Extension Factory Builder
20/06/2012 à 08:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaise Compaoré (2e d) salue la délégation d'Ansar Dine, le 19 juin à Ouagadougou. Blaise Compaoré (2e d) salue la délégation d'Ansar Dine, le 19 juin à Ouagadougou. © Ahmed Ouaba/AFP

Alors que la Cedeao et l'Union africaine ne désespèrent pas d'obtenir le feu vert de l'ONU pour une intervention militaire au Nord-Mali, les négociations menées par le Burkina Faso continuent à Ouagadougou.

Le groupe islamiste Ansar Eddine ayant accepté le principe d'une médiation burkinabè dans la crise malienne suite à une rencontre formelle avec Blaise Compaoré lundi, les discussions se sont poursuivies mardi à Ouagadougou. « Nous poursuivons les échanges avec eux pour mieux leur expliquer notre position et celle de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) », a expliqué un proche de Compaoré venu retrouver la délégation des rebelles dans un grand hôtel de la capitale.

Blaise Compaoré avait appelé Ansar Eddine à rompre tout lien avec les « terroristes » d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). « Nous demandons au monde de nous comprendre, (...) nous nous battons au nom d'Allah. Nous, on n'est pas Al-Qaïda. L'islam interdit de prendre quelqu'un en otage » ou même « l'argent de la rançon d'un otage », a répondu Cheick Ag Wissa, porte-parole de la délégation islamiste.

Le noeud gordien de la charia

Même si elle a été supplantée en nombre et en force par Ansar Eddine, la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) est également présente à Ouagadougou ou elle a envoyé une délégation après avoir elle aussi rencontré Compaoré le 9 juin. « Rien ne peut sortir de nos discussions tant qu'Ansar Dine réclame l'application de la charia et le djihad », affirme Magdi Ag Bohada, responsable du MNLA à Gao (Nord-Mali). Des propos qui confirment la division régnant au sein du mouvement entre les tendances laïque et islamiste.

Magdi Ag Bohada précise que le MNLA a « confiance » dans le Burkina Faso mais pas dans les autorités maliennes. L'objectif de la médiation burkinabè est de parvenir à un « agenda global de sortie de crise » qui se conclurait par des négociations générales entre groupes armés, communautés du Nord et autorités maliennes.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers