Extension Factory Builder
20/06/2012 à 17:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une oasis de la région de Ouarzazate, au Maroc, le 13 juin 2012. Une oasis de la région de Ouarzazate, au Maroc, le 13 juin 2012. © AFP

L’une des plus belles et plus vastes oasis marocaines, située dans le Haut-Atlas, pourrait être à sec dans les prochaines années si l’exploitation non contrôlée des sources d’eau qui l’alimentent se poursuit. Un cas exemplaire de stress hydrique au moment où se tient le sommet de Rio+20.

« J'ai creusé quatre puits avant de trouver l'eau. Autour de moi, les voisins n'ont pas d'eau. Avant, il y en avait partout. C'est la volonté de Dieu », déplore Moha M'barek, agriculture octogénaire né dans l’oasis. Nichée dans les montagnes du Haut-Atlas marocain, la vaste oasis d'Errachidia est aujourd'hui menacée par l'exploitation irraisonnée des points d'eau qui lui donnent vie depuis des millénaires.

« L'eau a beaucoup baissé. Dieu seul sait pourquoi », ajoute le patriarche de la famille M’barek, cultivateurs de maïs et dépendants d’un puits qu’ils gardent jalousement. Ils vivent à quelques encablures d'une route goudronnée qui sillonne l'oasis de Goulmima, près d'Errachidia.

Autrefois Errachidia s'appelait « Ksar Souk ». Cette ville de 200 000 âmes est le chef-lieu de la province, connue pour la beauté et la richesse de ses oasis nichées dans un cadre montagnard aride, proche d'un désert qui s'étend jusqu'au Sahara occidental.

La répartition de l'eau dans l'immense oasis aujourd'hui menacée d'assèchement se faisait via les khattaras, un système d'irrigation séculaire assuré par la pratique des tours d'eau, et géré par les habitants selon des rites berbères ancestraux. Ce système permettait de maintenir un débit d'eau régulier tout au long de l'année.

Mais avec les années soixante-dix et l'arrivée des pompes à eau, les agriculteurs ont peu à peu asséché la nappe phréatique. Les champs cultivés et verdoyants sont devenus des terrains vagues abandonnés par les habitants de l'oasis. « Les traces des champs... vous voyez comme ils sont grands. Ca veut dire qu'il y avait beaucoup d'eau », s'indigne Lahcen Kabiri, professeur en géosciences de l'environnement à la faculté d'Errachidia.

Désastre écologique

Les pompes à eau installée sur des puits individuels sont responsables de l'assèchement de la nappe, ajoute le chercheur au milieu d'un immense terrain entouré de quelques palmiers à moitié desséchés.

Selon M. Kabiri, cette situation « pourrait évoluer vers une véritable catastrophe écologique compte tenu du rôle des oasis dans la lutte contre la désertification ».

« Si la nappe s'épuise, alors tout ce qui est en aval va être dans une situation dramatique. On va se retrouver avec un désastre écologique jamais vu », s'inquiète-t-il. Habitants et autorités locales prennent de plus en plus conscience des menaces qui pèsent sur cette oasis, parmi les plus vastes du Maroc. Dans la petite palmeraie d'Izilf, au coeur de l'oasis, quelques agriculteurs décident de faire face collectivement à ce problème.

« Nous avons créé une coopérative pour gérer l'eau collectivement. Sinon, tout ce que vous voyez autour de vous n'existerait plus. Il n'y aurait plus rien, tout serait mort, séché », prévient Moha Bousseta, le président de la coopérative d'eau d'Izilf.

Pour les habitants de la région d'Errachidia, pour la plupart des Berbères, la gestion de l'eau est « non seulement un enjeu écologique majeur, mais c'est une question de vie ou de mort », conclut M. Kabiri.

Comme pour faire écho à ce signal d'alerte, le sujet du stress hydrique et de la gestion de l'eau est au menu du sommet de Rio+20, qui se tient du 20 au 22 juin à Rio de Janeiro, au Brésil. Plus de 130 chefs d'État et de gouvernement, ainsi qu’environ 50 000 chefs d'entreprise, des militants, et des scientifiques, sont attendus pour y participer.

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex