Extension Factory Builder
20/06/2012 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une oasis de la région de Ouarzazate, au Maroc, le 13 juin 2012. Une oasis de la région de Ouarzazate, au Maroc, le 13 juin 2012. © AFP

L’une des plus belles et plus vastes oasis marocaines, située dans le Haut-Atlas, pourrait être à sec dans les prochaines années si l’exploitation non contrôlée des sources d’eau qui l’alimentent se poursuit. Un cas exemplaire de stress hydrique au moment où se tient le sommet de Rio+20.

« J'ai creusé quatre puits avant de trouver l'eau. Autour de moi, les voisins n'ont pas d'eau. Avant, il y en avait partout. C'est la volonté de Dieu », déplore Moha M'barek, agriculture octogénaire né dans l’oasis. Nichée dans les montagnes du Haut-Atlas marocain, la vaste oasis d'Errachidia est aujourd'hui menacée par l'exploitation irraisonnée des points d'eau qui lui donnent vie depuis des millénaires.

« L'eau a beaucoup baissé. Dieu seul sait pourquoi », ajoute le patriarche de la famille M’barek, cultivateurs de maïs et dépendants d’un puits qu’ils gardent jalousement. Ils vivent à quelques encablures d'une route goudronnée qui sillonne l'oasis de Goulmima, près d'Errachidia.

Autrefois Errachidia s'appelait « Ksar Souk ». Cette ville de 200 000 âmes est le chef-lieu de la province, connue pour la beauté et la richesse de ses oasis nichées dans un cadre montagnard aride, proche d'un désert qui s'étend jusqu'au Sahara occidental.

La répartition de l'eau dans l'immense oasis aujourd'hui menacée d'assèchement se faisait via les khattaras, un système d'irrigation séculaire assuré par la pratique des tours d'eau, et géré par les habitants selon des rites berbères ancestraux. Ce système permettait de maintenir un débit d'eau régulier tout au long de l'année.

Mais avec les années soixante-dix et l'arrivée des pompes à eau, les agriculteurs ont peu à peu asséché la nappe phréatique. Les champs cultivés et verdoyants sont devenus des terrains vagues abandonnés par les habitants de l'oasis. « Les traces des champs... vous voyez comme ils sont grands. Ca veut dire qu'il y avait beaucoup d'eau », s'indigne Lahcen Kabiri, professeur en géosciences de l'environnement à la faculté d'Errachidia.

Désastre écologique

Les pompes à eau installée sur des puits individuels sont responsables de l'assèchement de la nappe, ajoute le chercheur au milieu d'un immense terrain entouré de quelques palmiers à moitié desséchés.

Selon M. Kabiri, cette situation « pourrait évoluer vers une véritable catastrophe écologique compte tenu du rôle des oasis dans la lutte contre la désertification ».

« Si la nappe s'épuise, alors tout ce qui est en aval va être dans une situation dramatique. On va se retrouver avec un désastre écologique jamais vu », s'inquiète-t-il. Habitants et autorités locales prennent de plus en plus conscience des menaces qui pèsent sur cette oasis, parmi les plus vastes du Maroc. Dans la petite palmeraie d'Izilf, au coeur de l'oasis, quelques agriculteurs décident de faire face collectivement à ce problème.

« Nous avons créé une coopérative pour gérer l'eau collectivement. Sinon, tout ce que vous voyez autour de vous n'existerait plus. Il n'y aurait plus rien, tout serait mort, séché », prévient Moha Bousseta, le président de la coopérative d'eau d'Izilf.

Pour les habitants de la région d'Errachidia, pour la plupart des Berbères, la gestion de l'eau est « non seulement un enjeu écologique majeur, mais c'est une question de vie ou de mort », conclut M. Kabiri.

Comme pour faire écho à ce signal d'alerte, le sujet du stress hydrique et de la gestion de l'eau est au menu du sommet de Rio+20, qui se tient du 20 au 22 juin à Rio de Janeiro, au Brésil. Plus de 130 chefs d'État et de gouvernement, ainsi qu’environ 50 000 chefs d'entreprise, des militants, et des scientifiques, sont attendus pour y participer.

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a enquêté.[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers