Extension Factory Builder
22/06/2012 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le lieutenant-colonel et porte-parole des mutins Vianney Kazarama (D), le 3 juin 2012. Le lieutenant-colonel et porte-parole des mutins Vianney Kazarama (D), le 3 juin 2012. © AFP

Trois lieutenants-colonels et quatre majors de l’armée congolaise ont rejoint la mutinerie Mouvement du 23 mars (M23)  "avec 166 hommes", a affirmé jeudi 21 juin le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, se présentant comme le porte-parole du M23.  

Non contents de conforter ses positions dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) dirigé par le colonel Sultani Makenga, ex-cadre de l'ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), se renforce. Trois lieutenant-colonels et quatre majors de l’armée congolaise, « ont quitté les rangs des FARDC (Forces armées loyalistes) hier (mercredi) » avec 166 hommes, a affirmé jeudi 21 juin le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, se réclamant porte-parole des mutins. Selon lui, ces soldats ont rejoint avec armes et munitions la mutinerie en cours dans la province du Nord-Kivu (est).

D'après ce porte-parole, tous les hauts-gradés étaient basés au Nord-Kivu, excepté un lieutenant-colonel arrivé de la province voisine du Sud-Kivu. L'un des majors était un responsable de la logistique et deux autres du renseignement. Tous sont des membres de l’ancienne rébellion du CNDP.

Risque de démoralisation

Un officier supérieur de l’armée congolaise a confirmé que « certains officiers sont en train de faire défection », sans préciser leur nombre. « Je ne peux pas être étonné parce que ce sont des ex-CNDP qui sont en train de rejoindre leurs frères. Ce n'est pas surprenant qu'ils partent avec des munitions parce que jusqu'à leur défection ils occupaient des postes de commandement au sein des FARDC », a-t-il ajouté. Préoccupé, le gradé estime que « cette situation risque de dégénérer et de démoraliser les troupes parce qu'il y a en a encore d'autres (ex-CNDP) nos rangs » qui pourraient eux aussi rejoindre les mutins.

Malgré les bombardements fréquents effectués par les FARDC, les mutins - estimés jusque là à plusieurs centaines - tiennent fermement leurs positions sur les collines de Runyiony, Mbuzi et Tshanzu où ils sont regroupés, dans le sud-est du Parc national des Virunga, à la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda. Les combats ont fait plus de 200 000 déplacés et plus de 20 000 réfugiés, selon l'ONU.

Lancée le 14 juin, la dernière offensive des forces armées congolaises, dont « l’objectif intermédiaire est le contrôle du pont de Ruwanguba, afin d'isoler à l'Est le déploiement de la Force de la Monusco et des FARDC autour de Bunagana », a été un échec cuisant. Ruwanguba est situé au nord des positions des mutins, sur la route qui va de Rutshuru à Bunagana, important poste frontalier avec l'Ouganda. Une accalmie relative est depuis observée sur le front.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

La loi électorale à l'origine de violences meurtrières en République démocratique du Congo devait être adoptée dimanche par le Parlement, où le camp du président Jose[...]

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale congolaise a dénoncé samedi un "dérapage" de la police, qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières[...]

Répression en RDC : le président de l'Assemblée reconnaît un "dérapage"

Le président de l'Assemblée nationale en République démocratique du Congo (RDC) a reconnu samedi sur Twitter un "dérapage" lorsque la police a tiré à "balles[...]

RDC : Katumbi attaqué sur tous les fronts

Rien ne va plus au Katanga pour Moïse Katumbi depuis que celui-ci a pris ses distances vis à vis d'un éventuel 3e mandat du président Kabila. Lequel vise là où ça fait mal : au[...]

RDC 

RDC : le Sénat impose la tenue de la présidentielle en 2016 dans les délais constitutionnels

Lors du vote article par article du projet de loi controversé modifiant la loi électorale en RDC, les sénateurs congolais ont supprimé vendredi l'incise contenue dans le texte initial qui liait[...]

RDC : pourquoi le vote de la loi électorale a été reporté

Après trois jours de violences meurtrières à Kinshasa et à Goma, le vote de la loi électorale, intialement prévu jeudi, aura lieu vendredi matin.[...]

CAN 2015 : les Léopards sans imagination face au Cap-Vert

Le choc entre les Lépopards et les Requins a tourné à la soupe soporifique jeudi à Ebebiyin (0-0). Le gardien congolais Kidiaba a sauvé son camp à deux reprises dans les dix[...]

RDC 

RDC : deuxième journée de violences à Goma, au moins trois morts

Pour la deuxième journée consécutive, des heurts ont éclaté jeudi à Goma, dans l'est de la RDC, entre les policiers et des étudiants qui exigent la libération de leurs[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Loi électorale en RDC : les 10 nouveautés qui pourraient tout changer

Depuis le dépôt du projet de loi modifiant la loi électorale en RDC, on assiste à une levée de boucliers au sein de l'opposition congolaise. Cette dernière appelle la population à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120622093716 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120622093716 from 172.16.0.100