Extension Factory Builder
20/06/2012 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le créateur nigérien d'origine malienne Alphadi est applaudi à la fin de son défilé le 13 juin. Le créateur nigérien d'origine malienne Alphadi est applaudi à la fin de son défilé le 13 juin. © AFP

Le Touareg Alphadi, styliste de mode le plus célèbre du Sahel, était présent à la semaine de la mode à Dakar, où ont défilé ses mannequins. L’occasion pour lui de dénoncer l’instauration de la charia par Ansar Eddine et Aqmi à Tombouctou, sa ville natale.

Les bras nus et les tuniques légères de Sidahmed Seidnaly, alias Alphadi, sont aux antipodes des codes vestimentaires imposés depuis près de trois mois à Tombouctou. Le styliste le plus réputé du Sahel ne parvient pas à se faire à l’idée que sa ville d’origine, « perle du désert » malien, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, soit plongée dans l’obscurantisme le plus primaire. Les islamistes d'Ansar Eddine et les combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) y ont contraint l’armée malienne à la retraite et y imposent depuis la charia aux habitants qui n’ont pu fuir.

"Tombouctou a toujours été une ville laïque"

Outré, Alphadi exhibe, à l’occasion de la 10e édition de la semaine de la mode de Dakar, une collection scintillante aux couleurs vives qui prend des allures de pied-de-nez aux codes rigoureux de la charia des islamistes. « C'est bien ça l'idée ! », rit le styliste de 55 ans, qui se dit choqué par la situation à Tombouctou. « Tombouctou a toujours été une ville laïque, tout le monde y vivant ensemble, Noirs et Blancs, une ville mystérieuse, très cosmopolite », ajoute-t-il.

Ancien haut-lieu touristique du Mali, grand centre intellectuel et commercial d’Afrique, Tombouctou est aujourd’hui une ville désertée, où les femmes ne portant pas le voile risquent le fouet, monnaie courante pour tout écart à la loi islamique. Alcool et tabac sont proscrits, les bars ont été fermés et incendiés. 

Beaucoup ont choisi de fuir la ville. Quelque 41 000 Maliens ont ainsi trouvé refuge au Niger depuis le début de la crise dans le nord de leur pays, il y a six mois. Alphadi s’appuie sur sa popularité pour lever des fonds et leur venir en aide. Il a ainsi recueilli quelque 50 millions de francs CFA (76 000 euros) lors d'un téléthon organisé à Niamey, somme qu'il remettra mercredi au Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Côté podium, l’engagement du styliste s’est manifesté à travers la tenue qu’il a choisi de porter, aux couleurs du drapeau malien, pour montrer son attachement au pays, qu'il n'oublie pas.

"Sortir notre pays des griffes des islamistes"

Alphadi n’était pas seul à militer par son art. Mariah Bocoum, autre styliste malienne présente à Dakar, a vécu avec ses enfants le coup d'État militaire du 22 mars à Bamako qui a renversé le régime du président Amadou Toumani Touré et précipité la chute du nord du pays aux mains des groupes armés, islamistes et rebelles touaregs.

Ces tragiques événements lui ont inspiré une mini-collection de cinq modèles : deux avec bérets et ceintures verts et rouges, couleurs des soldats mutins et loyalistes qui se sont battus lors du coup d'État et après, les trois autres représentant « la population malienne comme j'aimerais la voir, pleine de couleurs qui expriment la joie, bleu, vert, orange, jaune ».

« C'est une invitation à se débarrasser de cette haine entre nous », explique-t-elle, « bérets verts contre bérets rouges, des Touaregs (du Nord) contre les habitants du Sud et vice-versa. Mon rêve est de voir les Maliens main dans la main, pour sortir notre pays des griffes des islamistes ».

(avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Gabon : André Mba Obame, décédé le 12 avril, a été inhumé à Medouneu, sa ville natale

Gabon : André Mba Obame, décédé le 12 avril, a été inhumé à Medouneu, sa ville natale

Décédé le 12 avril dernier à Yaoundé au Cameroun, André Mba Obame a été inhumé lundi 4 mai, dans sa ville natale de Medouneu.[...]

Cameroun : tous au fast-food

Chaque jour, les jeunes camerounais se ruent dans les enseignes de restauration rapide et bon marché. Au menu : burgers, kebabs, sandwichs... Mais aussi de plus en plus de plats traditionnels.[...]

RDC : après 50 jours de "détention au secret", le militant Fred Bauma transféré à la prison de Makala

Arrêté le 15 mars par l'Agence nationale de renseignements (ANR) avec des délégués de Balai citoyen et de Y'en a marre - libérés depuis -, le militant prodémocratie congolais[...]

Rap camerounais : Tilla dévoile "Kankwe chap", son dernier EP (en écoute)

La rappeuse camerounaise Tilla revient. Après le clip de "Pantana", réalisé par Ndukong et sorti le 1er mai, la "marraine", comme on la surnomme, a rendu public "Kankwe chap",[...]

Burundi : Pierre Nkurunziza peut briguer un troisième mandat, selon la Cour constitutionnelle

Saisie par le Sénat sur la légalité, ou non, d'un éventuel et controversé troisième mandat de Pierre Nkurunziza, la Cour constitutionnelle a déclaré mardi que le[...]

Nigeria : 28 "miliciens" tués dans un raid de l'armée

L'opération militaire a été lancée dans le centre du Nigeria ce week-end, en représailles au massacre par des hommes armés de six soldats le mois dernier.[...]

Après une journée de violences, ce qu'il faut savoir de la crise au Burundi

Quatre personnes ont été tuées lundi, dans les manifestations au Burundi, tandis que s'accentuent les pressions nationales et internationales sur le président Pierre Nkurunziza en vue de la [...]

Sénégal : réduction du mandat présidentiel, le casse-tête de Macky Sall

C'est une promesse de campagne qui pourrait bien empoisonner la vie de Macky Sall. Il est au pouvoir depuis trois ans, mais le septennat n'est toujours pas devenu quinquennat, et l'on dispute encore à Dakar des [...]

Ne dîtes plus Shebab, mais "le groupe qui massacre le peuple somalien"

Les autorités somaliennes ont exigé des médias qu'ils cessent d'utiliser le terme "Shebab". Les journalistes basés en Somalie dénoncent une mesure dangereuse.[...]

Côte d'Ivoire : arrestation de trois cadres du parti de Laurent Gbagbo

À Abidjan, trois cadres du FPI, le parti fondé par Laurent Gbagbo, ont été interpellés lundi par la police. Ces arrestations surviennent alors que deux clans s’affrontent en son sein pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120620112510 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120620112510 from 172.16.0.100