dernières années d’excellentes relations de travail avec ces deux pays aux Nations Unies par exemple. C’était donc l’occasion de renforcer nos liens diplomatiques avec deux partenaires dont nous partageons beaucoup de positions communes en matière de politique et de sécurité internationale, comme à propos de la crise syrienne ou de la lutte contre le terrorisme.

Notre engagement avec l’Afrique n’a jamais été aussi fort.

L’enjeu était aussi économique, avec de très belles opportunités à saisir pour l’Australie, dans le secteur des mines et des hydrocarbures en Algérie, de l’agriculture ou du tourisme avec le Maroc, qui est notamment en cours de négociation avec des entreprises australiennes pour la fourniture de céréales ou de patrouilleurs pour sa marine militaire. Notre intérêt ne s’arrête évidemment pas à l’Afrique du Nord. Dans la foulée de nos compagnies minières, les investissements australiens s’élèvent actuellement à 40 milliards de dollars (32 milliards d’euros) sur le continent où plus de 200 sociétés australiennes travaillent à travers 37 pays. Sans oublier que 250 000 Africains vivent aujourd’hui en Australie. Notre engagement avec l’Afrique n’a donc jamais été aussi fort.

________

Propos recueillis par Olivier Caslin

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une cr[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers