Extension Factory Builder
22/06/2012 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
James Kabarebe serait accusé par des experts de l'ONU de soutenir le M23. James Kabarebe serait accusé par des experts de l'ONU de soutenir le M23. © Cedeon/AFP

Le groupe d’experts de l’ONU sur la RDC affirme avoir des preuves que trois des plus hauts gradés rwandais soutiennent la mutinerie congolaise du M23, a rapporté l’agence Reuters. Celle-ci affirme avoir eu accès à des notes prises lors d’une présentation orale le 13 juin, mais ne donne pas plus de précision.

Les accusations sont graves, et les éléments de preuves matérielles manquent. Selon l’agence de presse britannique Reuters, le groupe d’experts de l’ONU sur la RDC affirme disposer de preuves du soutien de trois des plus hauts responsables rwandais de la Défense à la mutinerie congolaise du M23, qui opère dans le Nord-Kivu, province frontalière du Rwanda. Les noms du ministre de la Défense, James Kabarebe, de son directeur de cabinet, Charles Kayonga et du conseiller militaire du président Paul Kagamé, Jacques Nziza, sont cités. James Kabarebe est « en contact permanent avec le M23 », auraient affirmé les experts, qui accusent l’armée rwandaise d’avoir pénétré en territoire congolais pour renforcer les positions des rebelles, d’avoir apporté un soutien logistique à ces derniers et d’avoir assuré à leur leader présumé, Bosco Ntaganda, un passage sûr au Rwanda.

Ces accusations auraient été formulées oralement par le groupe d’experts pour la RDC devant le comité des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU à New-York, le 13 juin. Le bureau de Reuters à Dakar, qui les rapporte, s’appuie sur des « notes », prises lors de cette réunion par un diplomate. Mais aucun rapport écrit n’a été communiqué pour l’instant et aucune précision n’a été donnée sur les preuves dont le groupe d’experts dit disposer.

Ce dernier, composé de six personnes (pour l’essentiel des chercheurs et journalistes) doit communiquer son rapport écrit au comité des sanctions de l’ONU dans les prochains jours, avant qu’il ne soit publié. Et pour l'heure, aucun responsable rwandais n'a souhaité réagir à ces allégations.

Tensions croissantes

Le Rwanda a déjà été accusé par la Monusco et l’ONG Human Rights Watch de soutenir la mutinerie du M23, mais a démenti à plusieurs reprises. La mutinerie avait débuté avec les velléités d’arrestation par Kinshasa de Bosco Ntanganda, jusque-là général de l’armée congolaise, ancien membre de l’armée rwandaise, ancien leader de l’ex-rébellion du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple), et faisant l’objet d’un mandat de la Cour pénale internationale (CPI).

Ce nouvel épisode intervient alors que les relations entre le Rwanda et la RDC se tendent : le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, qui entretenait jusque-là des contacts très suivis avec son homologue rwandaise, Louise Mushikiwabo, a évoqué une possible « rupture de la paix entre [les] deux pays » mercredi.

Pendant ce temps, sur le terrain, la mutinerie semble se renforcer : elle a annoncé jeudi le ralliement de sept officiers de l’armée congolaise et 166 hommes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Rwanda

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers