Extension Factory Builder
20/06/2012 à 08:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré (2e d) salue la délégation d'Ansar Dine, le 19 juin à Ouagadougou. Blaise Compaoré (2e d) salue la délégation d'Ansar Dine, le 19 juin à Ouagadougou. © Ahmed Ouaba/AFP

Alors que la Cedeao et l'Union africaine ne désespèrent pas d'obtenir le feu vert de l'ONU pour une intervention militaire au Nord-Mali, les négociations menées par le Burkina Faso continuent à Ouagadougou.

Le groupe islamiste Ansar Eddine ayant accepté le principe d'une médiation burkinabè dans la crise malienne suite à une rencontre formelle avec Blaise Compaoré lundi, les discussions se sont poursuivies mardi à Ouagadougou. « Nous poursuivons les échanges avec eux pour mieux leur expliquer notre position et celle de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) », a expliqué un proche de Compaoré venu retrouver la délégation des rebelles dans un grand hôtel de la capitale.

Blaise Compaoré avait appelé Ansar Eddine à rompre tout lien avec les « terroristes » d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). « Nous demandons au monde de nous comprendre, (...) nous nous battons au nom d'Allah. Nous, on n'est pas Al-Qaïda. L'islam interdit de prendre quelqu'un en otage » ou même « l'argent de la rançon d'un otage », a répondu Cheick Ag Wissa, porte-parole de la délégation islamiste.

Le noeud gordien de la charia

Même si elle a été supplantée en nombre et en force par Ansar Eddine, la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) est également présente à Ouagadougou ou elle a envoyé une délégation après avoir elle aussi rencontré Compaoré le 9 juin. « Rien ne peut sortir de nos discussions tant qu'Ansar Dine réclame l'application de la charia et le djihad », affirme Magdi Ag Bohada, responsable du MNLA à Gao (Nord-Mali). Des propos qui confirment la division régnant au sein du mouvement entre les tendances laïque et islamiste.

Magdi Ag Bohada précise que le MNLA a « confiance » dans le Burkina Faso mais pas dans les autorités maliennes. L'objectif de la médiation burkinabè est de parvenir à un « agenda global de sortie de crise » qui se conclurait par des négociations générales entre groupes armés, communautés du Nord et autorités maliennes.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9 affrété[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers