Extension Factory Builder
20/06/2012 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le créateur nigérien d'origine malienne Alphadi est applaudi à la fin de son défilé le 13 juin. Le créateur nigérien d'origine malienne Alphadi est applaudi à la fin de son défilé le 13 juin. © AFP

Le Touareg Alphadi, styliste de mode le plus célèbre du Sahel, était présent à la semaine de la mode à Dakar, où ont défilé ses mannequins. L’occasion pour lui de dénoncer l’instauration de la charia par Ansar Eddine et Aqmi à Tombouctou, sa ville natale.

Les bras nus et les tuniques légères de Sidahmed Seidnaly, alias Alphadi, sont aux antipodes des codes vestimentaires imposés depuis près de trois mois à Tombouctou. Le styliste le plus réputé du Sahel ne parvient pas à se faire à l’idée que sa ville d’origine, « perle du désert » malien, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, soit plongée dans l’obscurantisme le plus primaire. Les islamistes d'Ansar Eddine et les combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) y ont contraint l’armée malienne à la retraite et y imposent depuis la charia aux habitants qui n’ont pu fuir.

"Tombouctou a toujours été une ville laïque"

Outré, Alphadi exhibe, à l’occasion de la 10e édition de la semaine de la mode de Dakar, une collection scintillante aux couleurs vives qui prend des allures de pied-de-nez aux codes rigoureux de la charia des islamistes. « C'est bien ça l'idée ! », rit le styliste de 55 ans, qui se dit choqué par la situation à Tombouctou. « Tombouctou a toujours été une ville laïque, tout le monde y vivant ensemble, Noirs et Blancs, une ville mystérieuse, très cosmopolite », ajoute-t-il.

Ancien haut-lieu touristique du Mali, grand centre intellectuel et commercial d’Afrique, Tombouctou est aujourd’hui une ville désertée, où les femmes ne portant pas le voile risquent le fouet, monnaie courante pour tout écart à la loi islamique. Alcool et tabac sont proscrits, les bars ont été fermés et incendiés. 

Beaucoup ont choisi de fuir la ville. Quelque 41 000 Maliens ont ainsi trouvé refuge au Niger depuis le début de la crise dans le nord de leur pays, il y a six mois. Alphadi s’appuie sur sa popularité pour lever des fonds et leur venir en aide. Il a ainsi recueilli quelque 50 millions de francs CFA (76 000 euros) lors d'un téléthon organisé à Niamey, somme qu'il remettra mercredi au Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Côté podium, l’engagement du styliste s’est manifesté à travers la tenue qu’il a choisi de porter, aux couleurs du drapeau malien, pour montrer son attachement au pays, qu'il n'oublie pas.

"Sortir notre pays des griffes des islamistes"

Alphadi n’était pas seul à militer par son art. Mariah Bocoum, autre styliste malienne présente à Dakar, a vécu avec ses enfants le coup d'État militaire du 22 mars à Bamako qui a renversé le régime du président Amadou Toumani Touré et précipité la chute du nord du pays aux mains des groupes armés, islamistes et rebelles touaregs.

Ces tragiques événements lui ont inspiré une mini-collection de cinq modèles : deux avec bérets et ceintures verts et rouges, couleurs des soldats mutins et loyalistes qui se sont battus lors du coup d'État et après, les trois autres représentant « la population malienne comme j'aimerais la voir, pleine de couleurs qui expriment la joie, bleu, vert, orange, jaune ».

« C'est une invitation à se débarrasser de cette haine entre nous », explique-t-elle, « bérets verts contre bérets rouges, des Touaregs (du Nord) contre les habitants du Sud et vice-versa. Mon rêve est de voir les Maliens main dans la main, pour sortir notre pays des griffes des islamistes ».

(avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

France : quand François Hollande oublie les 'tirailleurs'

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Nigeria : l'armée annonce avoir libéré la plupart des lycéennes enlevées par Boko Haram

La plupart des 129 lycéennes enlevées lundi par Boko Haram auraient été libérées mercredi, selon un communiqué de l'armée nigériane.[...]

Afrique du Sud : le procès Pistorius reprendra le 5 mai

Le procès d'Oscar Pistorius a été suspendu mercredi. Il reprendra le 5 mai.[...]

Guinée-Bissau : face à face entre José Mario Vaz et Nuno Gomes Nabiam au second tour

José Mario Vaz, du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, principal parti du pays), affrontera le candidat de l'armée, Nuno Gomes Nabiam, le 18 mai, au second[...]

Gabon - France : un intermédiaire nommé Ali Bongo Ondimba

Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, s'est entretenu avec son homologue français le 8 avril. Crise centrafricaine, relations commerciales, Rwanda... Retour sur les discussions qui se sont tenues.[...]

RDC : blessé par balles, le directeur du parc des Virunga en soins intensifs

Le Belge Emmanuel de Mérode, directeur du parc national des Virunga (est de la RDC), était en soins intensifs mercredi après avoir été grièvement blessé au cours d'une attaque, la[...]

Misca : le Tchad annonce que tous ses soldats ont quitté la Centrafrique

Il n'y a plus de soldats tchadiens en Centrafrique. Mercredi, le Tchad a annoncé avoir achevé le retrait de ses troupes lors d'une cérémonie officielle présidée, à Sarh, dans le[...]

RDC : Étienne Tshisekedi s'accroche... Et agace ?

Depuis quelques semaines, les rumeurs vont bon train au sujet de la santé d'Étienne Tshisekedi, âgé de 81 ans. Mais aux dernières nouvelles il irait mieux. Au point de reprendre à[...]

Côte d'Ivoire : dix ans après, l'enquête patine dans la disparition de Guy-André Kieffer

L'enquête au sujet de la disparition du journaliste indépendant Guy-André Kieffer en Côte d'Ivoire, le 16 avril 2004, est toujours au point mort. Si les soupçons se sont orientés vers des[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2h03’23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers