Extension Factory Builder
20/06/2012 à 15:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Polycarpe Abah Abah a été écroué en 2008. Polycarpe Abah Abah a été écroué en 2008. © D.R.

L'ancien ministre camerounais Polycarpe Abah Abah, accusé de corruption et écroué en 2008, a été condamné mardi 19 juin à 6 ans de prison ferme pour "évasion".

Il était sorti de prison au mois de mai grâce à une permission pour des soins. Écroué en 2008 pour corruption, l'ex-ministre camerounais des Finances, Polycarpe Abah Abah, a été condamné mardi soir à six ans de prison pour « évasion ».

« Le tribunal (de première instance d'Ekounou à Yaoundé) déclare Polycarpe Abah Abah coupable du délit d'évasion » et le condamne à « six ans de prison ferme », a indiqué le juge Claude Evineba.

La même peine a été infligée à un gardien de prison. Trois autres gardiens ont écopé chacun de 3 ans de prison ferme pour « complicité ».

« Nous sommes animés d'un sentiment de grande déception », a réagi Me Jean-Marie Nouga, un des avocats de M. Abah Abah, indiquant que son client allait faire appel.

Remettant en cause « l'impartialité » du juge, les avocats des prévenus ont saisi la Cour d'appel du centre à Yaoundé pour récuser le magistrat. Face à son refus de suspendre le procès jusqu'à ce que la Cour d'appel se prononce, les avocats ont décidé de ne plus plaider. Polycarpe Abah Abah et les autres prévenus leur ont emboîté le pas, s'abstenant de participer aux débats.

Détournement de fonds publics

Le 15 mai, l'ancien ministre des Finances avait été inculpé d'« évasion aggravée », après avoir été arrêté quelques jours plus tôt à son domicile et placé en détention à la police alors qu'il était en permission pour des soins. Les quatre gardiens, condamnés avec lui, constituaient l'escorte qui devaient le surveiller.

« Je ne peux pas dire qu'il y a eu évasion (de M. Abah Abah) », a affirmé lors du procès Clément Ndengué, unique témoin cité par le ministère public et chef du service administratif et financier de la prison de Kondengui.

Ancien directeur des impôts et ex-ministre de l'Économie et des Finances, Polycarpe Abah Abah avait été interpellé en mars 2008, quelques temps après avoir été démis de ses fonctions. Il a été inculpé de détournement de fonds publics. Entamé en mars 2010, son procès est suspendu en raison d'une bataille de procédures qui est montée jusqu'à la Cour suprême et qui attend d'être tranchée.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120620120048 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120620120048 from 172.16.0.100