Extension Factory Builder
20/06/2012 à 12:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ousmane Ngom, alors ministre sénégalais de l'Intérieur, le 16 février 2012 à Dakar. Ousmane Ngom, alors ministre sénégalais de l'Intérieur, le 16 février 2012 à Dakar. © Mamadou Toure BehanAFP/Archives

Les poursuites contre d'anciens responsables du pouvoir de l'ex-président Abdoulaye Wade s'accélèrent-elles ? L'ancien ministre de l'Intérieur Ousmane Ngom a été interpellé ce mercredi en pleine campagne électorale à Korda, au sud du Sénégal.

Mis à jour à 18h59.

Les raisons de l’interpellation de Ousmane Ngom, ne sont pas encore connues officiellement. « Des policiers sont venus le prendre à Kolda », a simplement affirmé une source policière sans plus de précisions. Mais pour la presse locale, l’arrestation de l’ex-ministre de l’Intérieur de Abdoulaye Wade, alors qu’il était en campagne pour les législatives du 1er juillet, ne fait pas de doute : il s’agit d’une conséquence des audits sur la gestion du PDS commandés par le nouveau président sénégalais Macky Sall.

De fait, il avait récemment été convoqué par la justice pour être entendu dans le cadre des audits lancés par le nouveau pouvoir. Mais il avait prétexté une longue attente pour justifier sa décision de quitter le Palais de justice de Dakar sans être auditionné. Il avait ensuite déclaré qu'il ne répondrait plus à une convocation de la police avant la tenue des législatives et avait invité les ex-dignitaires du régime Wade à en faire de même.

Lors d'une conférence de presse mardi soir à Kolda, il avait assuré n'avoir « pas encore officiellement reçu de (nouvelle) convocation. Je n'ai rien à craindre. S'il y a des audits, que Macky Sall le soit au même titre que tous les autres ». Selon la même source policière, Ousmane Ngom a été interpellé par la Brigade d'intervention polyvalente (BIP), unité d'élite de la police, et la Division des investigations criminelles (DIC), la police judiciaire, mais il n'a pas été brutalisé par les policiers, selon l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique).

Ministre controversé

Plusieurs responsables de l'ex-pouvoir, dont le président du Sénat Pape Diop et d'anciens ministres, ont été ces derniers jours convoqués par la gendarmerie et la justice. Le PDS a dénoncé la convocation de ses responsables comme « un harcèlement » et une « intimidation » pour les empêcher de faire campagne avant les législatives.

Ousmane Ngom est l’un des principaux responsables du PDS. En tant que ministre de l'Intérieur, il avait en particulier organisé les élections de 2007, lorsque l’opposition avait crié à la fraude. Il avait été maintenu à son poste mais déchargé de ses attributions électorales en juillet 2011 quand le directeur général des élections, Cheikh Guèye, avait été nommé au poste nouvellement créé de ministre chargé des Élections. Puis il avait été très critiqué pour la répression des manifestations de l'opposition pendant la campagne de la présidentielle.

(Avec AFP)



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

'Comme un cri' : exorciser le naufrage du Joola

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

"Y'en a marre", "Balai citoyen", "Filimbi"... : l'essor des sentinelles de la démocratie

Apparu au Sénégal en 2011, "Y'en a marre" a inspiré plusieurs mouvements citoyens dans différents pays d'Afrique francophone. Du Sénégal à la RDC en passant par le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120620123306 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120620123306 from 172.16.0.100