Extension Factory Builder
22/06/2012 à 14:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Une du J.A. n° 2685. La Une du J.A. n° 2685. © J.A.

Dans son n°2685 en kiosques du 24 au 30 juin, Jeune Afrique revient sur les relations tendues entre les islamistes et les artistes au Maroc. Franche hostilité ou méfiance, en tout cas les relations ne sont pas au beau fixe. Certains s'inquiètent déjà du spectre d'un "ordre halal".

Depuis leur victoire aux législatives de novembre dernier, cadres et ministres du Parti de la justice et du développement (PJD) multiplient déclarations fracassantes, anathèmes et appels pour un « art propre », dirigeant leurs critiques contre les spectacles immoraux, certains films et des spectacles dispendieux.

Une situation qui pousse de nombreux artistes et militants culturels à tirer la sonnette d'alarme, même si la situation est moins préoccupante qu'en Tunisie, où de violents incidents ont récemment interrompu une exposition d'art contemporain, ou encore qu’au Nord-Mali, avec les récentes attaques contre la culture à Tombouctou (et les scènes de flagellation en place publique).

À lire aussi dans J.A. n° 2685

Sénégal - La grande interview de Macky Sall : « Avec moi, tout va changer ».

Côte d’Ivoire : la réconciliation impossible ?

Difficile de faire la paix, un an après la fin de la crise postélectorale. Les attaques répétées dans l’Ouest et la violence du débat politique à Abidjan n’aident pas. Pas plus que les accusations de complot portées contre des proches de l’ancien président..

Le chaud et le froid

Conscient de l'inquiétude que suscitent les islamistes, l'historien Mohammed Ennaji rappelle dans une tribune qu'« ils continuent toujours à souffler le chaud et le froid, à alterner la menace et le compromis, à chaque fois que se profile un événement qui peut donner lieu à un discours incendiaire. » Pour l'essayiste, c'est bel et bien « la destruction en règle de l'école publique qui a causé la faillite culturelle du Maroc. »

La polémique est d'ailleurs nourrie par les récentes condamnations d'artistes proches du mouvement du 20 février. Le rappeur Mouad Lhaqed et le poète Younes Belkhdim viennent ainsi d'écoper respectivement de peines de prisons d'un an et deux ans, sans que leur condamnation ne puisse être imputée au gouvernement PJD. « Entre le marteau des sécuritaires et l’enclume des islamistes, la liberté d’expression s’amenuise. »

Un débat à lire dans Jeune Afrique n° 2685, en kiosques du 24 au 30 juin.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Rajaâ Cherkaoui El Moursli : "Il faut commencer très tôt à intéresser les filles aux matières scientifiques"

La physicienne marocaine Rajaâ Cherkaoui El Moursli a remporté le prix de la fondation L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science, zone Afrique et États arabes. Une belle récompense pour cette[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120622141116 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120622141116 from 172.16.0.100