Extension Factory Builder
20/06/2012 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le créateur nigérien d'origine malienne Alphadi est applaudi à la fin de son défilé le 13 juin. Le créateur nigérien d'origine malienne Alphadi est applaudi à la fin de son défilé le 13 juin. © AFP

Le Touareg Alphadi, styliste de mode le plus célèbre du Sahel, était présent à la semaine de la mode à Dakar, où ont défilé ses mannequins. L’occasion pour lui de dénoncer l’instauration de la charia par Ansar Eddine et Aqmi à Tombouctou, sa ville natale.

Les bras nus et les tuniques légères de Sidahmed Seidnaly, alias Alphadi, sont aux antipodes des codes vestimentaires imposés depuis près de trois mois à Tombouctou. Le styliste le plus réputé du Sahel ne parvient pas à se faire à l’idée que sa ville d’origine, « perle du désert » malien, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, soit plongée dans l’obscurantisme le plus primaire. Les islamistes d'Ansar Eddine et les combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) y ont contraint l’armée malienne à la retraite et y imposent depuis la charia aux habitants qui n’ont pu fuir.

"Tombouctou a toujours été une ville laïque"

Outré, Alphadi exhibe, à l’occasion de la 10e édition de la semaine de la mode de Dakar, une collection scintillante aux couleurs vives qui prend des allures de pied-de-nez aux codes rigoureux de la charia des islamistes. « C'est bien ça l'idée ! », rit le styliste de 55 ans, qui se dit choqué par la situation à Tombouctou. « Tombouctou a toujours été une ville laïque, tout le monde y vivant ensemble, Noirs et Blancs, une ville mystérieuse, très cosmopolite », ajoute-t-il.

Ancien haut-lieu touristique du Mali, grand centre intellectuel et commercial d’Afrique, Tombouctou est aujourd’hui une ville désertée, où les femmes ne portant pas le voile risquent le fouet, monnaie courante pour tout écart à la loi islamique. Alcool et tabac sont proscrits, les bars ont été fermés et incendiés. 

Beaucoup ont choisi de fuir la ville. Quelque 41 000 Maliens ont ainsi trouvé refuge au Niger depuis le début de la crise dans le nord de leur pays, il y a six mois. Alphadi s’appuie sur sa popularité pour lever des fonds et leur venir en aide. Il a ainsi recueilli quelque 50 millions de francs CFA (76 000 euros) lors d'un téléthon organisé à Niamey, somme qu'il remettra mercredi au Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Côté podium, l’engagement du styliste s’est manifesté à travers la tenue qu’il a choisi de porter, aux couleurs du drapeau malien, pour montrer son attachement au pays, qu'il n'oublie pas.

"Sortir notre pays des griffes des islamistes"

Alphadi n’était pas seul à militer par son art. Mariah Bocoum, autre styliste malienne présente à Dakar, a vécu avec ses enfants le coup d'État militaire du 22 mars à Bamako qui a renversé le régime du président Amadou Toumani Touré et précipité la chute du nord du pays aux mains des groupes armés, islamistes et rebelles touaregs.

Ces tragiques événements lui ont inspiré une mini-collection de cinq modèles : deux avec bérets et ceintures verts et rouges, couleurs des soldats mutins et loyalistes qui se sont battus lors du coup d'État et après, les trois autres représentant « la population malienne comme j'aimerais la voir, pleine de couleurs qui expriment la joie, bleu, vert, orange, jaune ».

« C'est une invitation à se débarrasser de cette haine entre nous », explique-t-elle, « bérets verts contre bérets rouges, des Touaregs (du Nord) contre les habitants du Sud et vice-versa. Mon rêve est de voir les Maliens main dans la main, pour sortir notre pays des griffes des islamistes ».

(avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Algérie : lundi 1er novembre 1954, 'Toussaint rouge' dans les Aurès

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents[...]

Ebola - Report de la CAN 2015 : la CAF dément "l'accord de principe"

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti vendredi "l'accord de principe" annoncé par un quotidien marocain à propos d'un report de la Coupe d'Afrique des nations en raison[...]

Somalie : l'Amisom juge déséquilibré un rapport de HRW

La Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a jugé déséquilibré un rapport de Human Rights Watch qui accuse ses soldats de viols et d'exploitation de femmes et de jeunes filles sur leurs bases[...]

Burkina - En direct : le chef d'état-major des armées annonce qu'il dirigera la transition

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation[...]

Burkina : le jour d'après

Après les violentes manifestations de jeudi, la situation reste très confuse ce vendredi matin au Burkina. Blaise Compaoré n'a pas l'intention de démissionner, une transition a été[...]

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est[...]

Burkina : qui sont les principaux acteurs du 30 octobre ?

La situation restait confuse jeudi en fin de journée au Burkina Faso. L’armée semblait avoir pris le contrôle de la situation en annonçant la dissolution du gouvernement et en instaurant une[...]

Exclusif : la lettre de François Hollande qui mettait en garde Blaise Compaoré

Dans une lettre datée du 7 octobre, le chef de l'État français, François Hollande, mettait en garde Blaise Compaoré. Il lui expliquait comment le Burkina pourrait "être un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers